Jingle Bells ou pas

Un peu avant Noël, j’ai repéré cette comédie parfaitement adaptée à la saison sur le compte Instagram de la maison d’autoédition Librinova. L’équipe ne tarissait pas d’éloges sur ce roman, et j’ai commenté qu’il avait tout pour me plaire. J’ai eu la chance que l’auteure voie ce commentaire et me propose l’envoi d’un exemplaire numérique de son roman. Par la suite, les fêtes sont passées et le temps m’a manqué, mais je devais bien sûr lire ce service presse avant Noël prochain. J’ai donc décidé de me plonger dans cette lecture plus vraiment de saison, et je ne regrette absolument pas! J’ai passé un très agréable moment auprès de la famille Guth. 

Merci à l’auteure Sophia Sagnot pour cette lecture.

L’histoire

On ne choisit pas sa famille. Mais lorsque Jacky Guth, alias « Papy crack », convoque enfants et petits-enfants dans son domaine, sous peine de dilapider sa fortune, cela donne un réveillon plus que mouvementé.
De secrets de famille en règlements de compte, de fous rires en larmes partagés, l’année des Guth sera loin de se terminer comme prévu … 

« Jingle Bells, ou pas », c’est une histoire de famille. Un cocktail explosif bourré d’humour, mais aussi de regrets aux allures de « si j’avais su ».

Alors, sortez vos pulls de Noël à tête de renne, et autres plaids moelleux, et bonne lecture! PS : vous reprendrez bien un peu de bûche, non ?

Mon avis

« Jingle Bells ou pas » est une vraie bonne comédie, parfaitement savoureuse ! Dans ce roman, les rebondissements savoureux et les quiproquos s’enchaînent à une vitesse folle: on n’a pas le temps de s’ennuyer, il se passe toujours quelque chose d’hors du commun dans le petit monde des Guth. C’est le genre de roman que je verrais très bien adapté au cinéma dans une comédie à la « Qu’est-ce qu’on a fait au bon dieu? ». Cette comédie nous emmène en effet à la rencontre des membres d’une famille déjantée, lors d’une réunion de famille explosive où tout va basculer.

Malgré son titre et sa couverture, ce roman n’est pas véritablement imprégné d’esprit de Noël. Nous ne sommes pas dans une histoire traditionnelle de Noël, pleine de bons sentiments à la manière d’un téléfilm un peu consensuel (et je ne critique pas du tout car j’adore ça!). Ce roman présente un véritable grain de folie, nous sommes face à une histoire qui franchit tous les tabous et qui ne verse jamais dans le politiquement correct. Peut-être que cette comparaison découragera certains, mais ce roman m’a fait penser à « En voiture Simone » d’Aurélie Valognes (un de mes coups de coeurs), en légèrement plus trash. Les bons mots s’enchaînent ; l’humour est subversif parfois, mais il reste toujours bienveillant. Honnêtement, je n’attendais pas grand chose de cette lecture, un petit moment sans prise de tête pas plus, mais au final je n’ai pas pu m’en détacher. J‘ai beaucoup ri et j’ai été emportée dans les aventures hilarantes de ce petit monde, sans bouder mon plaisir.

« Jingle Bells ou pas » est avant tout une histoire de famille, et quelle famille! « Papy Crack » et « Mamie Poche » (comprenez « pochtronne ») étaient de bons vivants particulièrement excentriques, qui ont délaissé l’éducation de leurs 6 enfants aux prénoms originaux : Pipo, Zébulon, Goliath, Edelweiss, pour ne citer que les plus étranges… Par contre, le chien, lui, s’appelle Nicolas ! Une fois devenus adultes, chacun tente de se construire comme il peut en oubliant cet héritage familial lourd à porter : Pipo, renommé Paul, est marié à une grande bourgeoise et se fait vouvoyer par ses enfants ; Goliath est un éternel bougon; Edelweiss ne vit que pour le bio et les retraites spirituelles… Tout va basculer quand papy Crack convoque chacun, avec compagnon et enfants, pour un Noël en famille, sous peine de les priver de leur héritage. C’est le début de vacances très tendues, qui réservent leur lots de surprises! Je ne me suis pas ennuyée un instant à suivre les membres de cette famille déjantée. Bien sûr, les personnages sont un brin caricaturaux, mais nous sommes dans une comédie et tout est permis pour créer des gags clownesques! Chacun en prend pour son grade, comme dans toutes les familles finalement…

En effet, derrière l’humour omniprésent, Sophia Sagnot nous délivre pourtant un joli message d’amour familial. Les moqueries sont nombreuses entre les personnages ainsi que les ressentiments, mais ils finiront par resserrer les liens et par se pardonner les uns  les autres. Car c’est Noël après tout! L’auteure nous démontre bien que l’on ne choisit pas sa famille et qu’il faut accepter chacun avec ses imperfections et l’aimer malgré tout. Bref, pour les plus optimistes (dont je fais partie), rassurez-vous, une morale feel good est au programme.

En résumé

Je n’avais pas d’attentes particulières au sujet de ce roman et j’ai été très agréablement surprise! Malgré le titre, pas besoin d’être à Noël pour lire cette histoire, car « Jingle Bells ou pas » n’est pas vraiment rempli des bons sentiments traditionnels. Nous suivons en effet une famille déjantée dans ses péripéties durant des fêtes de fin d’année qui s’annoncent explosives! Nos personnages sont tous névrosés, caricaturaux parfois mais tellement hilarants. Nous sommes dans une vraie bonne comédie, pas particulièrement fine mais si savoureuse! Ce roman n’est pas consensuel :  la plume de l’auteure est impertinente ; les bons mots et autres moqueries s’enchaînent, comme dans un roman d’Aurélie Valognes en légèrement plus trash. J’ai beaucoup ri et je n’ai jamais boudé mon plaisir. Si vous aimez les héros déjantés et l’humour cynique, ce roman est fait pour vous! Sophia Sagnot joue avec les incompréhensions et ressentiments présents dans toutes les familles, pour nous livrer une histoire savoureuse qui ne manque pas de piquant. Pour les plus optimistes, rassurez- vous : l’humour de ce roman est gentiment provocant mais jamais méchant, et nos héros sont unis par une grande tendresse malgré leurs différences. Une morale feel good est aussi au programme, car c’est Noël après tout! Derrière l’humour, ce roman est une vraie ode à la famille avec toutes ses imperfections.

Jingle Bells ou pas, par Sophia Sagnot, autoédité chez Librinova, 2017, 15 euros et 3 euros en e-book. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :