Le joueur de billes

Cecelia Ahern est une auteure connue pour ses nombreuses romances et autres feel good books. Comme beaucoup, j’en avais entendu parler mais je n’avais jamais eu l’occasion de lire ses livres même si j’en ai vu les adaptations ciné, comme le célèbre drame « PS : I love you ». Cela faisait un long moment que je me promettais de découvrir sa plume, et je n’ai donc pas hésité une seconde à solliciter sur Netgalley son prochain roman, à paraître fin novembre. Je l’ai reçu et dévoré il y a quelques semaines de ça, mais je n’avais encore jamais pris le temps d’écrire la critique de ce bon roman émouvant, qui a failli être un coup de coeur. Cette première expérience de l’auteure, si elle n’est pas sans défauts, m’a laissé une agréable saveur et je n’hésiterai pas à lire ses autres titres. Critique.

Merci aux éditions Milady et à Netgalley pour cette lecture. 

L’histoire

Les souvenirs oubliés sont les plus importants.

« Qui était mon père ? Qui est-il ? Cet homme avec qui j’ai grandi et dont tout le monde a une image différente. Les paroles de Regina me hantent : c’est un menteur. Aussi simple que ça. Je suis en colère, et le pire, c’est que je ne peux même débarquer à l’hôpital pour lui demander des comptes. L’homme qu’il est devenu a oublié. Comme c’est commode. »

Et si n’aviez qu’une journée pour découvrir qui vous êtes vraiment ?

Lorsque Sabrina Boggs tombe par hasard sur une mystérieuse collection de billes ayant appartenu à son père, elle réalise soudain qu’elle ne sait rien de l’homme avec qui elle a grandi. Et cet homme dont la mémoire part à la dérive ne peut pas l’aider : il a lui-même oublié qui il était.

Sabrina ne dispose que de vingt-quatre heures pour déterrer les secrets de l’homme qu’elle croyait connaître. Une journée à exhumer des souvenirs, des histoires et des gens dont elle ignorait l’existence. Une journée qui va la changer, elle et les siens, à jamais.

Mon avis

C’est assez difficile d’en juger sans avoir lu d’autres romans de Cecelia Ahern, mais il me semble que « Le joueur de billes » s’écarte un peu de la veine « romance » girly habituellement explorée par l’auteure.  Ici, la romance est secondaire, il n’y a pas d’histoire d’amour à l’horizon  si ce n’est la plus belle et la première d’entre toutes : celle d’un père et sa fille. C’est de l’amour filial dans toute sa complexité dont il est question ici, et l’auteure explore cette thématique avec beaucoup de pudeur, et de façon réaliste.

Comme son nom l’indique, ce roman nous raconte l’histoire d’un « Joueur de billes », Fergus, le père de Sabrina, un homme très secret avec qui l’héroïne entretient des rapports conflictuels. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’a pas toujours été un père exemplaire, entre infidélités et absences à répétitions. Aujourd’hui, il est hospitalisé et perd peu à peu la mémoire tandis que sa fille, maman débordée, sombre elle aussi dans la morosité. Lorsque l’histoire commence, le moins que l’on puisse dire c’est que l’heure n’est pas au feel good! Pourtant, l’auteure réussit très vite à renverser la situation et après cette présentation des personnages qui nous permet de très vite et bien saisir leurs failles, on entre dans le vif du sujet. Sabrina découvre, médusée, que son père a mené une double vie tout au long de son existence, cachant à tous.. son incroyable collection de billes! Mais pourquoi entretenir un tel secret? C’est ce que l’héroïne va découvrir durant une journée de course folle, sur les traces des souvenirs perdus de son père et de sa propre identité. Vous l’aurez compris, Sabrina se trouvera elle-même en chemin et c’est en cela que l’auteure va réussir à distiller sa morale feel good par petite touches, malgré la gravité des ressentiments entre les protagonistes. Je dirais que ce roman est à la fois positif et mature, car l’auteure ne tombe jamais dans la mièvrerie et réussit à nous faire passer des messages très forts. 

J’ai beaucoup aimé que toute l’action de ce pavé se passe en une seule journée : cela plonge le lecteur dans l’action et donne une touche d’originalité supplémentaire au livre, et les pages se tournent très rapidement! Comme Sabrina, je me suis sentie happée dans cette étrange histoire de billes, au point d’avoir énormément de mal à refermer ce livre, même si évidemment il n’y a pas de rebondissements comme dans un thriller.

Parallèlement à la quête de sa fille, de nombreux flash backs nous emmènent dans l’enfance du père, afin de bien comprendre son étrange obsession pour les billes. Fergus est le personnage qui m’a le plus touché : c’est assez rare, en tout cas dans les romans que je lis, qu’un personnage masculin soit aussi bien développé et c’est un très beau « portrait d’homme » que Cecelia Ahern nous livre. Aucun de ses personnages n’est sans défaut, tous ont des failles, et Fergus n’échappe pas à la règle:  c’est un homme complexe, imparfait mais en même temps très humain que nous décrit l’auteure. Il a vécu son lot de drames dans sa vie, et j’ai adoré me plonger dans la vie de sa fratrie, une famille marquée, comme c’est souvent le cas, par les non-dits et les rancoeurs. En même temps, ce roman m’a permis d’entrer dans l’univers des billes, dont je ne connaissais absolument rien, et qui, étonnamment, a su me séduire. J’ai découvert un monde de passionnés très codifié, bien loin du simple jeu d’enfant, et l’auteure réussit à nous le rendre intéressant alors que ce n’était pas gagné d’avance. On sent qu’elle a effectué un petit travail de recherche pour comprendre la passion de son héros, et cela ne rend l’histoire que plus intéressante encore..

J’ai donc frôlé le coup de coeur avec cette lecture que j’ai dévoré. Là où ça coince, c’est le dénouement que j’ai trouvé bâclé, trop simplement esquissé et qui m’a laissé sur ma faim. Je m’attendais à des scènes pleines d’émotions, à une résolution feel good qui donne le sourire aux lèvres, et j’ai été énormément déçue par cette fin qui m’a laissé un goût d’inachevé.

Cela n’empêche pas que « Le joueur de billes » restera pour moi une très bonne lecture, qui m’a complètement conquise ! L’auteure réussit à nous faire passer par une véritable palette d’émotions, et je suis sous le charme de la plume empreinte de maturité de Cecelia Ahern, qui nous donne envie d’aimer nos proches un peu plus fort et de pardonner. Une jolie histoire, à découvrir lors de sa sortie le 17 novembre en librairie. 

Le Joueur de billes, par Cecelia Ahern, aux éditions Milady, 18 euros 20, à paraître le 17 novembre 2017. 

 

3 commentaires sur “Le joueur de billes

Ajouter un commentaire

  1. Je suis justement en pleine lecture de « PS I love you » de Cecelia Ahern que je trouve beaucoup mieux que le film. Je n’en ai lu que 1/3 mais il semble un peu plus réfléchi sur le thème de l’accompagnement dans la maladie et le travail du deuil.
    Je ne connaissais pas « le joueur de billes » de cette auteure mais, au vu de ta chronique, il a l’air très bien.

    Aimé par 1 personne

    1. Je le note pour ma wishlist alors, je le découvrirai à l’occasion car je suis attirée par les romans de l’auteure, je n’avais pas aimé le film plus que ça je le trouvais assez tire-larmes.
      C’est son prochain roman à paraître en novembre! Je te le conseille si tu en as l’occasion.

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :