Kate Hannigan

Il y a quelques semaines, j’ai eu la chance de recevoir mon premier service presse de la part des éditions Charleston! J’en étais toute heureuse car c’est ma maison d’édition préférée, dont je suis sûre d’aimer toutes les parutions : j’ai donc sauté de joie en trouvant « Kate Hannigan » dans ma boite aux lettres. Cette romance historique me tentait énormément, et je l’ai donc emporté avec moi comme valeur sûre lors de mon séjour en Grèce. Critique d’une belle lecture.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture. 

L’histoire

Le Dr Rodney Prince n’a jamais vu de jeune femme comme Kate Hannigan dans le quartier sale et pauvre où il prodigue ses soins. Sa beauté et son intelligence surpassent de loin celles de Stella, son épouse, si raide, si froide, si calculatrice, et elle exerce sur lui une attirance irrésistible.

Kate a toujours souffert à cause des hommes. Son père tout d’abord, un docker à la main lourde. Son compagnon aux belles paroles ensuite, qui la laissera mère célibataire à dix-huit ans, à la suite d’un accouchement éprouvant qui bouleversera la vie du Dr Prince.

Mais leur amour à peine naissant alimente une rumeur malsaine parmi les habitants du quartier. Car il défie toutes les règles de la bonne société édouardienne…

Le récit passionnant d’une histoire d’amour, en partie autobiographique, par l’un des plus grands talents du XXe siècle.

Mon avis

Avant toute chose, je dois vous prévenir que ce roman, qui se passe au début du 20 ème siècle, a été rédigé en 1950. La précision s’impose car cette histoire n’est pas à proprement parler contemporaine, ce qui pourrait en rebuter certains. Je n’ai pas l’habitude de lire des classiques ou des livres moins récents même si j’en aimé quelques uns, mais pour ma part, le charme désuet de « Kate Hannigan » m’a plu. Certes, on sent que le vocabulaire n’est pas de notre époque et que certaines situations sont un peu dépassées. Les sentiments et les réactions des personnages sont même parfois difficilement compréhensibles par nous, lecteur contemporain. Je ne conseillerais pas ce roman pour débuter avec les romans historiques, je pense qu’il existe des romans historiques rédigés de nos jours et beaucoup plus facile d’accès pour un novice en la matière. Pourtant, moi qui ai l’habitude d’en lire, j’ai trouvé cela très agréable de nous plonger de la sorte dans les moeurs de l’époque. La plume de l’auteure ne manque pas de charme : elle reste accessible, malgré les quelques expressions datées. Cette lecture est donc dépaysante : elle nous fait voyager dans le temps, et c’est encore l’un des pouvoirs extraordinaires de la littérature! 

Passons maintenant à l’histoire à proprement parler. « Kate Hannigan » nous raconte une romance impossible entre deux protagonistes que tout oppose : la jeune fille-mère sans éducation habitant dans les corons, et le riche médecin bien considéré. Nous sommes encore une fois bien loin d’une situation actuelle puisqu’aujourd’hui les classes sociales ne sont plus vraiment un obstacle (quoique..) mais cette romance a su me toucher et m’emmener dans l’Angleterre du début du 20ème siècle! Je considère ce roman comme féministe, car il nous montre l’exemple d’une femme forte, en avance sur son temps et qui va dépasser sa condition sociale. Malgré une certaine naïveté, Kate Hannigan se montre indépendante : elle a soif d’apprendre et a du courage à revendre. J’ai beaucoup aimé cette héroïne : il s’agit d’un très beau personnage de fiction, une femme inspirante, qui peut nous enrichir encore aujourd’hui. Malheureusement, j’ai moins adhéré au personnage du médecin, qui m’a semblé fade et manquant de courage. J’ai trouvé son attitude machiste et prétentieuse la plupart du temps, même si c’est sûrement dû à l’époque. La conséquence est que cette histoire d’amour ne m’a pas émue autant que je l’aurais voulu même si elle reste très bien construite. 

Plus que pour l’histoire d’amour, « Kate Hannigan » vaut vraiment la peine pour la réalité historique de l’époque, qui est finement décrite : cela s’explique sans doute par le fait que ce roman est autobiographique et que l’auteure est contemporaine de son histoire. Par conséquent, Catherine Cookson réussit à nous replonger dans une époque bien différente de la nôtre. J’ai appris énormément de choses, que ce soit sur l’organisation de la société, la vie quotidienne ou tout simplement le comportement de la population, loin d’être aussi tolérante qu’elle ne l’est aujourd’hui (encore une fois, ça reste à discuter..). De plus, ce roman est aussi le prétexte d’une critique acerbe de la religion et du système de classes sociales : Catherine Cookson fait réfléchir le lecteur tout en déroulant son histoire, et c’est un talent que j’admire énormément. « Kate Hannigan » est une peinture des moeurs réaliste et enrichissante, à conseiller à tous les amateurs de littérature historique. 

Enfin, mention spéciale pour l’originalité du roman : chaque chapitre se passe lors d’un réveillon de Noël différent, et l’on retrouve ainsi les personnages année après année. C’est un procédé que j’ai beaucoup aimé, car en plus de nous plonger dans une ambiance singulière, il donne du peps à l’intrigue et crée même une certaine attente, qui n’est pas présente dans une histoire à la construction linéaire. Les personnages secondaires comme la fille et la mère de Kate sont bien dépeints et nous sont rendus attachants, la narration nous fait entrer dans la tête de chacun si bien que l’on se met parfaitement à leur place, malgré des caractères parfois un peu trop stéréotypés. Je pense que cela est encore une fois dû à l’époque, l’écriture était sans doute moins psychologique qu’aujourd’hui !

En résumé

« Kate Hannigan » est un roman qui vaut la peine pour les thèmes qu’il aborde. Ce roman historique nous dépayse en nous emmenant dans une époque bien différente de la nôtre: l’Angleterre pauvre du début du 20ème siècle, où les choses étaient loin d’être faciles. L’auteure est contemporaine des faits puisque le roman a été rédigé en 1950 : cela lui permet de nous dresser un portrait fidèle des moeurs de l’époque ainsi qu’une critique acerbe de la société et de la religion. Plus que pour la romance un peu trop stéréotypée, cette histoire vaut surtout pour cet aspect historique, qui devrait plaire aux férus du genre.

De plus, Catherine Cookson nous dresse le portrait d’une héroïne forte et en avance sur son temps. J’ai beaucoup aimé Kate Hannigan, une femme courageuse qui nous inspire encore aujourd’hui. L’atmosphère est parfois un peu vieillot par moments, je ne le conseillerais donc pas cette lecture à tout le monde, mais pour ma part j’ai apprécié son charme suranné! Une belle découverte, enrichissante, qui m’a fait sortir de mes habitudes. 

Kate Hannigan, par Catherine Cookson, aux éditions Charleston, 2017, 18 euros. 

2 commentaires sur “Kate Hannigan

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :