Ma terreur Adèle

Ce n’est pas dans mes habitudes de rédiger la critique d’un roman aussitôt après l’avoir terminé. En général, j’attends une journée ou un moment afin de pouvoir bien y réfléchir et de donner mon avis à tête reposée. Mais ce roman est différent. Je ne peux pas me le sortir de la tête. A peine ces pages refermées, mon esprit est comme anesthésié. Je peux simplement me repasser l’histoire en boucle dans ma tête,  en la regardant sous un jour très différent maintenant que j’ai été frappée par l’extraordinaire dénouement. Vous l’aurez compris, j’ai adoré. Tellement adoré que j’en oublie toutes les formalités. Revenons-en au contexte : « Mon amie Adèle » est une nouveauté des éditions Préludes (que j’affectionne beaucoup, comme je l’ai déjà dit ici), un thriller psychologique que j’ai eu la chance de recevoir via Netgalley alors qu’il ne sera disponible que le 27 septembre prochain en librairies. Mais c’est bien plus que ça. C’est surtout le meilleur thriller que j’ai lu depuis longtemps (même si j’ai énormément apprécié « Au fond de l’eau », le nouveau Paula Hawkins : ma critique est toujours disponible sur le blog), et c’est un roman qui, je l’espère, fera parler de lui à sa sortie car il bouleversa toutes vos certitudes et vous laissera bouche bée. Critique.

L’histoire : Louise est une mère célibataire sans histoires, qui a laissé de côté sa vie amoureuse. Un soir, dans un bar, pourtant, tout bascule : elle échange un baiser passionné avec un bel inconnu, qui n’est autre que son nouveau patron, David. C’est là que les ennuis commencent car comme si la situation n’était pas déjà assez compliquée, Louise ne va pas tarder à faire connaissance avec Adèle, sa parfaite épouse. Comme attirée par cette femme magnifique et fragile, Louise va lier avec elle une amitié profonde et toxique…. Mais que cache ce couple en apparence parfait ?

Mon avis : Wow, tout simplement! Au premier abord, l’histoire paraît simple, tout en restant efficace. On découvre assez vite que le beau David a une face cachée : s’il se montre adorable avec sa maîtresse Louise, sa femme, la pauvre Adèle, semble avoir tellement peur de lui. On croit donc suivre un thriller psychologique reposant sur la manipulation d’un homme envers son épouse, dans la veine de l’excellent « Derrière les portes » de B.A Paris publié chez HugoThriller sur lequel je vous conseille de foncer si vous ne le connaissez pas. L’histoire est donc assez classique, mais elle reste plaisante et l’on se retrouve accroché dans une très bonne lecture où l’angoisse monte petit à petit à la suite des découvertes de Louise sur l’homme avec qui elle entretient une liaison et sur sa victime innocente et attachante, la belle Adèle. Si le roman en était resté là, on aurait été dans un thriller divertissant et de bonne facture. Mais ce n’est que le premier tour de passe-passe de l’auteure, Sarah Pinborough, qui signe ici son premier roman (je me jetterai avec plaisir sur ses prochaines parutions!). Par la suite, la situation évolue : on se rend compte que le manipulateur n’est pas celui que l’on croit, et une intrigue « surnaturelle » ou du moins dépassant le rationnel fait son apparition. Cette apparition ne m’a semblé incongrue puisque sans que l’on s’en rende compte, l’auteure a préparé le terrain dès les premières pages du roman. Cela m’a d’autant plus séduite.  C’est à ce moment que j’ai été happée et que je n’ai plus pu lâcher le roman, dont j’enchaînais les pages d’une traite. Je voulais absolument connaître le fin mot de l’histoire, l’angoisse que je ressentais était de plus en plus grande et je m’interrogeais sur chacun des personnages. Qu’allait-on apprendre d’autre sur eux? Etaient-ils vraiment ce que l’on croyait ?

Et c’est là, dans cette tension sans cesse grandissante, que survient le dénouement. J’ai lu un chapitre en croyant que c’était le dernier (j’étais sur Kindle, je ne pouvais pas donc pas tourner les pages comme dans un livre ordinaire) et j’ai été complètement scotchée et subjuguée. J’ai adoré ce dénouement glaçant et très sombre, et j’étais prête à refermer, encore sonnée, ce superbe thriller. Mais ensuite, j’ai lu le véritable dernier chapitre et mon esprit s’est complètement retourné. Tout ce que je croyais savoir depuis le début du roman, toutes les certitudes instaurées par l’auteure… Tout était chamboulé et tout prenait sens. Sarah Pinborough n’a pas son pareil pour jouer avec les nerfs du lecteur, et le laisser sur un dénouement aussi terrifiant qu’inattendu. Quelle fin ! Quel talent !

En conclusion, « Mon amie Adèle » est un véritable coup de coeur, c’est sans aucun doute le meilleur thriller que j’ai pu lire depuis longtemps.  L’auteure traite un thème souvent exploité dans les thrillers psychologiques : connaît-on vraiment les personnes qui nous entourent? Le couple parfait existe-il vraiment, ou y-a-t’il de sombres secrets derrière tout ça? Mais elle réussit à nous en livrer son interprétation personnelle, à la fois brillante et novatrice, qui emprunte aux plus grands maîtres du genre  certaines ficelles, pour mieux les détourner et jouer avec l’esprit du lecteur. Je vous laisse découvrir qui manipule qui dans ce roman. Mais une chose est sûre : la plus grande manipulatrice ici est Sarah Pinborough, qui bouleversera toutes vos certitudes et vous glacera le sang. Un écrivain sur qui il faudra assurément compter pour alimenter vos nuits blanches.

Mon amie Adèle, par Sarah Pinborough, éditions Préludes, à paraître le 27 septembre 2017, 16€90. 

 

 

 

Un commentaire sur “Ma terreur Adèle

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :