Interview #3 : Erika Boyer.

Aujourd’hui, je vous retrouve pour une toute nouvelle interview sur mon blog, et pas des moindres ! J’ai en effet eu la chance de discuter avec Erika Boyer, une auteure dont j’ai totalement adoré les 3 romans. J’étais donc très heureuse d’en apprendre un peu plus sur elle et son oeuvre, qui valorise l’amour sous toutes ses formes.. Cette auteure issue de l’autoédition n’a rien à envier aux auteurs publiés, bien au contraire! La qualité est totalement au rendez-vous, sa plume est magnifique, ses romans sont poignants et beaux… Je vous conseille absolument son dernier, Sous le même ciel, qui fut mon coup de coeur de décembre!

Bref, place à l’interview ! En espérant qu’elle vous donnera envie de rentrer dans son univers.

1) Avant toute chose, une petite présentation de vous et de vos romans pour quelqu’un qui ne vous a encore jamais lu?

Je m’appelle Erika Boyer, j’ai bientôt vingt-huit ans et je suis une nouvelle plume française qui écrit de la littérature sentimentale et contemporaine.

Mes trois romans tournent autour de l’amour, même s’ils sont très différents les uns des autres. ‘Pardon’ parle d’un amour entre un frère et une sœur, ‘Le langage des fleurs’ se concentre sur un couple au passé sombre et ‘Sous le même ciel’ dépeint un amour homosexuel fort.

2) Vous êtes l’auteure de trois romances, pourtant aucune d’elle ne correspond au schéma classique du genre. D’où vous vient l’envie de parler de l’amour sous ses formes les plus atypiques?

J’appartiens à la communauté LGBT+ et bien que je sois dans une relation hétérosexuelle, je connais mes « différences ». Elles ne me perturbaient pas jusqu’à récemment, c’était ma normalité alors tout allait bien. Mais, il y a quelques temps, j’ai réalisé que ce qui me semblait parfaitement normal ne l’était pas aux yeux des autres. Plus j’ai fréquenté les réseaux sociaux et plus j’ai compris que mon ouverture d’esprit n’était pas universelle et que si je ne voyais aucun mal à l’amour, sous toutes ses formes (même celui entre un frère et une sœur, donc), ce n’était pas le cas de tout le monde. J’ai commencé à penser que mes différences étaient un problème jusqu’à ce que je réalise que le réel problème était le manque d’informations ; c’est l’ignorance des autres qui rend notre situation « anormale ». C’est pour cette raison que je parle d’amour, tous les amours, pas forcément celui dont on parle dans tous les livres et tous les films, ni forcément celui qui nous semble être le plus commun. Je veux parler des couples qui ont une grande différence d’âge, des amours tabous, des passions homosexuelles comme de celles hétérosexuelles…

Je suis amoureuse de l’amour. Et je suis convaincue que c’est le plus fort sentiment qui existe et que sans lui, nous ne sommes rien. (Pour moi, la passion, l’amitié, la tendresse pour un parent etc. sont aussi des formes d’amour, je prends donc le mot au sens large.)

Je veux montrer une autre vision aux gens. Je ne cherche pas à imposer mes pensées mais à les partager, à proposer un nouvel angle de vue. Nombreuses sont les lectures qui m’ont poussée à me questionner et même à changer et à devenir ce que je considère être une personne meilleure. Je me dis que je pourrais peut-être avoir un effet similaire sur quelqu’un d’autre ? Si cela marche sur une seule personne alors ce sera déjà une réussite.

3) Comment vous est venu le besoin d’écrire? 

C’est un peu cliché mais j’ai toujours écrit. Comme je le montre avec ma précédente réponse, j’ai énormément à dire. J’ai beaucoup de choses en tête, je ressens trop (notamment la souffrance des autres) et je n’arrive pas à garder tout cela en moi. J’ai besoin de l’exprimer alors je couche mes idées sur papier, je me défoule à l’écrit et je me libère. Initialement, l’écriture n’était qu’un exutoire, c’est récemment que j’ai commencé à vouloir m’en servir comme support pour passer des messages et exprimer un peu mieux mes idées afin d’échanger ensuite avec d’autres personnes.

4) Dans « Pardon », vous abordez un thème peu banal : celui de l’inceste consenti. Comment vous est venue l’idée de parler de ce thème, peut-être le plus tabou d’entre tous? Est-ce que ce roman a été plus compliqué à écrire que les autres en raison justement de ce sujet?

En fait, je voulais beaucoup lire un livre sur le sujet mais je n’arrivais pas à en trouver malgré mes recherches. J’étais curieuse de voir comment la psychologie allait être abordée, ça me semblait très intéressant, mais je n’ai malheureusement rien trouvé à ce moment. C’est là qu’une amie m’a dit que je pouvais l’écrire moi-même et… je l’ai fait.

Je n’ai pas le sentiment que cela a été compliqué. Comme je l’ai dit plus haut, pour moi il n’y a rien d’anormal dans ce type d’amour. C’est tabou, oui, et je comprends pourquoi la société voit cela d’un mauvais œil mais de mon côté, j’ai  une devise de vie très simple : si ce que font les gens les rend heureux et ne blesse personne, alors sois heureuse pour eux ou au moins, ne t’en mêle pas. En d’autres mots, chacun fait comme il l’entend et si ça le rend heureux, j’en suis ravie !

5) En tant que lectrice, quelles sont les romances qui vous ont le plus touché? 

J’en lis beaucoup mais mes préférées sont généralement celles écrites par Colleen Hoover. C’est mon auteur préféré et je suis très sensible à son style, ses idées et ses personnages. Ils ont généralement des passés très sombres qui permettent d’avoir des histoires vraiment profondes. Aussi, cet auteur est très créative et a beaucoup d’humour. Ses livres sont le mélange parfait d’amour, humour et intensité.

6) Quelles sont les valeurs les plus importantes à vos yeux, celles que vous essayez de transmettre dans vos ouvrages?

L’ouverture d’esprit, l’acceptation des différences ? Oui, je pense que ce sont les deux principales. Tout simplement parce que je suis convaincue que si le monde changeait sur ces deux points, tout irait bien mieux.

7) Vos trois romans sont parus via l’autoédition. Pourquoi avoir choisi ce mode de publication particulier ?

Il faut savoir que je ne pensais pas devenir auteur un jour. J’ai écrit ‘Pardon’ par plaisir et j’ai été au bout pour me prouver à moi-même que j’en étais capable. J’ai ensuite voulu l’imprimer pour mes proches et moi-même mais, finalement, je me suis lancée dans le métier suite aux bons retours et surtout, au plaisir que j’ai pris à écrire ce roman. C’est donc une raison très futile qui m’a poussée à passer par l’autoédition au début.

Pour ce qui est des romans suivants, disons que j’ai été très satisfaite d’avoir mon indépendance avec le premier et que je ne voyais pas trop l’intérêt de passer par le circuit traditionnel alors que cela marchait plutôt bien comme ça.

Je ne suis absolument pas fermée à l’idée de publier par une maison d’édition, je ne suis juste pas prête à le faire à n’importe quel prix et je me sens bien comme je suis maintenant, mais si une opportunité se présentais, je pourrais la saisir.

8) Votre actualité, c’est une nouveauté, le roman « Sous le même ciel », qui a été un vrai coup de coeur pour moi ! J’ai l’impression qu’il est plus tourné vers l’émotion que vos précédentes histoires, il y a un côté plus réaliste et moins optimiste. Etait-ce un choix délibéré? 

Pour être honnête, je ne choisis pas vraiment les histoires que je vais écrire, c’est elles qui me choisissent. Je ne réfléchis jamais à ce dont je vais parler, une idée me vient et s’empare de moi et je me contente de la retravailler ensuite. La base est inconsciente et je ne sais jamais ce que je vais avoir envie d’écrire. (Ce qui rend très difficile de faire un planning…) C’est bien moi qui imagine ces histoires mais j’ai l’impression que cela se fait indépendamment de ma propre volonté, comme si j’étais un peu extérieure à tout ça ? J’imagine que c’est une réponse très étrange…

9) Quels sont vos prochains projets? Des suites de vos romans sont-elles prévues, ou allez-vous vers quelque chose de totalement différent?

Je suis actuellement dans l’écriture du premier tome d’une saga. Il s’agit d’une romance contemporaine qui sera composée d’une dizaine de tomes mais chacun pourra être lu indépendamment des autres et je ne compte pas suivre de schéma alors je ne peux pas promettre que toutes les histoires se termineront bien. Les protagonistes sont inspirés des plus célèbres Dieux grecs et même s’il n’y aura aucun aspect fantastique à mes livres, j’espère que les lecteurs y verront les petits clins d’œil.

Ensuite, j’attaquerai l’écriture du spin-off de ‘Le langage des fleurs’ qui se concentrera sur Stecy et Lucas. Je suis également sur un projet avec une amie illustratrice, une sorte d’album M/M dont je ne peux pas encore parler. Pour ce qui est de la suite, j’ai une dizaine d’histoires et de projets qui m’attendent, notamment un recueil de nouvelles liées à ‘Sous le même ciel’, une histoire de Noël, un récit de fantasy et une dystopie, mais puisque j’écris comme les choses me viennent, je ne peux pas déjà dire ce que je ferai précisément demain !

10) Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui désire à son tour se lancer dans l’écriture? 

J’ai toujours le sentiment de ne pas avoir la légitimité nécessaire pour donner des conseils… J’écris avec mon cœur alors j’imagine que ce serait mon conseil ? Il faut écrire avec nos trippes, le faire avec envie, ne pas se lancer dans l’espoir d’être connu, avoir la passion et travailler durement. L’amour des mots me semblent être le plus important.

De manière plus technique, je recommande aussi de faire des fiches personnages et un plan avant de se lancer dans l’écriture. Cela évite de se perdre ou d’être incohérent.

11) Merci, Erika Boyer, d’avoir pris le temps de répondre à mes questions.

Merci à toi de t’intéresser à ce que j’ai à dire !

Si vous voulez en savoir plus, découvrez mes critiques de ses 3 romans : 

Publicités

2 commentaires sur “Interview #3 : Erika Boyer.

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :