Barbara, roman

RENTREE LITTERAIRE 2017

Parmi les innombrables parutions de cette rentrée littéraire, ce livre avait totalement échappé à mon radar. C’est par hasard que je suis tombée sur ce roman, qui m’a attiré pour deux raisons. Tout d’abord, « Mon amour », le précédent roman de Julie Bonnie venait juste de rejoindre ma PAL et j’étais d’autant plus curieuse de découvrir cette auteure dont je n’avais jamais entendu parler auparavant. De plus, j’aime beaucoup lire des biographies de temps en temps, particulièrement lorsque je ne sais rien de la personne évoquée, pour apprendre d’autant plus. Une fois mon regard attiré par ce roman, c’est avec curiosité que je me suis lancée dans cette lecture. Critique.

Merci aux éditions Grasset et à Netgalley pour l’envoi de ce roman. 

L’histoire

  « Ma mère écoutait Barbara, le dimanche matin, fenêtres grandes ouvertes, volume à fond. Depuis toute petite, je suis imprégnée de ses mots, de sa voix, de ses mélodies. En grandissant, ses paroles ont pris de nouveaux sens mais ne m’ont jamais quittée, jusqu’à ce que je devienne chanteuse, jusqu’à ce que j’écrive mes propres chansons.
Dans ce roman, inspiré de ses débuts, je voulais percer le mystère de l’énergie exceptionnelle qui habitait Barbara, une alternance de néant sombre et d’explosion de lumière. Je voulais raconter sa quête, sa détermination malgré les failles, malgré les drames.
Je me suis immergée dans ce personnage que j’admire profondément, pour la comprendre, lui rendre hommage.
J’ai joué avec la réalité, sa biographie, ce qui a été dit, ce qu’elle-même a dit dans ses mémoires, et la fiction, la place que Barbara prenait dans mon imagination. Je l’ai mise en scène, j’ai inventé, afin de me trouver au plus près d’elle, de transformer cette partie de sa vie en roman.
Barbara est née Monique Serf. La chanteuse illustre est une création, une extension d’elle-même. Pendant des années, elle s’est cherchée, elle a tourné autour de son personnage. Pendant des années, la vie l’a propulsée sur scène, jusqu’à ne lui laisser aucun choix.
De l’enfant juive cachée pendant la guerre à la création de la chanson Nantes, comment est-elle devenue Barbara ? » Julie Bonnie

Julie Bonnie raconte comment Monique, enfant pauvre, petite juive fuyant la barbarie nazie, fille victime d’inceste, adolescente détestant son corps, pianiste empêchée, devint l’immense Barbara. Un regard sensible sur les années d’errance, l’apprentissage de son art, la quête de soi.

Mon avis

Avant de me lancer dans cette lecture, je n’avais pas lu la quatrième de couverture, et je n’avais donc pas pu profiter de ce mot d’introduction de l’auteure qui me semble particulièrement intéressant pour justifier sa démarche. Julie Bonnie, qui s’efface totalement du roman, va donc nous raconter l’histoire de Monique et la façon dont cette jeune fille s’est transformée en une star mythique du nom de Barbara.

Je dois dire que je ne connaissais pas du tout Barbara ni sa musique avant ma lecture, je la connaissais de nom bien sûr mais je ne savais absolument rien d’elle. J‘ai donc été particulièrement intéressée par ce personnage qui était une découverte totale pour moi et par cette histoire que j’aurais pu prendre pour un roman… En effet, la vie de Barbara est un véritable roman puisque cette artiste s’est relevée d’un grand nombre d’épreuves et a connu beaucoup d’aventures heureuses et malheureuses avant de connaître le succès. C’est à cette période qu’est uniquement consacrée l’histoire, la période ayant précédé la célébrité. J’ai trouvé cela un peu regrettable, car j’aurais aimé avoir une plus grande vue d’ensemble de l’existence de l’artiste, et j’en ai été frustrée.

Contrairement aux biographies classiques, souvent construites comme de simples accumulations de faits et de dates, l’auteure romance énormément les évènements, comme l’indique justement le titre. Pour cette raison, j’ai beaucoup aimé ma lecture. Julie Bonnie se met totalement à la place de son héroïne, tente de la comprendre et de nous faire voir le monde par ses yeux. J’ai donc découvert une jeune fille fragile, abusée par son père, qui prendra peu à peu sa revanche sur l’existence tout en gardant une grande noirceur d’âme. J’ai beaucoup aimé cette héroïne touchante et déterminée à suivre ses rêves malgré ses fêlures. L’auteure réussit vraiment à nous la rendre attachante, et c’est un grand point positif à mes yeux.

J’ai aussi eu un petit coup de coeur pour la plume douce de Julie Bonnie. Son écriture est poétique, voire magique, et j’ai beaucoup aimé sa façon pleine de fantaisie de manier les mots. J’ai apprécié les métaphores originales utilisées, comme la scène finale magistrale, racontée du point de vue du piano de la chanteuse. « Barbara, roman » m’aura permis de découvrir une auteure au style très beau. Par contre, j‘ai été un peu déroutée par la narration, pour le moins originale : on passe en effet continuellement de la 3ème personne à la 1ère personne, et ce sans transition. C’est pour moi un défaut, car cela m’a perdue par moments et cela m’a empêchée de profiter de ma lecture autant que je l’aurais dû. 

Outre le très beau portrait de femme et d’artiste, c’est toute une époque que fait revivre l’auteure. On a l’impression de sentir l’ambiance des cabarets parisiens de l’après guerre, cette période de folie où tout était à nouveau possible, et l’on rencontre de grands personnages comme Jacques Brel ou Edith Piaf. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’histoire s’inscrit résolument dans son époque, une époque aujourd’hui révolue que le texte nous fait revivre.

En résumé 

« Barbara, roman » est une histoire pas comme les autres, aussi belle et bien écrite qu’un roman, et aussi passionnante et fouillée qu’une biographie. Cela a été une découverte totale pour moi qui ne connaissais rien ou presque de cette artiste… J’ai appris à connaître et à aimer la femme derrière la mythe de Barbara, qui reprend vie grâce à la plume poétique et magnifique de Julie Bonnie. Dans ce très beau portrait de femme, on découvre une jeune femme forte et fragile à la fois qui s’imposera pour réaliser ses rêves…

Malgré des défauts comme une narration très déstabilisante qui m’a parfois perdue, j’ai trouvé cette lecture aussi riche que dépaysante, puisqu’elle nous plonge directement dans l’ambiance des cabarets parisiens de l’après-guerre.. Je recommande ce roman qui  m’a permis d’en apprendre un peu plus sur le destin d’une très grande chanteuse, et m’a donné envie de m’intéresser à sa carrière hors du commun.. 

Barbara, roman, par Julie Bonnie, aux éditions Grasset, 2017, 17 euros 50. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :