Ce petit quelque chose en plus

J’aime en général beaucoup les publications des éditions Harlequin. Leur collection &H nous réserve toujours beaucoup de pépites en matière de romance contemporaine et de chick-lit. Dans la plupart des cas, ces romans sont « testés » en numérique avant la publication sous le label HQN. Autant dire qu’avec cette petite romance, je partais plutôt en confiance et j’étais sûre de passer un bon moment. Erreur… 

Merci aux éditions Harlequin, collection HQN, et à Netgalley pour cette lecture. 

L’histoire

Benjamin, 36 ans, 1,80 mètre, brillant photographe, beau gosse, drôle, créatif, talentueux… Mon CV est plutôt pas mal, non ? Sauf que là, il s’agit de décrocher un poste de photographe pour le célébrissime magazine culinaire S&G, poste qui est tout simplement le job de mes rêves. Et, pour ça, je suis prêt à tout. Même à subir une séance shopping-relookage avec ma sœur adorée, à porter un pantalon en cuir ultra-moulant pendant l’entretien, ou à poser amoureusement avec un des amis de ma sœur pour faire croire qu’on est en couple. Ah, je ne vous ai pas dit ? S&G est un magazine gay. J’ai bien dit que j’étais prêt à tout, non ?

Mon avis

Malheureusement, ce roman a été une grosse déception pour moi! Je n’ai pas du tout accroché à cette histoire ni à son narrateur, totalement horripilant. L’histoire de base est celle-ci : Benjamin, un homme arrogant qui exerce le métier de photographe culinaire, décide de se faire passer pour un gay histoire de décrocher un poste. Mais rien ne se passera comme prévu.. Avec un tel pitch, je m’attendais à un livre hilarant qui tournerait en dérision les clichés sur les gays, à la manière de la comédie « Epouse-moi mon pote », qui m’avait bien fait rire au cinéma dernièrement. Hélas, je n’ai trouvé dans ce roman qu’une succession de clichés qui en font une oeuvre lourde et sans grand intérêt.

L’auteure multiplie les clichés et préjugés sur les gays, mais aussi les bobos, les écolos.. Tout le monde en prend pour son grade. La méchanceté n’est pas gratuite, on sent bien sûr que ce roman a été écrit avec beaucoup de dérision est à prendre au 36ème degré. Je n’ai d’habitude rien contre les histoires déjantées, cela me fait souvent rire et cela met du peps dans l’intrigue. Mais ici, tout est simplement… Trop! Autour du héros gravitent une alerte de personnages improbables des plus caricaturaux. Ils se sont tous donnés le mot pour être tête-à-claques au possible : la grand-mère nymphomane, la soeur hystérique obsédée par le bio, le meilleur ami émasculé par sa copine fan de films d’actions, et j’en passe et des meilleures.. Le summum est bien sûr atteint par notre héros, qui est aussi le narrateur de l’histoire, pour notre plus grand déplaisir! 

Je crois que j’ai rarement vu un personnage aussi agaçant. Benjamin cumule tous les défauts que l’on peut rencontrer chez un homme : il est macho, condescendant avec les femmes, imbu de lui-même, un brin homophobe, narcissique et suffisant… Bref, totalement à fuir! J’ai bien saisi toute l’ironie que l’auteure mettait dans ce personnage, qui est censé être un antihéros attachant. Malheureusement, pour moi, cela ne l’a pas fait du tout. Même dans un but comique, j’ai eu énormément de mal à rentrer dans la tête d’un personnage aussi horripilant. Cela a gâché en grande partie ma lecture, et ce court roman m’a semblé très long à lire. Toutefois, cela a été mieux après avoir fait une pause dans ma lecture : je pense que cet univers est si particulier qu’il vaut mieux s’en imprégner à petites doses pour l’apprécier un minimum.. La romance qui va naître aurait pu être intéressante car l’autre protagoniste est le seul personnage qui échappe à la caricature dans l’histoire. Hélas, elle n’a jamais réussi à m’accrocher, tout comme chacune des aventures vécues par l’horrible Benjamin! Pour ne rien arranger, la construction du récit, parsemé de nombreux flash-backs, rend l’histoire assez difficile à suivre…

En résumé

J’essaie toujours de trouver des choses positives à dire sur mes lectures, mais je n’ai pas réussi à le faire au sujet de ce roman, qui est pour moi une vraie déception! « Ce petit quelque chose en plus » est une comédie qui se veut pleine de second degré et qui a pour but de tourner en dérision les stéréotypes sur les homosexuels. Hélas, je l’ai plutôt vue comme un enchaînement de clichés et de préjugés sur tous les sujets possibles. J’ai bien compris l’ironie de cette histoire, et d’habitude, c’est quelque chose que j’apprécie plutôt. Mais là, trop, c’est trop! Nos personnages sont tous des plus caricaturaux et têtes-à-claques, à commencer par le héros, qui est aussi le narrateur pour mon plus grand déplaisir… J’ai rarement vu un personnage aussi horripilant ! Ce vantard cumule tous les défauts qu’un homme peut avoir, ou presque. Il m’a tellement agacé que je n’ai jamais  réussi à m’intéresser à cette histoire, qui avait pourtant un certain potentiel comique. Cette centaine de pages m’a semblé très longue.. Bref, pour moi, c’est malheureusement un flop total. Si le sujet vous intéresse, je vous conseille plutôt le film « Epouse moi mon pote », une comédie qui m’avait beaucoup fait rire au cinéma.

Ce petit quelque chose en plus, par Alessia d’Alba, aux éditions Harlequin, collection HQN, 2017, 3 euros en e-book. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :