Chère Mrs. Bird

Je suis toujours emballée par le catalogue de la collection Le Cercle chez Belfond, qui ne cesse de me surprendre par ses romans aux thèmes tous plus alléchants les uns que les autres. Mais ce dernier-né  me tentait encore plus que les autres. Comparé au « Cercle littéraire des amateurs d’épluchure de patates » (que je n’ai toujours pas lu, mais qui le sera très vite grâce à la sortie prochaine du film), « Chère Mrs. Bird » est un roman qui parle de journalisme, de solidarité entre les femmes et de Seconde Guerre Mondiale, bref qui réunit certains de mes thèmes préférés en littérature. J’étais très impatiente de le découvrir, et je n’ai pas été déçue. C’est un vrai coup de coeur pour moi!

Merci aux éditions Belfond pour cette lecture. 

L’histoire

Londres, 1941.
À vingt-quatre ans, Emmy n’a qu’un rêve : devenir reporter de guerre. Un rêve qui semble sur le point de se réaliser lorsque la jeune femme décroche un poste au London Evening Chronicles. Enfin, Emmy va pouvoir entrer dans le vif du sujet, partir sur le front, se faire un nom au fil de la plume ! Las, c’est un poste d’assistante à la rédaction du magazine féminin Women’s Day qui lui est offert.
La mission d’Emmy : répondre aux courriers des lectrices adressés à Mrs Bird, la rédactrice en chef du journal. Mais attention, la terrifiante Mrs Bird est très stricte, et seules les demandes les plus vertueuses se verront offrir une réponse expéditive dans le poussiéreux journal. Un cas de conscience pour la jeune journaliste qui refuse de laisser ses concitoyennes en mal d’amour et de soutien amical, errer dans les limbes en raison du diktat imposé par une vieille conservatrice bon teint. Et Emmy a un plan pour outrepasser l’autorité de Mrs Bird…
Alors que la ville sombre peu à peu sous les bombes, Emmy va mettre sa carrière en jeu pour venir en aide aux femmes restées seules à l’arrière. L’heure de la résistance féminine a sonné !

Mon avis

J’ai l’habitude de lire des romans historiques, qui finissent par tous se ressembler, et je dois dire que celui-ci est sorti du lot. En effet, il m’a agréablement surprise par son ton pétillant ! L’histoire se situe durant la Seconde Guerre Mondiale, mais malgré la dureté des évènements, on peut presque qualifier ce roman de feel good tant l’auteure prend le parti de nous montrer le bon côté des choses. Cette légèreté peut dérouter et peut-être même décevoir certains habitués du genre, j’en ai d’ailleurs discuté avec Mon jardin littéraire qui avait été surprise par le manque de profondeur des évènements décrits. Pour ma part, c’est justement ce qui m’a plu et a fait de ce roman une lecture originale que j’ai adorée. J’ai trouvé cette lecture rafraichissante et optimiste, car « Chère Mrs. Bird » nous donne une leçon de vie et de courage en nous montrant que la meilleure chose à faire dans les temps difficiles, c’est de continuer à vivre et à s’aimer malgré tout.

Attention, lorsque que je dis que ce roman est léger, cela ne veut pas dire pour autant que l’aspect historique est négligé ! Au contraire, on sent l’énorme travail de recherche accompli par l’auteure, AJ Pearce, dont c’est le premier roman. Elle arrive à nous immerger complètement dans cette Londres dévastée par le Blitz, si réaliste que l’on s’y croirait. L‘époque est reconstruite très fidèlement du point de vue des événements, mais aussi des mentalités ou même de la vie quotidienne. Ainsi, les personnages principaux sont une bande de jeunes idéalistes qui s’amusent et qui tombent amoureux, bref qui aspirent tout simplement à mener la vie la plus normale possible, sans jamais oublier l’inquiétude qui les ronge face à leurs amis partis au front et aux bombardements qui peuvent les surprendre à tout instant. C’est le premier livre que je lis au sujet du Blitz, et j’avoue avoir été sidérée par l’horreur de ce que les habitants vivent au quotidien, la banalité avec laquelle ils finissent par envisager ces bombardements incessants et le courage des sapeurs pompiers, qui n’ont pas été mobilisés, mais risquent quand même leur vie tous les jours pour sauver leur pays. Cela ne veut pas dire que le roman ne nous offre pas son lot de moments durs et déchirants, car malheureusement, nous sommes en temps de guerre et toute la légèreté du monde ne pourra pas le faire oublier… J’ai eu le coeur serré et les larmes aux yeux à quelques reprises, mais cela m’a permis de savourer d’autant plus les moments plus feel good qui suivaient systématique. Bref, toutes les émotions sont au programme dans ce roman qui aborde la guerre de façon réaliste, mais jamais tire-larmes. 

Je voudrais maintenant vous parler du personnage principal, une jeune femme tellement attachante que je ne pouvais qu’apprécier ! Emmy est une héroïne courageuse et juste, qui a des rêves plein la tête et ambitionne de devenir journaliste afin de participer à l’effort de guerre. Mais elle se retrouve employée dans un magazine féminin et chargée de trier les lettres envoyées à Mrs. Bird, l’acariâtre rédactrice en chef. Elle découvre alors avec consternation que toutes celles abordant des sujets graves sont déchiquetées ! N’écoutant que son sens de la justice, elle décide de réagir, avec naïveté, mais beaucoup d’humanité. J’ai été touchée par sa démarche et par les quelques extraits de lettres qui nous sont proposés. Celles-ci m’ont tellement plu que j’aurais aimé en lire encore plus !

Ce roman raconte la guerre du point de vue des femmes, celles qui restent et se morfondent. J’ai pu en apprendre beaucoup sur le fonctionnement de la presse féminine de l’époque, mais cela m’a surtout donné une belle idée des moeurs  et des préoccupations d’alors, si éloignée des nôtre. J’ai beaucoup aimé cette façon d’aborder le conflit mondial, particulièrement percutante car peu habituelle, et en tant que féministe, je n’ai pu que savourer cette belle histoire qui met les femmes au centre, comme savent si bien le faire les romans Le Cercle Belfond ! Notre héroïne est une jeune femme en avance sur son temps, pleine de vie et de fantaisie qui m’a un peu rappelé Lou dans la saga « Avant toi » de Jojo Moyes. Nous rentrons avec plaisir dans son univers grâce à une narration dynamique et pleine d’un humour pétillant et à l’utilisation de majuscules à outrance, qui nous transmettent son enthousiasme. Cette façon d’écrire peut dérouter, mais je l’ai vite oubliée tant j’étais prise par l’histoire. J‘ai refermé ce livre avec un peu de baume au coeur et un grand sentiment de joie. Le dénouement m’a plu, même si certaines choses restent en suspens. C’est bien normal puisqu’une suite est apparemment prévue ! J’ai en tout cas déjà hâte de retrouver Emmy et son petit univers optimiste et pétillant, comme un doigt d’honneur adressé à Hitler.  Vous l’aurez compris, cette lecture a répondu à toutes mes attentes et aura été un petit coup de coeur. 

Chère Mrs. Bird, par AJ Pearce, aux éditions Belfond, collection Le Cercle (2018), 21 euros. 

3 commentaires sur “Chère Mrs. Bird

Ajouter un commentaire

  1. J’ai adoré l’histoire d’Emmy ! C’est un roman captivant, véritablement passionnant. Et pour une fois, je trouve cela intéressant d’avoir une héroïne déterminée dès le début 🙂

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :