Nous serons légion

Il y a quelques mois maintenant, j’ai reçu dans ma boîte aux lettres un service presse imprévu de la part des éditions City. J’avoue que le résumé du roman ne m’a pas emballé du tout, les thrillers politiques ne sont pas un genre que j’apprécie. Mon avis risquait d’être biaisé, mais je me devais en même temps d’écrire une chronique de ce livre par respect pour la confiance que m’a accordé la maison d’édition. Après une longue hésitation, j’ai décidé de faire lire ce roman à mon papa, qui lit plus souvent que moi ce genre, et de vous livrer sa chronique ! Pour une fois, il s’agira donc d’un article peu particulier : je lui ai posé des questions sur le livre, et j’ai retranscrit son avis sous forme de critique..

Merci aux éditions City pour cette lecture.

L’histoire

2017, en région parisienne. Une vague de meurtres commis par des adolescents sème la terreur. Les autorités, dépassées, se révèlent incapables d’y mettre un terme. Qu’est-ce qui peut bien pousser ces jeunes, a priori sans histoire, à tuer au cri de Nous serons légion ! ? Il semble que soudainement, sans que personne ait anticipé quoi que ce soit, des dizaines d’adolescents se soient lancés dans une étrange « guerre sainte »…

à la même période, l’ancien flic Gwenn Le Mell revient en France après dix ans d’errance autour du globe. Il accepte un poste de professeur d’histoire dans un collège réputé difficile. Bien malgré lui, l’ancien policier se retrouve alors entraîné dans un chaos dont personne ne sortira indemne…

L’avis de Sébastien, mon chroniqueur exceptionnel

« Je ne suis pas un grand lecteur de thrillers, même si j’aime beaucoup ce genre. Sans être exceptionnel, je pense que celui-ci est d’une facture normale. J’ai déjà lu mieux, mais ce roman n’est pas mal écrit et se laissera lire très facilement. 

Néanmoins, « Nous serons légion » ne m’a pas semblé réaliste. L’histoire est bourrée de clichés du début à la fin, notamment par rapport aux personnages qui sont très caricaturaux. On n’arrive à s’attacher à aucun d’entre eux. Notre héros principal est trop parfait et ça le rend improbable. Malgré tout ça, je dois avouer que j’étais suspendu aux dernières pages. J’avais envie de connaître le dénouement. J’ai été agréablement surpris par un évènement inattendu, une révélation qui arrive vers la fin du roman et qui provoque un regain d’intérêt pour l’histoire. Malheureusement, elle arrive trop tard. Cette note surprenante ne suffit pas à sauver le roman. J’avoue que je n’ai pas trop aimé cette lecture.

Je dois avouer que cette histoire a un côté très addictif. Cela ne rattrape pas la présence de nombreux défauts, qui font de cette lecture un flop pour moi ! Ce thriller traite de l’extrémisme, un sujet délicat s’il en est, et l’auteur n’a pas su éviter les facilités et les détours trop évidents. Je pense que ce livre pourrait heurter certaines sensibilités, car des sujets sensibles comme le terrorisme et les banlieues ne sont pas traités de la façon la plus délicate possible. C’est volontairement choquant. David Moitet veut faire réagir son lecteur et c’est réussi. Au niveau du style, on sent que l’auteur fait un petit effort littéraire. L’écriture est simple, mais comporte quelques métaphores plus ou moins réussies. Pour résumer, je dirais qu’il s’agit d’un roman de gare assez dispensable. »

Nous serons légion, par David Moitet, aux éditions City,  2017, 17 euros 95. 

Publicités

3 commentaires sur “Nous serons légion

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :