Camille et autres nouvelles

Je viens d’être contactée par une auteure autoéditée nommée Emma Hezac, qui publie son premier recueil de nouvelles aujourd’hui même. J’aime toujours lire des nouvelles de temps en temps, car cela fait une respiration entre deux lectures plus conséquentes, et les thèmes abordés dans ce recueil me plaisaient assez. C’est pourquoi j’ai décidé de m’y plonger aussitôt ! Il faut dire que le recueil est très court, à peine 57 pages, et que l’auteure m’a assuré qu’il se lisait en à peine une heure. C’était donc une petite lecture parfaite à savourer durant quelques instants. J’ai finalement bien apprécié ce recueil, malgré quelques petites maladresses.

Merci à l’auteure Emma Hezac pour cette lecture.

L’histoire

Résumé de la première nouvelle : « Elle » est une directrice de galerie comblée et épanouie, qui jongle entre ses expositions d’artistes et sa petite famille. Sereine et fière de ce qu’elle a su construire avec son mari malgré les tempêtes de la vie, tout son monde vacille lorsqu’elle rencontre Camille, une jeune artiste qu’on lui présente lors d’un vernissage. Troublée dès les premiers instants par cette jeune femme, elle n’imagine pas encore la route fragile sur laquelle elle l’invitera bien malgré elles…

Dans son premier recueil de nouvelles, Emma Hezac aborde des thèmes universels comme l’amour, la mort, la reconstruction, la maladie, les choix difficiles qui s’offrent parfois à nous.

Mon avis

Dans ce premier recueil, Emma Hezac nous offre 10 très courtes nouvelles qui tournent toutes autour de thèmes assez sombres comme le deuil, la reconstruction ou les histoires d’amour compliquées. J‘ai globalement aimé ces courts récits : on sent du potentiel dans la plume de l’auteure et je serais enchantée de la lire à nouveau si elle poursuit dans cette voie. Bien que cet ouvrage soit paru en autoédition, je n’ai jamais eu l’impression d’être face à un « travail d’amateur ». La qualité est au rendez-vous et les tournures de phrases sont très poétiques : il est clair qu’Emma Hezac sait manier les mots. Il y a un vrai style et des thèmes plus profonds qu’il n’y paraît, qui ne sont pas sans rappeler ceux d’Agnès Ledig, dont une citation est d’ailleurs placée en exergue de l’ouvrage.

Si j’ai beaucoup aimé la forme, je pense que quelques améliorations pourraient être réalisées sur le fond. J’aime beaucoup quand les nouvelles, surtout les plus courtes d’entre elles, se terminent par une chute surprenante : c’est selon moi ce qui donne aux textes du genre tout leur intérêt. Or, ici, il n’y a qu’assez peu de surprises et j’avoue qu’à certains moments, après une histoire refermée, je me suis demandée où l’auteure voulait en venir… L’auteure aurait selon moi eu tout intérêt à perturber son lecteur, plutôt que de rester dans une tranche de vie efficace mais prévisible. Reste que les thèmes abordés sont plutôt dramatiques et cela donne lieu à des passages émouvants: l’une des nouvelles m’a d’ailleurs fait monter les larmes aux yeux. Le deuil est souvent traité, de façon très juste et poignante. J’ai retrouvé dans ce recueil une belle sensibilité. J’ai été agréablement surprise par les quelques sujets plus « tabous » traités par l’auteure, comme les amours homosexuelles ou la transexualité. Certaines nouvelles amènent à la réflexion et j’avoue que je ne m’y attendais pas, surtout pour des textes aussi courts!

Camille et autres nouvelles, par Emma Hezac, autoédité (2018), 1 euro sur Amazon. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :