La (toute) dernière fois

De temps en temps, j’aime lire des recueils de nouvelles afin de découvrir des tas d’histoires différentes en peu de temps. J’ai eu une envie subite de lire quelques nouvelles histoire d’enchaîner en douceur, après une lecture très marquante qui fut un énorme coup de coeur. Je me suis donc décidé de sortir de ma PAL ce petit recueil qui s’y trouvait depuis quelques mois. Il m’a permis de découvrir enfin la plume de l’auteure hybride Laure Manel dont j’entendais beaucoup de bien, et je ne suis pas déçue de l’expérience. Critique.

Merci à l’auteure Laure Manel pour cette lecture. 

L’histoire

On pense souvent à nos premières fois… Premier jour d’école, premier vélo sans roulettes, premier baiser, première cigarette… Mais c’est si loin, tout ça !

Nos dernières fois ne sont-elles pas plus présentes, plus fortes, plus propices à la réflexion ?

Souvenez-vous… de la dernière fois que vous avez vu votre meilleur ami, de la dernière fois que vous êtes allé à la mer, de la dernière fois que vous avez fait une gaffe… Ou imaginez-vous au crépuscule de votre vie, vous rappeler vos toutes dernières fois.

Ce recueil de textes vous plonge dans 60 vies.

60 personnages, 60 anonymes, qui pourraient être chacun d’entre vous.

60 anecdotes, comme des bribes de vie… des souvenirs récents ou plus lointains, légers, doux-amers ou plus graves. 60 émotions, ou presque..

Mon avis 

Avant ma lecture, j’ai tout de suite été séduite par l’originalité du concept : ce recueil nous permet de découvrir en peu de temps pas moins de 60 tranches de vies, toutes anonymes, sur le thème plutôt intéressant de la dernière fois. Une fois plongée dans le recueil, j’ai été agréablement surprise par la qualité et la variété des textes qui nous sont proposés, qui sont tous très brefs et ne méritent même pas vraiment le titre de nouvelle puisqu’ils font souvent à peine 2 pages ou même moins. Pourtant, Laure Manel réussit en très peu de temps à créer de véritables univers. J’ai su m’attacher à  à ses personnages, alors qu’ils n’ont jamais de prénom et ne nous sont que peu décrits.  La plume, douce et poétique, est pour moi une jolie surprise, qui m’a fait complètement adhérer à ce recueil.

Les dernières fois racontées sont variées : selon les textes, il peut s’agir de la toute dernière fois ou de la dernière fois en date. Les émotions ressenties sont elles aussi très diverses. Certains textes m’ont un peu laissé de marbre, car il s’agissait de banales petits instantanés du quotidien (une balade en montagne, des vacances). Bref, rien de vraiment spécial, et pas de quoi être raconté à mes yeux. Heureusement, cela ne concerne qu’une toute petite minorité ! Certains textes nous décrivent avec justesse et beaucoup d’humour des petits moments que l’on connaît tous (trop manger, craquer en faisant du shopping). Ceux-là m’ont plu, d’autant plus que l’anonymat des personnages aident le lecteur à s’y identifier et rendent ces histoires universelles. Il y a aussi quelques petits textes un peu plus humoristiques qui m’ont bien fait sourire.

Mais les nouvelles qui m’ont le plus touchée sont celles qui parlent des toutes dernières fois, car leur tonalité y était souvent plus dramatique. J’ai beaucoup aimé la façon pleine d’humanité dont Laure Manel décrit les regrets de ses personnages, leur tristesse est toujours dépeinte avec pudeur. Dans ce recueil, des thèmes graves sont abordés, entre autres la maladie, les rancoeurs familiales, le deuil, la maltraitance et même le kidnapping d’un enfant dans une nouvelle qui m’a totalement glacée et qui est à mes yeux la plus réussie. L’auteure réussit la prouesse de traiter de ces sujets graves avec justesse et sensibilité, sans jamais les bâcler pour autant. Je suis maintenant curieuse de découvrir ses romans feel good qui me semblent être dans la même veine!

Je tiens aussi à saluer la créativité de l’auteure, car aucun de ces 60 textes ne ressemble aux autres. Laure Manel arrive à se renouveler à chaque moment. Elle traite de très nombreux sujets, varie les tons et les styles avec brio et sans jamais se répéter, ce qui est pourtant l’écueil dans lequel tombent souvent les recueils de nouvelles entièrement rédigés par une seule et même personne. Bref, j’ai été heureuse de découvrir ces toutes dernières fois, dans un ouvrage super sympa et original, que l’on peut picorer au gré de ses envies. 

En résumé 

Dans ce recueil de nouvelles, Laure Manel explore le thème original des toutes dernières fois, « dernier » pouvant être entendu dans le sens d' »ultime » ou dans celui de « plus récent ». Cela donne lieu à 60 textes de tons et de styles variés, mais toujours servis par la même plume douce et poétique. L’auteure, très créative, arrive à se renouveler dans chacune de ces histoires et à faire passer de véritables émotions malgré la brièveté du format. Certaines dernière fois m’ont laissée de marbre (peu, heureusement!), tandis que d’autres m’ont fait rire, m’ont permis de me reconnaître ou ont même su m’émouvoir. Les émotions diffusées varient au fil des histoires, dont certaines, très touchantes, n’hésitent pas à aborder avec justesse des thèmes graves. Bref, un recueil de nouvelles globalement très réussi que je vous conseille de picorer au gré de vos envies !

 

 

La (toute) dernière fois, par Laure Manel, autoédité (2017), 11 euros et 3 euros en e-book. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :