A la lumière de nos ombres

Depuis que je fais partie de la blogosphère littéraire, j’ai l’occasion de découvrir des pépites qui seraient auparavant passées loin de mon radar. C’est le cas de ce roman, paru chez une maison d’édition qui m’était inconnue, dont je n’aurais jamais entendu parler si je n’en avais pas lu quelques très bonnes critiques sur Instagram.         Le résumé avait tout pour me plaire. J’étais donc ravie que l’auteure, Estelle Mary, me le fasse parvenir. Ce fut effectivement une bien jolie lecture.

Merci à l’auteure Estelle Mary et aux éditions du Signe pour cette lecture.

L’histoire

Charlotte, dévastée par le décès brutal de sa grand-mère, alors que son couple est à l’agonie, décide de quitter Paris pour s’installer dans la longère bretonne dont elle vient d’hériter. Un lieu paisible et magique où Charlotte a passé toutes les vacances de sa jeunesse. Où elle pense trouver refuge.

Mais revenir sur ce lieu qu’elle a fui presque dix ans plus tôt, va aussi raviver la douleur et le chagrin.Les souvenirs d’un séjour tragique vont refaire surface et les découvertes troublantes faites sur sa meilleure amie, Agathe, donner un autre sens à sa mort. L’exploration des ombres est un chemin périlleux. Mais aussi le passage inévitable pour retrouver la lumière… 

Mon avis

J’ai beaucoup aimé ce roman, il correspond exactement à ce que j’attends d’une lecture! Tous les ingrédients sont réunis pour une belle histoire : une héroïne forte, un soupçon de mystère, des secrets de famille, des personnages secondaires attachants, des bons sentiments, un cadre dépaysant et bien sûr une romance! Bref, « A la lumière de nos ombres » est un sans faute à mes yeux, un roman qui m’a fait passer un très bon moment.

Nous suivons donc Charlotte dans son processus de reconstruction. Cette jeune femme décide de prendre un nouveau départ en s’installant à Ker Rosen, la maison bretonne de sa grand-mère décédée. Elle est hantée par un certain nombres de choses : des relations conflictuelles avec ses parents, un deuil difficile, une rupture amoureuse, la mort de sa meilleure amie dont elle ne s’est jamais remise.. Ce roman est assez introspectif dans le sens où nous suivons Charlotte dans ses moindres émotions et où il ne se passe pas toujours grand chose. J’avoue que je m’attendais à un peu plus d’action, mais cela ne m’a pas gêné car j’ai beaucoup aimé suivre ce personnage très bien dépeint ! On sent qu’Estelle Mary a beaucoup d’affection pour son héroïne, et on s’attache également à cette jeune femme à fleur de peau qui va se réconcilier avec elle-même et les autres au cours de son aventure bretonne. Je trouve juste que l’histoire aurait pu être un peu plus courte, le roman m’a semblé tourner légèrement en rond par certains moments, la faute à quelques longueurs et péripéties répétitives…

A travers l’histoire de Charlotte, notre auteure aborde avec délicatesse une foule de sujets sensibles : l’alcoolisme, la dépression, le suicide, le deuil, les conflits de famille,… C’est pourquoi je ne parlerais pas de feel good book pour qualifier cette lecture, même s’il y a assurément un côté très lumineux dans ce roman, qui rappelle par certains côtés les intrigues de Virginie Grimaldi ! Malgré tous ces sujets, Estelle Mary ne verse jamais dans le larmoyant, grâce à un certain nombre de touches d’humour bienvenues et à une foule de personnages secondaires attachants qui ont aussi leur propre personnalité et une histoire bien à eux… Le fil rouge de l’histoire est l’enquête menée par Charlotte pour enfin comprendre le suicide d’Agathe, sa meilleure amie, 10 ans plus tôt. Il y a donc bel et bien une touche de suspense dans cette histoire,  ce qui l’a rendue d’autant plus agréable à suivre pour moi ! J’avais envie de percer ce mystère, et j’ai regretté qu’il passe parfois un peu en second plan.

En outre, l‘auteure a réussi la prouesse de me faire aimer la Bretagne! J’y avais passé des vacances d’été pluvieuses et je n’étais pas très emballée par cette destination depuis lors.. Mais grâce à ses descriptions, Estelle Mary nous dévoile un havre de paix reposant, qui donne envie. J’aime beaucoup les romans qui me dépaysent un minimum, qui me font voyager même si ce n’est pas forcément très loin de chez moi, et j’ai été servie ! Ker Rosen, la maison de la grand-mère de Charlotte, a vraiment une âme, et j’ai beaucoup aimé la façon dont ce lieu est un personnage à part entière de l’histoire…

En résumé

Dans ce roman, Estelle Mary nous dresse le portrait d’une jeune femme attachante, perdue dans sa vie, qui va se reconstruire dans une maison bretonne en forme de havre de paix. A travers l’histoire de Charlotte, l’auteure aborde avec délicatesse une foule de sujets sensibles. Sa plume fluide nous enseigne que même dans les moments les plus sombres, la lumière finit par céder la place à l’ombre.. Outre cette belle morale, l’enquête présente en filigrane apporte un intérêt supplémentaire à cette histoire, qui aurait cependant gagné à être un peu plus courte. « A la lumière de nos ombres » est un roman positif, plein d’espoir et jamais larmoyant grâce à une touche d’humour bienvenue. Tout n’y est pas parfait, mais Estelle Mary s’impose pour moi comme une auteure à suivre.

A la lumière de nos ombres, par Estelle Mary, aux éditions du Signe, 2017, 19 euros 80. 

Un commentaire sur “A la lumière de nos ombres

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :