Interview #1 : Marilyse Trécourt

Marilyse Trécourt est une auteure auto éditée que j’ai découvert assez récemment et dont j’apprécie beaucoup le travail, qui n’a rien à envier à celui des auteurs de best-sellers les plus connus. A l’occasion de la sortie de son dernier roman, Et j’ai choisi de vivre, que j’ai beaucoup aimé, je l’ai contactée pour lui proposer un entretien.

J’ai donc l’honneur de vous présenter la toute première interview sur ce blog. 

  • Avant toute chose, pourriez-vous nous présenter votre parcours d’écrivain  en quelques mots ? 

J’ai commencé par écrire des nouvelles que je soumettais à des concours régionaux et j’en ai gagné quelques-uns. Mais mes amis m’avouaient qu’ils regrettaient que mes histoires soient si courtes… Alors, le 1er janvier 2014, à l’heure des bonnes résolutions, je me suis lancé le défi d’écrire mon premier roman. Quelques mois plus tard, « Au-delà des apparences » était né et gagnait un concours qui lui a permis d’être ensuite édité par Mosaïc et de rencontrer ses lecteurs. Le début d’une belle histoire… J’ai ensuite collecté mes nouvelles dans un recueil « Une autre vision du bonheur », et écrit quatre autres romans : Otage de ma mémoire et Le Bon Dieu sans confession (d’abord sortis en autoédition, ils seront édités en avril 2017 et 2018 aux éditions Carnets Nord). Et enfin, L’ombre du papillon et le petit dernier, Et j’ai choisi de vivre, qui vient de sortir. Le sixième est en cours…

  • Comment avez eu le déclic qui vous a décidé à vous lancer dans la rédaction de votre premier roman?

Mon déclic ? Les différents prix que j’ai remportés (à ma grande surprise !), et une certaine frustration de ne pas pouvoir développer mes personnages et mes histoires dans le format de la nouvelle. J’ai alors décidé d’écrire mon premier roman. Pour commencer, j’ai noté les noms des auteurs dont je souhaitais m’inspirer : Guillaume Musso pour le côté « magique », Marc Lévy, pour le côté Feel good, Laurent Gounelle pour le développement personnel mais aussi David Safier pour l’humour. Alors je ne sais pas si mes romans sont un mélange de tous ces ingrédients, mais je m’y emploie, en tout cas !

  • Vous êtes l’auteure de six romans dont la plupart sont d’abord parus en auto édition. Pourquoi avoir choisi ce mode de publication?

Je n’ai pas véritablement choisi de commencer par l’auto-édition. Pendant l’écriture de mon premier roman, j’ai suivi le MOOC Ecrire une œuvre de fiction à l’issue duquel un concours récompensait les meilleurs romans. Il était organisé en partenariat avec Librinova. Et il s’avère que je suis l’une des lauréates de ce concours qui proposait la publication du roman en numérique et donc en auto-édition. Au début, je ne savais même pas que cela existait. Mais j’ai tenté le coup et je m’en réjouis aujourd’hui ! Par la suite, j’ai gardé le goût pour l’auto-édition qui me permet de tout gérer, de conserver ma liberté et de rester très proche de mes lecteurs. Je continue donc à auto-publier ses ouvrages, avant d’en céder les droits à des éditeurs traditionnels.

  • Qu’est-ce qui vous inspire au quotidien et sur quoi vous basez vous pour construire la trame de vos romans ?

Ce qui m’inspire, c’est la vie des gens, dans tout ce qu’elle a de banale (les petites habitudes, l’enfance…) ou de plus atypique (les changements de vie, les drames, les victoires personnelles). Ces histoires sont celles des personnes qui m’entourent ou de personnalités qui témoignent de leur parcours. Ça me passionne !

  • Votre actualité, c’est la parution de votre dernier roman « Et j’ai choisi de vivre » que j’ai beaucoup aimé. Vous y abordez la question des secrets du passé qui nous rattrapent. Pensez-vous réellement que le passé finit toujours par nous rattraper ? 

Je crois que même s’ils ne nous rattrapent pas de manière brutale, comme c’est le cas dans ce roman, ils sont une partie de nous, de notre histoire et restent incrustés de manière insidieuse, dans notre subconscient. Sans que l’on en ait forcément conscience, notre présent est imprégné de ce secret et nos actes d’aujourd’hui en sont la conséquence, dans une certaine mesure.

  • Dans votre roman « L’ombre du papillon », vous abordez la question du destin et des choix que l’on fait. Comme le héros, pensez-vous que chacun peut façonner sa vie par ses choix ou croyez-vous au contraire que le destin décide pour nous à l’avance ?

Je crois que nous sommes ici pour une bonne raison, mais nous ne la connaissons pas. Heureusement, nous avons des intuitions qui nous montrent le chemin, le tout est d’en avoir conscience. Néanmoins, pour arriver au bout de ce chemin (de notre destin), il y a plusieurs trajets possibles, certains plus faciles que d’autres, et nous avons le choix de les emprunter ou pas. C’est donc à nous de choisir non pas notre destin mais la manière dont on va le réaliser.

  • Vous avez écrit un recueil de nouvelles, intitulé « Une autre vision du bonheur ». Mais quelle est votre propre vision du bonheur ?

Vaste question ! Le bonheur est d’abord de faire ce que l’on aime sans se soucier du regard des autres, et de pouvoir le faire le plus souvent possible, même si ce n’est qu’une fois par semaine. Et, à un autre niveau, c’est de prendre conscience de toutes ces petites bulles de bonheur, de joie, qui émaillent notre quotidien et qui passent parfois inaperçues. Il s’agit juste de se dire « là, tout de suite, je suis heureuse ». Et plus on réalise cet « exercice », plus on recherche ces petites bulles, plus elles surviennent et notre vie prend une autre saveur.

Aujourd’hui, je pioche mes bulles de bonheur dans mes relations avec mes enfants, mon mari, mes amis mais aussi toutes celles qui se nouent avec mes lecteurs. C’est tellement précieux !

  • Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui voudrait devenir écrivain et se lancer comme vous dans l’aventure de l’auto publication?

De lire, pour commencer ! Certains aspirants écrivains me disent qu’ils lisent très peu… ça me semble hasardeux. C’est comme se lancer du haut d’une piste de ski sans savoir comment skier et sans avoir jamais vu qui que ce soit le faire auparavant. Risqué, non ?

La lecture d’autres auteurs enrichit notre plume, nous suggère des astuces en termes de structure ou d’intrigue, nous ouvre à de nouveaux genres, bref c’est indispensable !

Ensuite, l’idéal serait de commencer par écrire des nouvelles pour avoir l’habitude de construire une intrigue tout en soignant sa chute.

Enfin, auto-publication ne veut pas dire amateurisme. Si vous vendez votre livre, si des lecteurs l’achètent, vous avez un devoir de qualité minimale. Soignez l’orthographe et si vous n’êtes pas à l’aise dans ce domaine, faites-vous impérativement aider par des professionnels (j’ai déjà lu de très bons textes truffés de fautes qui m’ont dissuadée de lire la suite). Faites également très attention à votre choix de couverture, observez celles des éditeurs traditionnels et inspirez-vous en. Si vous n’êtes pas doué pour l’infographie, de la même façon, faites appel à un pro.

En d’autres termes, professionnalisez votre démarche le plus possible.

D’ailleurs, une entreprise comme Librinova, qui diffuse les romans d’indépendants sur toutes les plateformes de vente, propose toute une palette de services indispensables aux auteurs débutants ou pas.

  • Pouvez-vous nous donner des indices sur votre prochain roman ? 

Ce sera l’histoire d’une femme comme beaucoup d’autres qui aimerait bien changer de vie mais qui ne sait pas comment s’y prendre. Un coup du destin va l’y aider, pour le meilleur ou pour le pire… L’accent sera mis sur le côté introspectif mais aussi sur l’humour.

Merci beaucoup à vous, Marilyse Trécourt, pour avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Ce fut un plaisir ! 🙂

 

 

Si cet article vous a donné envie de découvrir les différents romans de cette auteure, cliquez ici ! 

Critiques déjà disponibles sur le blog : L’ombre du papillon ; Une autre vision du bonheur et Et j’ai choisi de vivre

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :