Mémoires d’une jeune guenon dérangée (Le journal intime de Cléopâtre Wellington #1)

« Mémoires d’une jeune guenon dérangée » : ce titre à rallonge ne manque pas d’humour, ni de prestigieuses références littéraires.. Mais qu’est-ce qui se cache derrière cette appellation énigmatique? Tout simplement le premier tome d’une nouvelle série jeunesse que les jeunes adolescentes pourraient s’arracher, dont l’auteure n’est autre que la célèbre Diglee, illustratrice féministe et déjantée que je ne connaissais que de nom, et dont c’est le premier roman. Même si j’ai largement dépassé l’âge limite, j’ai été attirée par ce livre après en avoir lu de bonnes critiques. Il me semblait idéale pour une lecture sans prise de tête et je ne m’y suis pas trompée : je l’ai lu dans l’avion d’une seule traite en partance pour Athènes! Critique.

L’histoire

Cléopâtre a 13 ans, trois chats, des parents divorcés, une petite sœur givrée fan de phoques, une pilosité plus proche de celle du singe que de l’être humain, et doit supporter quotidiennement maintes humiliations et insultes assénées par Clément, le plus sadique mais néanmoins plus beau mec du collège.
Heureusement, elle peut compter sur sa BFF Chloé pour lui faire oublier ses drames existentiels à grand renfort de missions d’espionnage nocturnes et de tournage de film d’horreur amateur.
Mais cette année, deux nouveaux font leur apparition en classe de quatrième... Et il se peut qu’ils changent considérablement le quotidien de Cléo.

Mon avis

Ce roman est tout simplement un petit régal ! C’est une oeuvre que j’aurais probablement adorée quand j’avais 10-12 ans, et qui encore aujourd’hui m’a franchement fait rire aux éclats. On suit la vie d’une adolescente banale, mais pas tant que ça.. Affublée du prénom excentrique de Cléopâtre par une famille déjantée, celle-ci tente plus ou moins de survivre à ce raz-de-marée qu’est la puberté, entourée de ses amies et entres deux chorés endiablées sur Lady Gaga. Cléo est dotée d’un humour dévastateur, et pose un regard cynique et désespéré sur son quotidien follement ordinaire. J’ai plusieurs fois éclaté de rire durant ma lecture!

Lorsqu’il m’arrive de me tourner vers un ouvrage jeunesse, ce n’est jamais sans nourrir quelques craintes. La première, c’est que ce livre soit justement trop destiné aux jeunes filles, et que l’humour et les plaisanteries soient trop mièvres pour que j’y trouve mon compte à l’heure actuelle. La seconde crainte me vient de mon enfance : quand j’étais petite, je lisais parfois des romans jeunesses qui me « choquaient »car ils n’étaient pas forcément adaptés à mon âge : les héroïnes ne se préoccupaient que de garçons et de la découverte de leur corps alors que j’étais encore bien loin de là. Maureen Wingrove (alias Diglee) réussit à éviter ces deux écueils : son héroïne Cléo est une véritable jeune fille de 13 ans, avec tout ce que cela implique, et qui a les mêmes préoccupations que les véritables filles de cet âge. Elle s’intéresse aux garçons mais aime encore jouer aux Barbies ou avec sa petite soeur givrée. Bref, elle n’est ni trop mûre ni trop gnangnan : ses réflexions sont souvent plus justes que celles d’une adulte, et elle pose un regard très lucide sur le monde qui l’entoure (Diglee en profite même pour glisser avec subtilité quelques réflexions sur des phénomènes de société, comme le viol ou l’avortement).

Je me suis beaucoup attachée à notre héroïne, qui manie l’autodérision comme personne, mais entretient aussi un certain nombre de complexes.  Cléo est une jeune fille mal dans sa peau, complexée par son apparence et sa pilosité, elle a peur d’affronter le regard des autres malgré son franc parler et fait tout pour éviter les moments qu’elle juge gênants (et qui croisent bien trop souvent sa route!). Je me suis énormément reconnue dans ses préoccupations, j’ai traversé exactement les mêmes doutes à cet âge et  je pense donc que toutes les lectrices pourront s’y identifier facilement! L’adolescence est une période difficile et si Maureen Wingrove en est sortie depuis longtemps, elle n’a certainement pas oublié ce que ça faisait de se sentir comme une martienne.. ou une guenon échappée du zoo dans le cas de Cléo. Elle rend donc compte de cette période difficile avec beaucoup de justesse et une certaine liberté de ton, sans jamais tomber dans le cliché de l’adulte moralisatrice.

Ce roman est un très bel hommage à d’autres oeuvres majeures du genre, que j’ai dévoré avec grand plaisir durant ma préadolescence, comme le savoureux ‘Le Journal d’Aurélie Laflamme » et ses 8 tomes d’ailleurs parus également chez Michel Lafon, ou encore le classique des classiques : « Le Journal d’une princesse », et les autres livres de Meg Cabot. Si ces livres, aussi excellents soient-ils, commencent à dater, ils ont trouvé un successeur tout trouvé en la personne du « Journal intime de Cléopâtre Wellington ». Nourri de références ultra contemporaines et imprégné d’une liberté de ton rafraîchissante, je ne doute pas que ce roman jeunesse saura trouver son public parmi toutes les jeunes guenons complexées... mais aussi les singes adultes qui suivront avec plaisir ces aventures pour un moment régressif !

Je terminerai par quelques petits bémols, qui ne gâchent en rien la qualité du livre : j’ai parfois trouvé le vocabulaire trop familier, ce qui est un peu dommage. On dirait que l’auteure se force à utiliser des expressions qui sonneront juste à l’oreille des plus jeunes, mais qui alourdissent parfois des propos qui se suffisaient à eux-même. En outre, j’ai trouvé le dénouement un peu soudain et abrupt, mais c’est certainement dans le but d’annoncer le tome 2 à paraître très prochainement! Je le lirai avec plaisir si j’en ai l’occasion, car les aventures tordantes de Cléopâtre sont à mettre entre toutes les mains, quel que soit leur âge. 

Le journal intime de Cléopâtre Wellington, tome 1 : Mémoires d’une jeune guenon dérangée, par Maureen Wingrove alias Diglee, aux éditions Michel Lafon, 2017, 14 euros. 

4 commentaires sur “Mémoires d’une jeune guenon dérangée (Le journal intime de Cléopâtre Wellington #1)

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :