Mot à mot

Lorsque j’ai découvert le résumé de « Mot à mot », j’ai tout de suite été très intriguée. Je lis pas mal de Young Adult, et je dois admettre que ce sont souvent les mêmes thèmes qui reviennent (même si heureusement, beaucoup de romans font preuves d’originalité!). C’est pourquoi ce super pitch, où l’héroïne de la romance découvre qu’elle est…une héroïne de romance, m’a totalement convaincue ! Il ne me restait maintenant plus qu’à lire ce nouveau roman afin de vérifier s’il avait tenu toutes ses promesses. Verdict : pas mal du tout… Critique.

Merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture. 

L’histoire

ET SI NOTRE HISTOIRE D’AMOUR ÉTAIT DÉJÀ ÉCRITE ?

Annabelle, 17 ans, mène une vie parfaite. Des parents adorables, une superbe maison, et des résultats scolaires remarquables. Mais cette vie idéale bascule le jour où une auteure de romances ados à succès vient dans son lycée présenter son nouveau roman.
Annabelle est frappée par la similarité entre sa vie et celle de l’héroïne que décrit l’auteure... Et lorsqu’elle rencontre Will, le nouveau du lycée, elle comprend qu’il a forcément été  » imaginé  » pour elle : il est parfait ! Il a les mêmes passions qu’elle, il est attentionné et il est sublime…
Mais alors qu’elle s’apprête à sortir avec lui, son ami d’enfance, Elliott, semble soudain s’intéresser à elle. Annabelle ne peut s’empêcher de penser au cliché n° 1 des romances : le triangle amoureux ! Hors de question qu’elle tombe dans ce piège…
Il est temps pour Annabelle de reprendre en main sa propre destinée.

Mon avis

Il faut le reconnaître, l’idée de départ est tout simplement géniale : l’héroïne, une jeune fille ordinaire comme on en trouve tant dans les romans Young Adult, se rend compte en recevant la visite dans sa classe de la romancière Lucy Keating qu’elle n’est rien d’autre qu’un personnage imaginaire, créé par celle-ci pour être la protagoniste principale de son prochain roman ! J’étais vraiment très curieuse de découvrir de quelle manière cette mise en abîme littéraire allait être réalisée. Au final, j’ai été un peu déçue par la façon dont ce super concept est amené. Je trouve que l’auteure, Lucy Keating, a donné beaucoup trop peu d’explications pour que son postulat de départ tienne la route. L’histoire aurait mieux fait d’être un peu contextualisée avant que l’on entre dans le vif du sujet, car même si on s’y attend, la révélation est un peu brutale ! Comme l’héroïne, je me posais beaucoup de questions et toutes n’ont pas trouvé leurs réponses. Bien sûr, on est sur du Young Adult et le livre est destiné à des lecteurs moins exigeants que moi, mais cela n’empêcherait pas une certaine crédibilité, bien au contraire.

Passé ce premier reproche, je me suis tout compte fait bien amusée dans l’univers d’Annabelle et j’ai lu ce roman en très peu de temps. Je salue l’auteure, Lucy Keating, qui ne manque pas d’inspiration ni de fantaisie, pour s’inclure elle-même dans son histoire et sous un jour pas toujours flatteur. Un peu comme dans « D’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan (un roman qui m’avait beaucoup marqué!), on s’amuse à démêler le vrai du faux au sujet de la vie de l’auteure, et c’est un pur régal. Il fallait y penser ! Il est clair que Lucy Keating est pleine d’inventivité, quand on voit toutes les idées qu’elle nous pond à la minute. Le petit monde fantasmagorique  qu’elle crée n’a certes rien de réaliste, mais il ne manque pas d’humour : entre les personnages qui s’enferment dans les toilettes pour échapper à l’auteure omnisciente qui se prend pour Dieu et le beau garçon dont la couleur des yeux change soudain après avoir été révisée par la correctrice,  on ne s’ennuie pas un seul instant ! Il y a beaucoup de très bonnes idées, même si celles-ci auraient pu être mieux exploitées.

Annabelle, l’héroïne, est vraiment attachante et je m’y suis beaucoup reconnue. C’est une jeune fille travailleuse et perfectionniste, qui ne laisse que peu de place à l’imprévu et aime tout contrôler. Dans ce contexte, se retrouver malmenée par une auteure de romances lui plaît moyennement, et encore moins être le coeur d’un triangle amoureux ! Puisque les garçons ne sont pas sa priorité, Annabelle ne tombe jamais dans le cliché de l’héroïne un peu naïve qui se retrouve confrontée en un claquement de doigts à 2 beaucoup gosses se battant pour elle. Notre héroïne est forte et indépendante, et n’a besoin de personne d’autre quelle même ! Cela fait du bien de lire ça dans un roman Young Adult, même si évidemment, la romance qui va naître reste douce et mignonne et est un plaisir à lire. Annabelle n’a pas sa langue dans sa poche et même si la situation qu’elle vit sort de l’ordinaire, ses préoccupations ne sont pas si éloignées des nôtres. Comment prendre en main son destin? Comment mener sa vie en étant indépendante, loin des projets qui ont été faits pour nous? Ces questions s’appliquent à n’importe quel ado de 17 ans, qu’il soit ou non un personnage de papier, et Lucy Keating réussit à les glisser dans son roman de façon pertinente.

Au delà de toute l’originalité qu’il manifeste, « Mot à mot » est un roman très intéressant qui nous plonge dans les coulisses de la création littéraire. Les cours d’écriture créative qui suit Annabelle à l’école sont une occasion pour elle d’apprendre une foule de chose sur le processus de genèse d’une oeuvre ! Ces nouvelles connaissances se manifesteront « littéralement » (le titre VO que je trouve bien plus pertinent) dans sa vie, sous la plume d’une écrivaine un brin obstinée, bien décidée à faire plier son personnage pour qu’il cède à sa volonté. En tant que passionnée de littérature et d’écriture, j’ai beaucoup aimé tous ces petits détails techniques, qui nous apprennent des choses sur la façon dont un roman est élaboré et mené à bien. Je pense que tous les mordus d’écriture ne pourront qu’apprécier cet aspect supplémentaire d’une histoire déjà riche, qui contient effectivement bien des surprises.

En conclusion

Je dirais qu’il y a beaucoup de très bonnes idées dans ce roman qui ne ressemble à aucun autre. Certaines d’entre elles auraient pu être mieux exploitées pour que l’histoire soit un peu plus crédible, mais c’est finalement une oeuvre Young Adult qui reste très sympa et agréable à lire malgré ses défauts !

Mot à mot, par Lucy Keating, aux éditions Michel Lafon, 2018, 15 euros 95. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :