Pardon

Erika Boyer est une auteure autoéditée que je commence à considérer comme une valeur sûre. J’avais tout d’abord lu et apprécié sa romance Le langage des fleurs. J’ai ensuite eu il y a peu un gros coup de coeur pour son tout dernier néSous le même ciel, qui m’a bouleversé et remué comme jamais et que je vous recommande absolument! Il ne me restait donc plus qu’un seul de ses titres à lire, et je dois dire que malgré mon envie, je ressentais de l’appréhension à l’idée de découvrir ce roman. Tout d’abord, j’avais un peu peur d’être déçue car après avoir tant adoré « Sous le même ciel », je craignais que celui-ci ne soit pas à la hauteur ! Enfin, je redoutais le thème, si particulier, d’une relation amoureuse incestueuse entre un frère et une soeur. A vrai dire, je n’aurais sûrement pas voulu lire ce roman si le magnifique Forbidden n’était pas passé par là et n’avait pas complètement retourné tous mes principes à ce sujet il y a quelques mois de ça. Bref, beaucoup de craintes non fondées, car encore une fois Erika Boyer a su me transporter et m’émouvoir avec sa plume magnifique ! Critique.

Merci à Erika Boyer et à Simplement Pro pour cette lecture. 

L’histoire

« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »

Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa soeur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du coeur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.

Mon avis

Erika Boyer s’impose définitivement à moi comme une maîtresse des mots et des sentiments! Ses 3 livres parus jusqu’à présent (et j’espère qu’il y en aura encore beaucoup d’autres!) sont des romances, pourtant aucune d’elle ne rentre dans le moule du genre, et ces histoires ne se ressemblent pas non plus entre elles. L’auteure arrive à se renouveler perpétuellement avec un grand talent. Elle nous en fait encore une démonstration ici, avec « Pardon », qui est son premier roman mais pourtant déjà incroyablement maîtrisé. Ce n’était pas gagné de réussir à émouvoir avec LE sujet tabou par excellence dans notre société : la relation amoureuse incestueuse. Pourtant, l’auteure réussit le pari haut la main! 

Un tel thème est très délicat, et pourra en rebuter certains. Pour cette raison, je ne pense pas que cette lecture pourrait plaire à tout le monde, cela dépend de votre sensibilité. Ce roman demande une grande ouverture d’esprit, mais une fois que vous êtes entrés dans cet ouvrage, vous ne pourrez plus en ressortir! Ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que l’auteure ne cherche pas à faire l’apologie de l’inceste, et prend bien le temps de développer la psychologie de son héros avant d’entrer dans la relation amoureuse en elle-même. Jamais elle n’essaiera de nous convaincre de la normalité de cette situation, elle reste neutre mais interroge nos préjugés avec une grande finesse, en nous décrivant une passion amoureuse qui serait belle et parfaite… si elle n’était pas vécue entre deux personnes du même sang. J’ai aussi appris des choses sur le sujet, comme par exemple qu’en théorie, l’inceste n’est pas illégal s’il est consenti. Cela m’a vraiment interpellé!

Le récit est à la première personne, on a donc réellement la sensation de le vivre de l’intérieur, et j’avoue que c’est plutôt perturbant d’être confronté à de tels sentiments. Nous sommes immergés dans les pensées de Will, un sympathique jeune homme qui essaiera tout au long du roman de se battre avec ses sentiments inavouables. J’ai ressenti beaucoup d’affection pour lui, presque immédiatement. C’est un héros très attachant, honnête, droit, attaché aux siens, qui lutte contre lui-même avec beaucoup de droiture. Il ne m’a pas semblé anormal, bien au contraire : j’ai apprécié que l’auteure ne tombe à aucun moment dans le cliché. Rien n’est trop caricatural, les personnages sont justes, profondément humains, touchants et pleins de contradictions à la fois. Bref, comme chacun de nous! Aussi bizarre que ça puisse paraître, je me suis réellement identifiée à Will, je me suis mise à sa place et j’ai le sentiment de l’avoir compris, même si évidemment ce type de sentiments me choque encore. Je ne sais pas si je serais prête à accepter facilement ce type de relation si j’y étais confrontée dans mon entourage, mais la plume de l’auteure m’a voir les choses autrement pour ses héros de papier, qui ont su me toucher au plus profond de moi.  Les héros seront confrontés aux réactions de leur entourage, forcément difficiles, et c’est sans doute ce qui m’a le plus touché. Cela m’a serré le coeur de voir Will rejeté par ses proches quand son amour est dévoilé au grand jour. J’ai même eu les larmes aux yeux à certains moments..

Comme toujours chez Erika Boyer, les personnages secondaires qui gravitent autour de lui sont eux aussi très bien dépeints, aussi attachants les uns que les autres! Ce que j’ai un peu regretté en revanche, c’est de ne pas avoir le point de vue de Sarah, la soeur de Will, ni celui de leur mère. Ce sont deux personnages centraux tout au long du récit, pourtant on ne sait rien de ce qu’elles ressentent. C’est quelque chose qui m’a un peu manqué, car pour cette raison, Sarah n’a pas su me toucher autant que son frère l’a fait. Je n’ai pas vu en elle la même profondeur psychologique, elle m’a semblé un peu immature par moments, et j’aurais aimé pouvoir partager ses doutes à elle aussi, afin de mieux la comprendre. C’est quelque chose que j’avais préféré dans Forbidden, où j’avais pu vibrer pour chacun des deux héros. Mais la comparaison s’arrête là ! Si ces deux oeuvres abordent le même thème pas banal, le roman d’Erika Boyer mérite de vivre par lui-même, sans être sans cesse comparé à cet autre titre que l’on a beaucoup vu sur les réseaux. Les deux ont des qualités incontestables, mais « Pardon » est un roman un peu moins tragique et beaucoup plus porteur d’espoir, une belle romance qui gagne à être lue que vous ayez lu ou non « Forbidden ».

Ce roman prend pour cadre la ville de Bordeaux, où j’ai passé des vacances il y a un an et demi, et j’ai trouvé très appréciable de retrouver ce bel endroit en toile de fond (et sa librairie Mollat tout simplement incroyable) ! J’aime beaucoup les romans qui en profitent pour nous faire visiter de nouvelles villes, et c’est encore l’un des points forts de « Pardon ».

En résumé

Une relation amoureuse entre un frère et une soeur… Impensable, pensez-vous? Eh bien, si vous vous sentez assez ouvert d’esprit pour vous intéresser à ce sujet, sans doute le plus tabou d’entre tous, vous avez tout à gagner à découvrir « Pardon ». L’auteure Erika Boyer questionne nos sentiments et nos préjugés à ce sujet, avec beaucoup de finesse et d’impartialité, sans jamais juger qui que ce soit ! « Pardon », c’est avant tout une belle histoire d’amour, dont les héros ont malheureusement la malchance d’être du même du sang. C’est un roman qui m’a touché, ému et même mis les larmes aux yeux à certains moments. C’est un roman qui renverse les idées reçues, et nous prouve que l’amour se cache là où ne l’attend pas, et qu’il est parfois impossible de lutter contre lui.

Le héros, Will, est très bien analysé d’un point de vue psychologique, on l’accompagne dans ses doutes et son cheminement intérieur, même si j’ai regretté de ne pas avoir le point de vue de l’autre protagoniste de cette histoire d’amour. J’ai ressenti beaucoup d’empathie pour ce jeune homme et aussi étrange que cela puisse paraître, j’ai encore une fois eu l’impression d’être à sa place grâce à la plume particulièrement belle et immersive d’Erika Boyer, une auteure qui devient incontournable pour moi!  Ajoutez à cela une galerie de personnage secondaires très bien dépeints, et une  toile de fond agréable grâce à la ville de Bordeaux,  et vous obtiendrez une lecture aussi plaisante que dérangeante, une histoire d’amour aussi belle que compliquée, une auteure talentueuse à la plume délicate ! Bref, une oeuvre qui vaut la peine d’être lue, pour vous remettre en question, réfléchir, ou tout simplement passer un moment inoubliable de lecture auprès de héros magnifiques. 

Pardon, par Erika Boyer, autoédité, 2016, 14 euros 90 et 3 euros en e-book. 

Publicités

3 commentaires sur “Pardon

Ajouter un commentaire

  1. Merci pour toutes les choses que tu dis dans cette chronique sur ma plume ou mes histoires, elles me touchent tellement que j’aimerais les relever toutes mais mon commentaire ne ressemblerait alors plus à grand chose… Merci aussi d’avoir tenté la lecture de « Pardon », je sais que le thème peut en rebuter certains et ça me fait plaisir qu’en début de ce sujet, tu sois parvenue à apprécier ta lecture. Je considère ça comme un grand compliment !

    D’ailleurs, je suis super heureuse d’avoir pu t’offrir un autre regard sur l’inceste consenti et même si ça ne change pas ta vision sur le sujet, ça me fait plaisir que tu puisses en accepter d’autres. Comme tu as su le mentionner, je ne cherche pas à faire l’apologie de l’inceste ni même à donner des leçons (d’ailleurs je précise, même si tu t’en doutes, que je suis absolument révoltée par l’inceste non consentie et les actes pédophiles qui y sont bien souvent rattachés, moi, je ne soutiens que l’amour entre adultes), je voulais juste présenter les choses sous un angle différent : celui de l’amour.

    Concernant le point de vue de Sarah, je suis désolée. Souvent, quand je regarde ce livre, je me dis que je ferai les choses très différemment si je le récrivais maintenant mais c’était mon premier et finalement je l’aime comme ça, avec ses défauts ♡ Mais je regrette de ne pas avoir offert le point de vue de Sarah parce que peu ont réussi à cerner ce personnage à cause de ça…

    Maintenant que tu as lu et aimé tous mes romans, j’ai la pression pour les prochains ! J’espère que les suivants réussiront à te toucher aussi ou au moins à te faire apprécier ta lecture.

    Merci beaucoup de me lire et merci pour cette superbe chronique ♡

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi d’écrire de si belles histoires ! Je suis sûre que je ne serai pas déçue par les prochains si ta belle plume et ta sensibilité sont toujours au rendez-vous, et je ne doute pas que ce sera le cas..🎀
      En tout cas, « Pardon » était impressionnant pour un premier roman, je l’ai trouvé très abouti et j’y ai retrouvé tout ce que j’avais aimé dans les suivants.. ce n’est donc pas si grave pour le point de vue de Sarah, c’est un petit défaut excusable! Et qui sait, ca laisse peut-etre de la matière pour un nouveau texte😉
      Maintenant que j’ai lu tous tes romans, je serais vraiment ravie de pouvoir t’interviewer pour les lecteurs de mon blog. Si ça t’intéresse contacte moi sur Instagram !

      J'aime

      1. J’ai hâte d’avoir ton avis sur mes prochaines histoires, alors ♡
        Merci beaucoup pour le compliment. Comme c’est mon premier j’ai conscience qu’il a des défauts, c’est peut-être même un peu « brouillon » sur certains points mais si tu le trouve abouti alors je suis vraiment contente !
        Ce serait avec grand plaisir, je te contacte là-bas ^^

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :