Mes envies de la rentrée littéraire 2017

Si vous êtes de fervents amateurs de livres (et même si ce n’est pas le cas, d’ailleurs), vous ne pouvez ignorer que l’on rentre dans une période très spéciale de l’année  : la rentrée littéraire. Depuis une semaine environ et jusqu’en septembre, les parutions vont s’enchaîner à un rythme effréné. Pour tout vous avouer, je ne suis pas la plus grande fan des livres sortis à cette époque particulièrement prolifique de l’année car il s’agit souvent de littérature plutôt sérieuse, et j’ai une nette préférence pour les feel good books, les romances ou les thrillers, trois genres qui ne font pas nécessairement leur rentrée en septembre.

Pourtant cette année, j‘ai repéré une multitude de titres qui me font envie et se rajoutent à mon énorme wishlist. Je ne les achèterai sans doute pas tous, peut-être même que j’en achèterai peu, ou alors j’attendrai leur sortie en poche, mais j’avais envie de vous proposer mon petit panorama pour y voir un peu plus clair dans toutes ces parutions. 

SORTIES EN GRAND FORMAT 

Editions Héloïse d’Ormesson

41cjP61-lNL

En romancière funambule, Gaëlle Nohant a relevé le défi lancé par Queneau :  » Il n’y aura pas de connaissance véritable de Desnos tant qu’on n’en aura pas établi la légende.  » Fabuleuse investigation littéraire, Légende d’un dormeur éveillé ressuscite quinze ans d’histoire du poète, des années folles à l’Occupation.
Une traversée du xxe siècle, vivante et tumultueuse, sur les traces d’un héros dont on ne peut que tomber amoureux.

C’est par la fiction qu Gaëlle Nohant choisit d’explorer la vie aussi héroïque qu’engagée de Robert Desnos. Au plus proche de l’artiste, elle épouse ses pas, des Halles à Montparnasse, non sans quelques détours par Cuba ou Belle-Île ; visite son atelier de la rue Blomet ; écoute sa  » Clef des Songes  » ; suit les séances animées du Café Cyrano en compagnie d’Antonin Artaud, de Prévert et d’Aragon ; danse des nuits entières aux côtés de Kiki et de Man Ray.
Pour ce voyage avec Desnos, elle puise dans son œuvre, sonde les âmes en medium et, comme lui,  » parle surréaliste « . S’identifiant à Youki, le grand amour de Robert, elle l’accompagne jusqu’au bout de la route, au camp de Terezín, en juin 1945.

Parution : Depuis le 17 août.

Pourquoi je veux le lire ? J’aime les romans historiques, j’ai d’ailleurs le précédent opus de Gaëlle Nohant dans ma PAL. Mais lorsque l’auteure s’attaque à la poésie surréaliste et à ses artistes qui me fascinent (même si je connais mal Desnos), je ne peux que vouloir découvrir ce livre dont le titre et la couverture me semblent déjà bien poétiques.

Editions Presses de la Cité

51eGowq6SlL

Mystérieusement abandonnée chez des paysans cévenols, la petite Elise y a vécu l’enfer. Fruit d’un amour sincère, née sous l’Occupation, elle veut retrouver son père et rendre à sa mère sa dignité bafouée…

En 1956, Adèle Gensac occupe son premier poste d’institutrice à Saint-Jean-du-Gard, au cœur des Cévennes. Parmi ses élèves, l’une se distingue : Elise, dix ans, aux yeux pleins de douceur, brillante mais muette. Et née de père inconnu. Une double singularité que sa mère, Lucie Rochefort, malgré les ragots et les médisances, assume au regard de tous. Au fil du temps, une connivence s’établit entre Adèle et Lucie. Ne montrent-elles pas toutes deux une indépendance d’esprit et d’action rare pour l’époque ?
Un jour, l’institutrice se voit confier le journal intime d’Elise qui y a consigné ses plus lointains souvenirs. Terribles. Violents. Douloureux. Que sa mère, elle-même, ignorait…

Quel mystère entoure la naissance d’Elise ? Quelle est la véritable histoire de Lucie Rochefort ?  Adèle tiendra-t-elle la promesse faite à Elise pour qu’enfin s’apaisent les tourments du passé ?

Parution : Le 31 août.

Pourquoi je veux le lire? J’ai découvert ce roman lors de mes recherches pour cet article, je n’en avais absolument pas entendu parler sur la blogosphère. Pourtant le résumé a tout pour me plaire, entre portraits de femmes, cadre historique, mystère, drames et secrets de famille..

Editions Les Escales

51NLi1Z9TKL

Partez à la rencontre de la famille Turner : treize frères et sœurs qui se chamaillent et qui s’aiment passionnément. Unanimement salué par la critique, La Maison des Turner inaugure le renouveau du grand roman américain.

Cela fait plus de cinquante ans que la famille Turner habite Yarrow Street, rue paisible d’un quartier pauvre de Detroit. La maison a vu la naissance des treize enfants et d’une foule de petits-enfants, mais aussi la déchéance de la ville et la mort du père.
Quand Viola, la matriarche, tombe malade, les enfants Turner reviennent pour décider du sort de la maison qui n’a désormais plus aucune valeur, la crise des subprimes étant passée par là.
Garder la maison pour ne pas oublier le passé ou la vendre et aller de l’avant ? Face à ce choix, tous les Turner, de Cha-Cha, le grand frère et désormais chef de famille, à Lelah, la petite dernière, se réunissent. Et s’il fallait chercher dans les secrets et la mythologie familiale pour trouver la clef de l’avenir des Turner et de leur maison ?

Parution : 31 août.

Pourquoi je veux le lire? Tout simplement parce que j’aime les histoires de famille, qui naviguent entre passé et présent et entre humour et émotion!

41WFCMdJncL

Une incroyable traversée du XXe siècle : l’histoire romancée d’Evelyne Pisier et de sa mère, deux femmes puissantes en quête de liberté.

Mona Desforêt a pour elle la grâce et la jeunesse des fées. En Indochine, elle attire tous les regards. Mais entre les camps japonais, les infamies, la montée du Viet Minh, le pays brûle. Avec sa fille Lucie et son haut-fonctionnaire de mari, un maurrassien marqué par son engagement pétainiste, elle fuit en Nouvelle-Calédonie.
À Nouméa, les journées sont rythmées par la monotonie, le racisme ordinaire et les baignades dans le lagon. Lucie grandit ; Mona bovaryse. Jusqu’au jour où elle lit Le Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir. C’est la naissance d’une conscience, le début de la liberté.
De retour en France, divorcée et indépendante, Mona entraîne sa fille dans ses combats féministes : droit à l’avortement et à la libération sexuelle, égalité entre les hommes et les femmes. À cela s’ajoute la lutte pour la libération nationale des peuples. Dès lors, Lucie n’a qu’un rêve : partir à Cuba. Elle ne sait pas encore qu’elle y fera la rencontre d’un certain Fidel Castro…

Et soudain, la liberté, c’est aussi l’histoire d’un roman qui s’écrit dans le silence, tâtonne parfois, affronte le vide. Le portrait d’une rencontre entre Evelyne Pisier et son éditrice, Caroline Laurent – un coup de foudre amical, plus fou que la fiction. Tout aurait pu s’arrêter en février 2017, au décès d’Evelyne. Rien ne s’arrêtera : par-delà la mort, une promesse les unit.

Parution : Le 31 août.

Pourquoi je veux le lire? Je ne suis pas sûre de vouloir le lire en vérité. Le résumé très complexe ne m’a pas particulièrement donné envie et aurait même tendance à me décourager, malgré les thèmes forts abordés comme le féminisme ou la relation mère-fille. Pourtant, j’ai lu de nombreux avis très positifs qui me poussent à reconsidérer la question!

Editions Plon

51KOPWN6ObL

Un garçon, une fille, une histoire universelle. Ils s’aiment, se déchirent, elle s’en va. Lui s’écroule. La jeunesse et l’innocence avec. Un roman qui frappe, âpre, enlevé, emporté, qui ne s’oublie pas. Une signature, une écriture, une voix, une époque, une génération.

Parution : 24 août.

Pourquoi je veux le lire? J’adore les histoires d’amour. Ici, il s’agit d’une histoire de rupture. Les premiers extraits qu’il m’a été donné de lire me donnent l’impression d’un livre universel, à la fois tragique et poétique, qui évoque quelque chose que l’on a tous connu. Ce titre, premier roman d’un jeune auteur de 26 ans, est l’un de ceux qui me tentent le plus en cette rentrée, et j’en ai déjà eu de très bons retours.

Editions Flammarion

71w0RiV0beL

« Il y a peu de choses que je n’acceptais pas venant de maman. La voir mourir en faisait partie ». Quand le médecin leur annonce que leur mère est vivante mais en état de mort cérébrale, Manon laisse échapper qu’elle préfèrerait qu’elle meure. C’est trop tôt pour y penser, lui répondent sèchement Adèle et Gabriel. Délaissant mari et enfant, Manon décide de s’installer parmi les siens. Au coeur de cette fratrie grandie et éparpillée, elle découvre ce qu’il reste, dans leurs relations d’adultes, des enfants qu’ils ont été. Et tandis qu’alentour les montagnes menacent de s’effondrer, les secrets de famille refont surface. Qui était vraiment cette mère dont ils n’ont pas tous le même souvenir ? Charlotte Pons écrit une tragédie ordinaire tout en tension psychologique et révèle un talent fou pour mettre en scène, dans leur vérité nue, les relations familiales.

Parution : Depuis le 23 août.

Pourquoi je veux le lire? Ce premier roman me semble prometteur et aborde certains thèmes que j’affectionne, comme la famille et ses secrets.

Fleuve Editions

51ZKVdRP6VL

« Est-ce le plus beau jour de ma vie que je viens de vivre ? »

Ce roman est celui d’un amour naissant entre un homme et une femme. Ce roman est celui d’une femme bientôt mère. Et avant cela,  enceinte. Entre ces deux états, un accouchement. Une fin et un début à la fois. La ligne noire verticale apparue sur le ventre de Stéphanie annonce ce tsunami, ce condensé fiévreux d’existence que provoque la maternité.

Baby blues, jalousies, sexualité, hérédité, obstétrique, nuits blanches, ventres vides, ventres pleins, bonnes ou mauvaises raisons d’être mère. C’est tout cela est bien plus encore que raconte Linea Nigra, à travers le parcours de Stéphanie et des femmes qu’elle croise. En trame de fond de ce roman kaléidoscopique, un combat : le droit de chacune à disposer de son corps.

Parution : Le 14 septembre 2017.

Pourquoi je veux le lire? Parce que Sophie Adriansen est une auteure que je désire découvrir, et je compte lire celui-ci ou son précédent roman « Le Syndrome de la vitre étoilée » qui sortira chez Pocket à la même date. Tous deux abordent des thèmes actuels comme la maternité ou le désir d’enfant.

Editions Albin Michel

419Sd1zJEaL

Parution : Depuis le 23 août.

Pourquoi je veux le lire? Comment ne pas présenter ici le nouveau Nothomb? Cette auteure mythique a ses détracteurs et ses inconditionnels, et je fais partie de la seconde catégorie! Même si j’attendrai surement sa sortie en poche car c’est dans ce format que je possède tous ses autres titres, je ne ferai pas sans lire le dernier né de cette femme extraordinaire que j’ai eu la chance de rencontrer au Salon du Livre de Bruxelles. J’ai lu une dizaine de ses romans, et je ne suis jamais déçue. Son style si particulier me séduit toujours!

51LAl9Yx4NL

Quatre destins, quatre histoires où Eric-Emmanuel Schmitt, avec un redoutable sens du suspens psychologique, explore les sentiments les plus violents et les plus secrets qui gouvernent nos existences. Comment retrouver sa part d’humanité quand la vie vous a entraîné dans l’envie, la perversion, l’indifférence, le crime ?

Parution : Le 30 août.

Pourquoi je veux le lire? J’aime beaucoup Eric-Emmanuel Schmitt. J’ai déjà pu le rencontrer, et j’ai lu plusieurs de ses livres, dont « La Part de l’autre » qui fut un gros coup de coeur et sur lequel j’ai d’ailleurs réalisé mon travail de fin d’études en cours de français. Ce dernier titre, un recueil de nouvelles, m’attire autant par sa forme (j’ai un faible pour les nouvelles, plus courtes et plus rapides à lire) que par son fond.

Editions JC Lattès

819LpiGgmgL

Lors d’un pique-nique au bord du lac Léman, Summer, dix-neuf ans, disparaît. Elle laisse une dernière image  : celle d’une jeune fille blonde courant dans les fougères, short en jean, longues jambes nues. Disparue dans le vent, dans les arbres, dans l’eau. Ou ailleurs?
Vingt-cinq ans ont passé. Son frère cadet Benjamin est submergé par le souvenir. Summer surgit dans ses rêves, spectrale et gracieuse, et réveille les secrets d’une famille figée dans le silence et les apparences.
Comment vit-on avec les fantômes  ? Monica Sabolo a écrit un roman puissant, poétique, bouleversant.

Parution : Depuis le 23 août.

Pourquoi je veux le lire? L’atmosphère de ce roman me fait penser à celle des films de Sofia Coppola et le résumé me donne envie de percer le mystère de cette Summer magnétique et disparue.

SORTIES EN FORMAT POCHE 

Editions J’ai Lu 

614fDq5tPLL

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire…

Parution : Depuis le 16 août.

Pourquoi je veux le lire? Je n’ai encore jamais lu de livre de Gilles Legardinier, qui est plutôt connu pour ses feel good books. Pourtant, cette enquête policière avec l’art pour toile de fond me semble particulièrement intrigante. Je l’avais repérée depuis sa sortie en grand format.

Editions Pocket

5165DSIBe7L

Par une nuit d’orage estival dantesque, de violents coups sont frappés à la porte de Valentine, l’institutrice du village. Sur le perron elle découvre un homme trempé, une fillette endormie dans les bras, brûlante de fièvre. Il lui faut de l’aide. Que Valentine va lui offrir, acceptant spontanément la troublante intrusion. Éric et Anna-Nina, sa fille de 7 ans, pénètrent dans la maison. Ils y resteront le temps que l’enfant se rétablisse.
Il y a des destins que l’on croit tout tracés mais il suffit parfois d’un seul éclair pour les faire basculer. Les chemins de l’existence et du cœur sont imprévisibles…

Parution : 7 septembre.

Pourquoi je veux le lire? J’ai découvert Agnès Ledig avec « Pars avec lui » et j’ai beaucoup aimé cette auteure sensible, dont j’ai aussi lu la nouvelle douce et tendre dans le recueil « Je te donne » (L’importance du don). J’ai repéré ce roman depuis sa sortie en grand format et il me tarde de l’acheter pour entrer à nouveau dans l’univers de cette auteure.

51T8KYib-mL

1951. Tilly Dunnage est de retour. Chassée de sa petite bourgade de l’outback australien lorsqu’elle était enfant, elle est devenue une élégante jeune femme et une couturière de génie, pour qui le style et le chic de Paris n’ont plus aucun secret.
Sa revanche, elle la tient. Elle suscite le désir des hommes et l’envie des femmes. Celles qui la méprisent, aujourd’hui encore, veulent à tout prix ses conseils et ses robes. Alors Tilly coud. Tilly coupe. Mais, en secret, Tilly prépare le grand finale qui vengera son enfance blessée et lui rendra sa dignité.

Parution : Le 7 septembre.

Pourquoi je veux le lire? Ce roman n’est pas nouveau, il s’agit d’une réédition d’une oeuvre parue en 2000 et ayant déjà été adaptée en film avec Kate Winslet. Pourtant, je n’en avais jamais entendu parler. Le résumé me semble prometteur et me donne envie d’en savoir plus, avec une toile de fond historique qui n’est pas par me déplaire.

Editions 10/18

41RgBC96U4L

Californie, fin des années 1960. Evie Boyd, quatorze ans, vit seule avec sa mère. Lorsqu’elle se dispute avec sa seule amie, Evie se tourne vers un groupe de filles dont la liberté et l’atmosphère d’abandon qui les entoure la fascinent. Séduite par l’aînée, Suzanne, elle se laisse entraîner dans une secte au leader charismatique, Russell. Leur ranch est aussi étrange que délabré, mais, aux yeux de l’adolescente, il est exotique, électrique, et elle veut à tout prix s’intégrer. Son obsession pour Suzanne grandissant, Evie ne s’aperçoit pas qu’elle s’approche inéluctablement d’une violence impensable.

Parution : Depuis le 17 août.

Pourquoi je veux le lire? « The Girls » est certainement le roman qui m’attire le plus en cette rentrée littéraire. J’adore les romans où l’aspect psychologique des personnages est bien développé, et cette plongée au coeur des mécanismes d’une secte me semble aussi fascinante que dérangeante.

Editions Le Livre de Poche

91dz3t3WG1L

Avant, Gabriel faisait les quatre cents coups avec ses copains dans leur coin de paradis. Et puis l’harmonie familiale s’est disloquée en même temps que son «  petit pays  », le Burundi, ce bout d’Afrique centrale brutalement malmené par l’Histoire.
Plus tard, Gabriel fait revivre un monde à jamais perdu. Les battements de cœur et les souffles coupés, les pensées profondes et les rires déployés, le parfum de citronnelle, les termites les jours d’orage, les jacarandas en fleur… L’enfance, son infinie douceur, ses douleurs qui ne nous quittent jamais.

Parution : Depuis le 23 août.

Pourquoi je veux le lire? J’ai eu du mal à attendre sa sortie en poche pour le lire, mais quand je vois la magnifique couverture choisie par les éditions Le Livre de Poche, je me dis que j’ai bien fait! Ce roman a reçu le prix Goncourt des Lycéens et sera sans doute l’un de mes prochains achats.

91yUcJ5boNL

Manhattan, 1969 : un homme rencontre une femme.
Dresde, 1945 : sous un déluge de bombes, une mère accouche d’un petit garçon.
Avec puissance et émotion, l’auteur nous fait traverser ces continents et ces époques que tout oppose : des montagnes autrichiennes au désert de Los Alamos, des plaines glacées de Pologne aux fêtes new-yorkaises, de la tragédie d’un monde finissant à l’énergie d’un monde naissant… Deux frères ennemis, deux femmes liées par une amitié indéfectible, deux jeunes gens emportés par un amour impossible sont les héros de cette saga passionnante.

Parution : Depuis le 23 août.

Pourquoi je veux le lire? Ce roman m’attire depuis sa sortie en grand format, parce qu’il mélange romance, saga familiale, et fresque historique. Tout ce que j’aime!

51eSplEfHzL
C’est une histoire simple, universelle. Après huit ans d’amour, Adrian quitte A. pour une autre femme  : Beaux rivages est la radiographie de cette séparation.
Quels que soient notre âge, notre sexe, notre origine sociale, nous sommes tous égaux devant un grand chagrin d’amour.
Les larmes rassemblent davantage que les baisers.
J’ai écrit Beaux rivages pour tous les quittés du monde.
Pour ceux qui ont perdu la foi en perdant leur bonheur.
Pour ceux qui pensent qu’ils ne sauront plus vivre sans l’autre et qu’ils ne sauront plus aimer. Pour comprendre pourquoi une rupture nous laisse si désarmés. Et pour rappeler que l’amour triomphera toujours. En cela, c’est un roman de résistance.

Parution : Depuis le 23 août.

Pourquoi je veux le lire? La couverture ne m’attirait pas à première vue mais j’ai été intriguée en apprenant que ce roman était paru précédemment chez JC Lattès, dont je suis avec attention les parutions. Le résumé, rédigé par l’auteure et dans lequel la poésie et la beauté du style transparaissent, ont achevé de me convaincre.

911hGmxhE3L

Nick et sa cousine Helena partagent depuis toujours de merveilleuses vacances à Tiger House, la maison familiale sur l’île de Martha’s Vineyard. La Seconde Guerre mondiale touche à sa fin et les deux jeunes femmes rêvent d’un avenir glorieux. Helena part pour Hollywood où elle va se marier  ; Nick retrouve son époux de retour du combat.
Chaque été, sur fond de cocktails et de jazz, les deux cousines continuent de se rassembler à Tiger House avec maris et enfants. Mais au fil des années les relations se compliquent… La famille se trouve définitivement plongée dans la tourmente lorsque, à l’aube des années 1960, une terrible découverte a lieu.
Un roman envoûtant, aux personnages brûlants et torturés par le mensonge.

Parution : Le 6 septembre.

Pourquoi je veux le lire? Je ne connaissais pas du tout ce roman, mais le résumé me fait penser à la ligne éditoriale de Charleston, et cela ne peut que me plaire!

A savoir : Je n’ai pas repris dans cet article les prochaines parutions Charleston qui m’attirent beaucoup comme toujours ! Tout simplement parce que les éditions Charleston, ciblées sur les romances, ne rentrent pas vraiment dans le cadre de la rentrée littéraire qui est plutôt axée littéraire et ouvrages un plus sérieux. Pourtant, je compte acheter « Hope et le secret des Harvey » ou encore « Lait et Miel » dès leur sortie en septembre!

Pour plus d’infos : J’ai écrit quelques chroniques sur des romans qui vont seulement paraître. Si cela vous intéresse, en voici le lien : Forbidden, Love in Provence,  Leur séparation, et Ma terreur Adèle

N’hésitez pas à me laisser des commentaires si vous avez lu certains de ses romans ou si comme moi vous comptez les lire! Quels sont les titres de la rentrée littéraire qui vous tentent? Comment faites-vous ne pas succomber devant toutes ces parutions si tentantes? 

8 commentaires sur “Mes envies de la rentrée littéraire 2017

Ajouter un commentaire

    1. Je me doute que ça ne doit pas être une lecture évidente, c’est un livre qui nous fait forcément sortir de notre zone de confort..Mais c’est aussi pour ça qu’il m’intéresse, car ça change radicalement de mes habitudes de lecture!

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :