Ceux qui restent

Malgré mon intérêt pour ce genre, je suis encore novice en matière de BDs. Quand je me rends dans une librairie spécialisée en la matière, c’est toujours un peu à l’aveugle que je traîne dans les rayons. C’est de cette façon que j’ai découvert « Ceux qui restent », une histoire au ton singulier dont le résumé mystérieux m’a tout de suite intrigué. Après avoir feuilleté l’ouvrage, je suis repartie avec et je l’ai dévoré quasi immédiatement. Critique.

L’histoire

Ben a disparu. Ses parents préviennent la police mais personne ne peut imaginer la réalité : leur enfant affronte mille dangers dans son royaume imaginaire. Mais un jour, il revient. Parents, police et psys pensent que Ben nie la réalité de ce qu’il a vécu. Avant de disparaître à nouveau. Seule une association regroupant des parents qui vivent les mêmes turpitudes pourra sans doute leur venir en aide…

Mon avis

Tout le monde connaît le conte de Peter Pan et les aventures extraordinaires vécues par la petite Wendy au pays imaginaire, mais qui s’est penché sur la souffrance de ses parents suite à sa disparition? Que faisaient-ils pendant ce temps? Cette question, un brin singulière, Josep Busquet et Alex Xoül se la sont posées. Ils livrent leur réponse sous la forme d’une BD étonnante, un conte pour adulte réussi, mais assez déprimant.

La couverture, mélancolique et poétique, m’a tout de suite attiré. Le reste de l’ouvrage est dans la même veine. Les illustrations d’Alex Xoül nous dépeignent un univers  mystérieux et un brin gothique, qui n’est pas sans rappeler la ville de Londres. Les couleurs sont froides et les tons employés sont sombres, comme l’histoire qui va nous être racontée. Loin des fables pour enfants, le scénario de Josep Busquet se concentre sur la face cachée dramatique des légendes merveilleuses : sur ceux qui restent. Cette histoire-là ne connaîtra peut-être pas de fin heureuse… J’ai trouvé ce récit très intéressant et j’en ai apprécié l’originalité, mais il faut savoir que l’intrigue est vraiment démoralisante. A ne pas lire les mauvaises journées! 

Nous suivons le couple Hawkins dans sa douleur et son incompréhension. Sans aucune trace de fugue ou de kidnapping, ces parents devront tenter de comprendre la disparition de leur fils, mais aussi faire face aux suspicions de la police, au harcèlement de la presse, à la haine des voisins. J’ai été touchée par la douleur de ce couple. On peut aisément se mettre à leur place, bien que la raison du départ de Ben soit pour le moins improbable. Dans cette histoire, le fantastique est très justement incorporé à un univers réaliste, de façon à ce que tout cela nous semble crédible. C’est bien normal puisque cette histoire, qui nous dévoile la face cachée des contes de fées, est destinée à un public adulte : il n’y a pas de place pour le merveilleux ici. Bref, il s’agit d’un récit singulier, qu’il me serait difficile de vous décrire plus en détails. « Ceux qui restent » est une BD très singulière, qui doit être vécue pour être comprise. Pour ma part, cela restera pour moi une belle découverte, quoiqu’un peu déroutante en raison de la noirceur qui s’en dégage et à laquelle je n’étais pas préparée. 

Ceux qui restent, par Josep Busquet et Alex Xoül, aux éditions Delcourt (2018), 20 euros. 

 

8 commentaires sur “Ceux qui restent

Ajouter un commentaire

    1. J’ai découvert les romans graphiques il y a quelques mois et depuis, j’essaie d’en lire un par mois ! Celui-ci est très différent de ce à quoi je suis habituée, mais c’est un chouette univers onirique et je pense qu’il est à découvrir 😋 J’espère qu’il te plaira!

      Aimé par 1 personne

      1. J’avais beaucoup aimé « Les mille et une vie des urgences », l’adoration d’un roman du même nom de Baptiste Beaulieu ! On suit le quotidien d’une équipe médicale et leur relation avec les patients, avec beaucoup d’humour et d’humanité. Sinon, comme tranche de vie, il y a aussi « Les reflets changeants » que j’avais trouvé très poétique ! Dans un autre style, j’avais beaucoup aimé « Philocomix », une BD instructive qui aborde la philo sous l’angle de l’humour.

        Aimé par 1 personne

      2. Je ne connaissais rien de tout ça (sauf Baptiste Beaulieu, mais je ne savais pas qu’il y a avait eu une adaptation BD), merci !
        Pour ma part, dans le peu que j’ai lu, j’ai adoré « Mauvais Genre », « Axolot » (gros gros coup de coeur) et « Les Culottées » (T1 et 2 ) 🙂

        Aimé par 1 personne

Répondre à Le Joli Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :