Au revoir là-haut

Il y a peu, j’ai eu la chance de gagner le concours Instagram organisé par Carnet Parisien que je remercie énormément pour cet envoi. J’ai donc reçu dans ma boîte aux lettres la nouvelle édition du roman « Au revoir là-haut » ainsi que des places pour aller voir l’adaptation au cinéma. J’étais enchantée car ce film me tentait énormément, mais tout lecteur sait qu’il vaut mieux avoir lu le livre avant! Je m’y suis donc plongée presque immédiatement avant de me rendre au cinéma ce samedi. Voici mon verdict.

L’histoire

Ils ont miraculeusement survécu au carnage de la Grande Guerre, aux horreurs des tranchées. Albert, un employé modeste qui a tout perdu, et Edouard, un artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », comprennent vite pourtant que leur pays ne veut plus d’eux. Désarmés, condamnés à l’exclusion, mais refusant de céder au découragement et à l’amertume, les deux hommes que le destin a réunis imaginent alors une escroquerie d’une audace inouïe… Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants. Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose avec talent la grande tragédie de cette génération perdue.

Mon avis

Je suis très heureuse d’avoir pu découvrir ce roman, qui me change un peu de mes habitudes de lectrice ! J’aime lire des romans historiques, mais il s’agit bien plus souvent de romances ou de livres dans lesquels l’histoire est un peu idéalisée. Ici, rien de tout ça, bien au contraire! Pierre Lemaitre nous décrit avec une grande pertinence la période de l’après-guerre de 14 dans tout ce qu’elle a de plus cruel.

Ce roman a la particularité de commencer quand la guerre est presque finie. Mis à part les 50 premières pages, ce n’est pas d’un récit des tranchées dont il est question, mais celui d’un retour difficile à la vie réelle. J’ai souvent en tête, quand on me parle des années 1920, une idée des années folles où tout est possible, où les artistes dansaient dans les rues avec insouciance. Or, « Au revoir là-haut » nous montre l’envers du décor. Pierre Lemaitre met en scène des antihéros, à qui la guerre n’a pas réussi, et qui sont en quelque sorte livrés à eux même. A l’heure où l’on célèbre le centenaire de ce triste conflit, il est intéressant de se dire que les soldats d’il y a un siècle n’étaient peut-être pas tous de si grands héros ! Ce que j’ai donc le plus apprécié dans ce roman, c’est cette vision impertinente mais toujours juste des horreurs de la guerre. Pierre Lemaitre s’est appuyé sur un grand travail de documentation, comme il l’explique à la fin, et cela se ressent : il recrée l’ambiance de l’époque à la perfection, comme si on y était! 

Pierre Lemaitre est aussi très fort pour nous dresser avec mordant le portrait d’une série de personnages, issu de classes sociales variées. Dans ce livre, personne n’a le beau rôle, tout le monde est assez malhonnête à un moment donné, les personnages sont imparfaits. J’ai aimé que l’auteur sorte un peu de la conception manichéenne que l’on aurait attendu d’un tel roman. De plus, sa galerie de personnages est finement analysée d’un point de vue psychologique grâce à une narration qui ne manque pas de malice et où l’on entre dans la peau de chacun d’entre eux. Il y a beaucoup d’humour noir et de cynisme dans cette lecture, l’auteur a un style bien à lui qui fait mouche et je comprends que le Goncourt lui ait été accordé en 2013.

Parmi tous ces personnages remplis de défaut, j’ai quand même ressenti un attachement particulier pour l’un des héros, le candide Albert Maillard. A travers cet ancien combattant traumatisé, on comprend à quel point la guerre n’a pas fait de cadeaux à ses héros, et cela nous pousse à réfléchir sur l’horreur de ce conflit et ses conséquences, bien plus que ne l’aurait fait une histoire classique. 

« Au revoir là-haut » est un pavé de plus de 600 pages, mais je pense que ce roman aurait aisément pu être raccourci d’au moins une centaine de pages sans rien enlever à l’histoire. J’ai senti vers le milieu de l’histoire des lenteurs dans le roman, qui m’ont fait perdre un peu d’intérêt pour cette lecture pourtant très enrichissante. C’est un peu dommage, car l’arnaque culottée montée par nos héros avec fantaisie vaut assurément le coup d’être découverte.

En résumé

Si vous cherchez un roman sur la Première Guerre Mondiale qui sort des sentiers battus, vous avez trouvé ce qu’il vous faut ! Avec « Au revoir là-haut », Pierre Lemaitre nous montre les dessous peu glorieux de ce conflit, et le dur retour à la réalité pour les soldats traumatisés et exclus de la société. Pour autant, ne vous attendez pas à un livre déprimant ou trop sérieux : l’auteur réussit le tour de force de nous livrer une petite fantaisie foisonnante, où tous les personnages en prennent pour leur grade, quelle que soit la classe sociale à laquelle ils appartiennent. L’auteur manie l’humour noir et le cynisme avec une grande malice pour nous dresser un fin portrait de ses antihéros. Pierre Lemaitre a un style bien à lui, une plume qui fait mouche et qui lui a d’ailleurs valu le Prix Goncourt en 2013.

Malgré quelques lenteurs, je vous conseille de ne pas louper ce roman qui vient d’être adapté au cinéma : vous comprendrez que l‘après-guerre, trop souvent négligée en littérature, a des choses à vous apprendre, et pas des moindres! Une réussite.

Au revoir là-haut, par Pierre Lemaître, aux éditions Le Livre de Poche, 8 euros 60, 2013 (nouvelle édition, 2017). 

Publicités

4 commentaires sur “Au revoir là-haut

Ajouter un commentaire

  1. Il est aussi dans ma PAL mais contrairement à toi j’attends de l’avoir vu au cinéma avant de le lire. Si je lis un roman avant de voir l’adaptation, je suis systématiquement déçue du film que je trouve toujours en deçà et moins complet que le livre !
    En tout cas, ta chronique confirme mon envie de le lire !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :