54 minutes

Parmi les nouvelles sorties de ce mois de novembre, « 54 minutes » était sans doute l’un des romans qui me tentait le plus. Le sujet traité (les fusillades dans les lycées aux Etats-Unis) m’a toujours fasciné. Ici, bien sûr, l’histoire est fictive, mais ce qui m’interpelle, c’est de savoir que des évènements similaires se sont vraiment produits à plusieurs reprises. Ce roman Young Adult qui vient de paraître (le 2 novembre) était donc plein de promesses: il ne les a pas toutes tenues, mais dans l’ensemble, j’ai quand même passé une bon moment de lecture. Critique.

Merci aux éditions Hachette et à Netgalley pour cette lecture.

L’histoire

10  h  08 – KEVIN
Mec, il se passe quoi ? Réponds-moi  !

10  h  09 – SYLVIA
Tyler est revenu.

10  h  11 – MATT.
Claire j’ai trop peur. Il tire sur les gens. Qu’est-ce que je fais  ? CLAIRE DÉCROCHE S’IL TE PLAÎT  !

10  h  27 – AUTUMN
Ça ne peut pas être vrai. Ça ne peut pas être Ty. Ça ne peut pas être mon frère.

10  h  30 – TYLER
Aujourd’hui vous m’appartenez tous.
Aujourd’hui vous allez m’écouter.

Mon avis

La couverture avec ses craies qui explosent est très parlante : nous sommes dans une histoire où tout va se briser, un roman qui aborde le thème de la fin de l’innocence de façon brutale. Et brutale, cette histoire l’est sans aucun doute : il suffit de voir le nombre de morts violentes qui s’enchaînent dans les pages de ce Young Adult à un rythme effréné, au point que je ne conseillerais pas ce roman aux trop jeunes lecteurs.

L’atmosphère de « 54 minutes » m’a tout d’abord fait penser à la série « Riverdale ». En effet, nous sommes aussi dans une petite ville où chacun a ses secrets et peu de perspectives d’en sortir : la mal nommée Opportunity n’est pas terre d’opportunités pour ces adolescents désoeuvrés. Le plus déséquilibré de tous, c’est sans aucun doute Tyler, un lycéen perturbé qui va ouvrir le feu sur ses camarades. Mais comment en est-il arrivé là? C’est ce que nous allons tenter de comprendre à travers des flashs backs…

La narration est très originale, c’est le point fort du roman. Comme son nom l’indique, toute l’action se passe en 54 minutes et va nous être racontée à travers le point de vue de différents personnages présents lors de la fusillade et qui ont connu Tyler : sa soeur, son ex, ses ennemis. Nous découvrons donc un récit très vivant, presque un roman d’action, intelligemment construit et  entrecoupé d’échanges de messages paniqués. Cette dernière idée aurait pu donner du peps à l’intrigue, mais pour ma part, j’ai trouvé que cela alourdissait beaucoup les choses, d’autant plus que je n’ai jamais vraiment su comprendre qui étaient les différents personnages qui s’échangent des messages : ils sont différents de nos narrateurs, et cela m’a perdue. Cette alternance permanente des narrateurs ne facilite pas non plus la compréhension, et il m’a fallu quelques chapitres pour commencer à m’y retrouver. 

Ce qui m’a un peu déçu, c’est qu’au vu du concept de ce roman, on s’attend à une histoire très dynamique. Or, le rythme est un peu plat par moments, je ne suis pas sentie aussi oppressée et stressée que j’aurais voulu, à cause de quelques longueurs. Malgré tout, l’histoire est forte et tout au long de ma lecture, j’ai vibré pour ces personnages imparfaits que j’ai appris à aimer, me demandant quel serait le dénouement et pressentant qu’il ne serait pas bon. Nous sommes dans une histoire étonnamment noire pour un roman Young Adult et cela change de la tonne des productions du genre. Vous vous en doutez, après de tels évènements, il n’y a pas de happy end au programme, juste des existences brisées qu’il faudra reconstruire. L’épilogue m’a d’ailleurs agréablement surpris, je l’ai trouvé plus touchant que le reste de l’histoire. « 54 minutes » se referme sur une note d’espoir après la cruauté, et c’est quelque chose que j’ai trouvé très beau.  

Malgré les qualités de ce roman et son originalité, j’ai senti à certains moments que nous étions bien dans un roman Young Adult, avec les défauts que cela implique. La psychologie des personnages n’est à mon goût pas assez développée, nous connaissons des choses sur nos narrateurs (et encore…) mais pas sur les multiples personnes qui vont croiser leurs routes. En outre, j’ai trouvé l’histoire un peu trop manichéenne : il y a les gentils, et le méchant, l’inhumain Tyler. Malgré le caractère monstrueux de ses actes, j‘aurais aimé que l’on puisse s’attacher à Tyler ou au moins, tenter de le comprendre. Pourquoi pas, par exemple, nous faire partager son point de vue? Avec un tel sujet, on aurait pu s’attendre à plus de réflexions sur la violence ou le port d’armes, et là aussi je suis restée sur ma faim. Si le thème vous intéresse mais que ce manque de psychologie vous freine, je vous conseille le roman adulte « American Girl », de Jessica Knoll, où le même sujet est abordé du point de vue de la reconstruction d’une survivante, des années après les faits.

En résumé

« 54 minutes » est un roman Young Adult très fort, qui sort des sentiers battus à la manière d’un « 13 reasons why ». Cette histoire est celle d’une fusillade dans un lycée, c’est aussi celle de la fin de l’innocence, une histoire brutale qui ne laissera personne indifférent. L’atmosphère est pesante, le concept est original et la narration en temps réel donne du peps supplémentaire à l’intrigue, malgré un petit manque de dynamisme par moments. A travers le regard d’une série de narrateurs qui s’enchaînent, nous allons découvrir qui est vraiment Tyler, le tireur, et comment il en est arrivé là. J’ai beaucoup aimé le côté très noir de cette histoire, à l’image de sa couverture : ici, pas de happy end au programme.

On sent qu’on est dans une histoire jeunesse mais pourtant, celle-ci est agréablement différente de ce que j’ai l’habitude de lire. Une belle lecture, qui ne m’a pas bouleversé autant que je m’y attendais, mais qui a su me happer et m’interpeller. 

54 minutes, par Marieke Nijamp, aux éditions Hachette Romans, 2017, 15 euros 90. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :