La saga « Les carnets de Cerise »

Si vous êtes actifs sur Bookstagram, vous avez probablement vu passer un jour ou l’autre la série de BDs « Les carnets de Cerise ». Cette saga n’est pas neuve, le premier tome de 2012, mais l’engouement est de plus en plus fort suite à la sortie fin 2017 du 5ème et dernier tome, « Des premières neiges aux Perséïdes ». Je dois avouer que je n’ai pas tout de suite été tentée par ces BDs jeunesse si populaires. C’est ma rencontre avec le scénariste Joris Chamblain, lors du Salon du livre de Montreuil, qui a changé la donne. J’étais venue lui faire signer Journal d’un enfant de la lune et il m’a donné très envie de découvrir sa petite héroïne. Je craignais que cette histoire ne soit trop jeunesse et n’arrive pas à m’accrocher, mais l’auteur a su me convaincre du caractère universel de sa saga. J’ai vraiment bien fait de l’écouter, car je serais passée à côté d’une merveilleuse histoire. Début janvier, j’ai donc acheté le premier tome et j’ai dévoré dans la foulée les suivants. Aujourd’hui, je viens vers vous pour vous convaincre à mon tour de découvrir cette magnifique saga coup de coeur, une BD à ne pas rater, pour petits et grands. Autant vous prévenir, cette chronique sera longue, car je me suis beaucoup emballée en essayant de résumer les 5 tomes en un article…

L’histoire

Résumé du tome 1 pour éviter les spoilers… 

Cerise est une petite fille âgée de 11 ans, qui vit seule avec sa mère. Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. Ils sont si compliqués qu’elle souhaiterait mieux les comprendre. Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent au fond d’’eux.

Prenez Michel… Tous les dimanches, ce vieil homme s’’engouffre dans la forêt avec de gros pots de peinture à la main. Qu’y fait-il donc toute la journée ? Repeint-il une vieille maison ? Décore-t-il des arbres ? Et pourquoi a-t-il l’air si triste quand il rentre le soir ? Suivez Cerise, pas à pas, dans sa première enquête qui vous mènera au coeur de la forêt, à la découverte d’un lieu fabuleux !

Mon avis

J’ai tellement aimé rentrer dans l’univers de Cerise! A chaque nouveau tome, mon bonheur allait croissant et j’aurais aimé ne jamais finir cette série de BDs toutes douces. Je me suis de plus en plus attachée aux personnages de cette série, je les ai vu, grandir, évoluer, progresser, et j’aurais aimé ne jamais les quitter.. Je regrette d’avoir découvert cette série après la parution du dernier tome, car je n’aurai plus jamais la joie d’attendre une nouvelle aventure de Cerise. D’un autre côté, je suis reconnaissante aux auteurs de m’avoir offert ces si belles heures de lectures, et je les salue d’avoir su s’arrêter avant le tome de trop, tous n’y arrivent pas, surtout pas en BD… 

Dans cette histoire toute mignonne servie par les adorables dessins d’Aurélie Neyret, nous suivons Cerise, une jeune enquêtrice en herbe, qui se passionne pour les secrets des gens autour d’elle et pour les énigmes en tout genre, au risque de lasser ses fidèles amies. Chaque carnet est consacré à un « personnage mystère » dont elle va percer les secrets, et améliorer ainsi leur vie. C’est une histoire assez feel good dans le sens où il y a une jolie morale qui fait du bien à la fin de chaque histoire, et que notre Cerise est une petite fille malicieuse et pleine de ressources, que l’on prend plaisir à suivre. Je pense que les enfants adoreront cette héroïne chez qui ils se reconnaîtront, et dont ils admireront l’audace. Autour d’elle gravitent une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres : Line et Erica, les meilleures amies de Cérise ; sa maman dévouée ; sans oublier sa voisine, la romancière Annabelle Desjardins qui l’aidera dans ses enquêtes par ses conseils d’une grande sagesse. Ces petites enquêtes sont très sympas à lire et raviront les détectives en herbe, même si évidemment, les adultes ne doivent pas lire cette saga pour son suspense.

Mais ce que j’ai beaucoup aimé, c’est que nos auteurs ne cherchent pas pour autant de faire de Cerise un modèle pour les enfants, à savoir une héroïne lisse et parfaite, comme c’est souvent le cas en littérature jeunesse. Ce n’est qu’une enfant, qui doit encore grandir et découvrir qui elle est vraiment. Elle a beaucoup de défauts : Cerise est entêtée, se met à dos ses amies à cause de son obsession pour les enquêtes, ment à sa mère, se montre parfois égoïste et devra très vite affronter les conséquences de ses actes. Ce côté imparfait m’a semblé très présent dès le tome 2 « Le livre d’Hector », étonnamment triste, qui est peut-être mon préféré. J‘adore toutes ces imperfections de Cerise qui la rendent très humaine : cela permet à l’histoire de se crédibiliser face au lecteur adulte, mais aussi de donner des leçons aux enfants au sujet de certaines erreurs qu’ils peuvent commettre, d’un ton jamais moralisateur. Ils peuvent aussi s’identifier dans cette héroïne, qui fait des bêtises, comme eux.

Je comprends l’engouement du lectorat adulte au sujet de cette BD : « Les Carnets de Cerise » est une histoire étonnamment sombre. Dès le premier tome, j’ai senti comme une tension et une mélancolie latente, sans jamais parvenir à mettre le doigt sur ce qui clochait. Cette impression se renforce au fur et à mesure des tomes. Il y a beaucoup de non-dits entre Cerise et sa mère, d’éléments qui restent pour nous inexpliqués et de tristesse sous-jacente. Je ne suis pas sûre que les jeunes lecteurs arriveraient à saisir que derrière les enquêtes se cache une réalité beaucoup plus sombre, mais pour un lecteur adulte, c’est très intrigant et cela donne l’envie de poursuivre l’aventure avec les opus suivants. Très vite, nous comprenons que Cerise est une petite fille qui a vécu des choses très dures dans son enfance et qui se réfugie dans ses enquêtes pour fuir la réalité. On est bien loin du Club des Cinq, n’est-ce pas? Nous apprendrons au fur et à mesure de l’histoire pourquoi Cerise déteste tant les secrets, et la réponse risque bien de briser votre petit coeur… A partir du 3ème tome, cette tristesse est de plus en plus présente, jusqu’au 5ème et dernier où tout nous est enfin expliqué. Dans « Des premières neiges aux Perséides », nous comprenons enfin ce qui hante Cerise depuis si longtemps. C’est elle le « personnage mystère » de ce dernier cahier.

(PASSEZ DIRECTEMENT AU PARAGRAPHE SUIVANT POUR EVITER LES SPOILERS).     Ce 5ème tome est pour moi un véritable chef d’oeuvre, un petit bijou de délicatesse et de sensibilité. Il aborde le thème du deuil, puisque l’on découvre enfin que la source de tous les problèmes de Cerise est la mort de son père, survenue quand elle était enfant. Ce tome nous montre également un très bel exemple de relation mère-fille et de dévotion. J’ai été émue par la façon qu’a la mère de Cerise de protéger sa fille envers et contre tout et de lui laisser le temps d’accepter l’inacceptable, quitte à s’effacer elle-même et à faire passer son propre bonheur après celui de sa fille. Je n’aurais pas pu imaginer meilleure façon de conclure la série ; le scénariste Joris Chamblain nous offre un dénouement magistral et sensible qui fera couler les larmes,  très satisfaisant, même si j’aurais aimé savoir ce qui arrivera aux autres personnages après le point final, et pas seulement à Cerise, la seuledont nous entrevoyons le futur.  FIN DU SPOILER

J’ai mentionné la qualité du scénario de Joris Chamblain, qui ne laisse rien au hasard et qui peut se lire à différents niveaux selon l’âge du lecteur. Il ne faut pas non plus oublier les illustrations d’Aurélie Neyret, qui sont tout simplement à tomber par terre! Si j’ai autant aimé Cerise, c’est en grande partie à cause de son univers coloré et de la grande beauté qui se dégage de ces illustrations. Le premier tome nous entraîne dans un zoo et le troisième en plein hiver sous la neige : autant de paysages superbement rendus par ses coups de crayons experts. J‘ai été tout simplement époustouflée par ces illustrations adorables, qui semblent si vivantes que l’on croirait parfois que Cerise se tient à nos côtés ! 

27292389_1652718801441389_1293827228_n

Voici une photo (un peu floue, je l’admets..) de ma rencontre avec l’auteur lors du dernier Salon du livre de Montreuil! 

Les Carnets de Cerise, saga en 5 tomes, par Joris Chamblain et Aurélie Neyret, parue entre 2012 et 2017 aux éditions Soleil, collection Métamorphoses, 15 euros 95. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :