Ce que je n’oserai jamais te dire

Bruno Combes est un auteur qui fait de plus en plus parler de lui pour ses romans sentimentaux à suspense, un peu à la manière de ce que font Marc Lévy ou Guillaume Musso. J’avais pu rencontrer cet écrivain sympathique l’an dernier au salon Saint-Maur en Poche, mais je n’avais encore jamais rien lu de lui, même si ses romans me semblaient tentants. Récemment, il m’a donné  l’opportunité de recevoir son dernier roman sorti en poche et je l’en remercie. J’étais très curieuse de découvrir sa plume et malgré quelques défauts, j’ai passé un bon moment dans l’ensemble.

Merci à l’auteur Bruno Combes et aux éditions J’ai lu pour cette lecture.

L’histoire 

« Joy, veux-tu être ma femme ? » « Oui, je le veux ! », a répondu Joy à Guillaume avec une ferveur égale à la profondeur de l’amour qu’elle lui porte. Et pourtant, le soir même du mariage, alors que la fête bat son plein, Joy s’évanouit dans la nature. Guillaume, d’abord fou d’inquiétude puis ravagé par le doute, se perd en conjectures. La gendarmerie n’a rien trouvé de suspect, il semble que la mariée aurait elle-même décidé de partir… Quand le prêtre qui les a unis lui dévoile la vérité, Guillaume est effondré. Car cette révélation, si elle témoigne d’un courage et d’une générosité sans pareils, remet en cause toutes ses certitudes d’amoureux passionné. Pourra-t-il pardonner à Joy de lui avoir caché ses tourments… et aura-t-il la force de lui tendre la main ?

Mon avis 

Avec ce roman, Bruno Combes nous livre une histoire empreinte de romantisme, même parfois un peu trop. Les jolies citations sur l’amour sont nombreuses, elles se trouvent même à l’ouverture de chaque chapitre, et parfois, j’ai trouvé cela un peu mièvre et exagéré. Il en va de même pour certaines tournures de phrases, trop lyriques pour moi… Pourtant, cela n’empêche pas le style de Bruno Combes d’être simple et efficace : les pages se tournent très vite, c’est un roman très accessible qui se lit rapidement!  Malgré cette exagération, mon côté midinette a tout de même aimé le romantisme qui se dégage de cette histoire ! L’amour qui lie Joy et Guillaume, ses héros, est puissant et je ne cache pas que leur histoire a su me toucher par moments. « Ce que je n’oserai jamais te dire » raconte l’histoire de deux personnages que l’on apprend à aimer grâce à une narration en alternance et que l’on a envie de voir finalement se retrouver. Si les personnages principaux sont attachants, ce n’est pas le cas des personnages secondaires, qui n’ont aucune profondeur et sont trop rapidement esquissés. J’aurais aimé que leur psychologie soit beaucoup plus développée, mais en comparaison avec nos héros, ils passent clairement au second plan. Ils n’ont même pas droit à un vrai dénouement : j’aurais par exemple aimé savoir ce qu’il advient de Louis, d’Emma ou de la mère de Joy après le dernier chapitre…

Outre l’histoire d’amour, il y a aussi du suspense dans ce roman: quel est le lourd secret de Joy? Que cache son passé? Durant la première partie de l’histoire, je me suis sentie très intriguée et j’avais envie de percer à jour ce mystère énigmatique. Il y avait un côté addictif dans cette histoire qui me plaisait bien! Malheureusement, l’auteur ne parvient pas à doser suffisamment les révélations pour maintenir l’intérêt : il nous livre toute les infos trop rapidement et dès la moitié du livre, la tension retombe comme un soufflé. Jusqu’à la fin, j’étais dans l’attente d’un retournement de situation que je n’aurais pas vu venir, mais celui-ci n’est jamais arrivé. Je trouve que l’histoire se règle bien trop facilement et que le mystère, finalement, est assez simple : j’avoue que je suis restée sur ma faim  et que j’ai pensé : « tout ça pour ça? ».

En résumé

 Je me rends compte en me relisant que je semble très critique envers ce roman. Pourtant, c’est une lecture que j’ai appréciée et qui m’a fait passer un agréable moment de détente ! Je pense que « Ce que je n’oserai jamais te dire » fera une parfaite lecture de plage qui amènera un brin de romantisme dans vos vacances. C’est une histoire qui est assez touchante et qui saura ravir les âmes romantiques et parler à votre sensibilité. L’amour puissant qui unit Joy et Guillaume est le plus grand atout de ce livre : les sentiments sont décrits de façon exagérée, mais avec justesse. Par contre, l’aspect thriller évoqué par le résumé ne tient pas selon moi ses promesses. Les révélations sont amenées trop facilement, le « mystère » est finalement assez simple, et j’avoue être restée sur ma faim devant un certain manque d’originalité… N’attendez pas trop de ce roman, qui ne vous tiendra sans doute pas en haleine, mais qui fera une bonne lecture de détente grâce à son agréable histoire d’amour.

Voici une photo de ma rencontre avec l’auteur l’année dernière lors du salon Saint-Maur en Poche! Il y sera également présent cette année.

35768279_1803019963077938_2402937024181960704_n

Ce que je n’oserai jamais te dire, par Bruno Combes, aux éditions J’ai lu (2018), 7 euros 60.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :