Il est grand temps de rallumer les étoiles

Je le répète assez souvent par ici : Virginie Grimaldi est mon auteure préférée en matière de romans feel good, voire même mon auteure préférée tout court. Elle est particulièrement douée pour faire passer ses lecteurs du rire aux larmes en moins d’une seconde. Sa plume a sur moi un effet apaisant et doux, je me sens dans une bulle de bonheur à la lecture de ses livres et j’éprouve rarement cette sensation à ce point-là avec d’autres auteurs. C’est bien simple, chacun de ses romans fait partie de mes préférés! Inutile donc de dire à quel point j’étais impatiente de découvrir son dernier né, qui sort aujourd’hui même. Pour ma part, j’ai eu la chance de le recevoir début avril et de le dévorer aussitôt grâce à la gentillesse de son attachée de presse, qui m’a contactée pour me le faire parvenir. Inutile de dire que j’ai sauté de joie derrière mon écran lorsque j’ai reçu ce message et encore plus derrière ma boîte aux lettres ! Désormais, il est temps pour moi de vous livrer mon avis au sujet de ce roman magnifique, un très très grand coup de coeur, un véritable bijou qui fera sans aucun doute partie de mon top 2018. Préparez-vous à une chronique interminable, un peu brouillonne et passionnée, car je l’écris avec mon coeur, plus encore que toutes les autres !

Un immense merci à France Thibault et à Virginie Grimaldi pour cette lecture. 

L’histoire

Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.

Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent.

Mon avis

En ouvrant ce roman, je m’attendais à être entrainée dans une tornade d’émotions en tous genre, mais je ne m’imaginais pas être transportée à ce point-là et avoir un tel coup de coeur. Virginie Grimaldi a une plume unique et trouve parfaitement les mots pour panser toutes nos blessures, même celles que l’on n’a pas conscience de ressentir. Dans ce dernier roman particulièrement sensible, elle ne fait pas exception à la règle et nous livre des personnages à fleur de peau, particulièrement attachants à qui tout le monde pourra s’identifier. Pour ma part, je me suis retrouvée en Chloé à un point assez inédit. C’est l’une des premières fois qu’un personnage me parle à ce point. Cette jeune fille a le même âge et la même hypersensibilité que moi, entre autres points communs. Ses mots et sa souffrance étaient la mienne, et l’auteure a su me replonger avec brio et justesse dans certains souvenirs un peu douloureux.

Si Chloé est un personnage coup de coeur pour moi pour des raisons personnelles, les autres ne sont pas en reste. J’ai tellement aimé les 3 héroïnes, complémentaires et plus fortes ensemble. Anna est une super maman, courageuse et aimante, qui ferait tout pour protéger ses filles. Lily, quant à elle, est un génie comique, mais j’en reparlerai. La narration est dynamique puisqu’elle alterne entre les pensées de l’une, les journal intime de l’autre et le blog de la troisième, de sorte que l’on ne s’ennuie jamais. Les chapitres sont courts et s’enchaînent à toute vitesse, ce livre est facile à lire mais néanmoins très bien écrit. Comme souvent avec Virginie Grimaldi, les personnages secondaires ne sont pas en reste et sont bien plus complexes que ce que l’on pourrait croire à première vue ! J’ai été touchée par le destin de chacun des autres camping-caristes, et j’ai été enchantée de revoir des personnages de ses précédents romans, comme Marine et Greg de « Tu comprendras quand tu seras plus grande » ou même Pauline de « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie ». Je ne voulais pas laisser les personnages, c’est pourquoi je me suis sentie très triste et nostalgique une fois ce roman reposé, mais également apaisée, comme si je ressortais à regret d’une bulle de bonheur. Lorsque l’on quitte les personnages de Virginie Grimaldi, on a un peu l’impression de quitter à regret sa famille et particulièrement dans ce roman, qui place les liens entre les individus au coeur de l’intrigue.

Ce roman est une magnifique histoire qui traite de l’amour inconditionnel qui unit les personnes du même sang et ce malgré les incompréhensions et autres secrets qui peuvent les séparer. « Il est grand temps de rallumer les étoiles », c’est l’histoire simple mais universelle de personnes qui s’aiment, mais ne savent pas comment se le dire. C’est un roman qui vous donne envie de prendre vos proches dans vos bras. Pour ma part, j’ai eu envie de faire lire ce roman à ma maman et je compte bien lui prêter pour partager cette histoire sur le lien mère-fille avec elle. C’est un roman sensible et doux, juste et caressant, un roman qui vous enveloppe comme pour vous prendre dans ses bras et vous consoler. La relation d’Anna et de ses deux filles est juste et empreinte de pudeur, elle sonne de façon tout à fait authentique et résonne énormément en nous. L’auteure ne cherche jamais à en faire trop ou à tomber dans le pathos. Il y a des moments très durs et des thèmes pas faciles qui sont abordés, comme la précarité, le harcèlement scolaire et d’autres que je ne peux pas trop vous dévoiler. Néanmoins, Virginie Grimaldi prend le parti d’en rire et de sa plume optimiste, « rallume les étoiles » dans nos coeurs en nous montrant toujours le bon côté des choses ! Je pense sincèrement que ses romans sont les meilleurs anti dépresseurs du monde, et celui-ci ne fait pas exception à la règle. J’ai ressenti une évolution dans sa plume, qui me semble encore plus aboutie dans ce 4ème roman que dans tous les autres. Virginie Grimaldi s’améliore année après année, tout en gardant sa sincérité et son humour.

En effet, ce roman est vraiment très drôle! J’ai eu des fous rires durant ma lecture, notamment grâce au personnage de Lily, la jeune ado qui apporte une fraicheur incroyable à cette histoire. Lily a 12 ans, la maturité d’une adulte, une passion pour les animaux et un talent bien particulier pour déformer des expressions idiomatiques célèbres. Elle est le grand atout comique d’une histoire qui ne manque pourtant pas de moments tordants. Si vous suivez Virginie Grimaldi sur Instagram (et si ce n’est pas le cas, je vous invite à le faire!), vous savez par ses posts à quel point l’auteure est pleine d’autodérision, et l’on retrouve ce même humour à toute épreuve dans ce roman, toujours joyeux. En outre, « Il est grand temps de rallumer les étoiles » nous entraîne cette fois dans un road trip en Scandinavie, et j’ai adoré voyager avec ce roman. J’ai aimé le côté itinérant de cette histoire, qui apporte beaucoup à l’intrigue,  mais surtout j’ai aimé découvrir (virtuellement) les beaux paysages de cette région. Tout au long du roman, je faisais des recherches Google pour visualiser les merveilles décrites visuelles par l’auteur! Virginie Grimaldi décrit tellement bien certains sites touristiques qu’elle m’a donné l’impression d’y être, et m’a donné en tout cas très envie de m’y rendre.

Si vous avez lu cette chronique jusqu’au bout, je vous en remercie car je sais qu’elle est vraiment longue ! Je sais que ce roman restera longtemps gravé en moi, il s’agit d’une lecture marquante que je ne suis pas prête d’oublier, comme tous les autres romans de l’auteure. Il sort aujourd’hui alors foncez tous en librairie pour découvrir Anna, Chloé, Lily et tous les autres ! Vous ne regretterez à aucun moment d’avoir pris la route avec eux.

Je vous remets ici cette photo de ma superbe rencontre avec l’auteure lors du dernier Saint Maur en Poche ! J’y retourne cette année, et je suis particulièrement impatiente de la revoir et de lui dire à quel point ce roman m’a émue. 

26857365_1644475978932338_1610182631_n

Autre chronique sur un livre de l’auteure : 

Il est grand temps de rallumer les étoiles, par Virginie Grimaldi, aux éditions Fayard (2018), 

5 commentaires sur “Il est grand temps de rallumer les étoiles

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :