La symétrie de l’effet

Il y a un moment déjà, j’ai été contactée par l’auteur Jules Mudhiac, qui voulait me faire découvrir son premier roman paru en autoédition. Je trouve cela important de soutenir les auteurs débutants et le résumé ne m’a pas déplu, j’ai donc accepté cette proposition avec plaisir. Il est temps maintenant de vous livrer mon verdict.

Merci à l’auteur Jules Mudhiac et à Simplement Pro pour cette lecture. 

L’histoire

Je m’appelle Léo, je suis un parisien de 32 ans, et vous voulez que je vous dise ? Il y a encore quelque temps, je vous aurais dit que la vie que je mène me convient parfaitement. Vous pouvez demander à Romain et Lucie, mes deux meilleurs amis, ils vous le confirmeront ! Je partage tout avec eux. Il ne manquait qu’un ingrédient pour que tout soit parfait : rencontrer quelqu’un. Pourtant, aujourd’hui, rien n’est plus facile qu’une rencontre, non ? Je l’ai longtemps cru, aussi. Vous savez à quoi tient une conviction ? À trois choses : un plafond, une soutenance de thèse et un vendredi soir. Ni plus ni moins. Dubitatif ? Croyez-le ou pas, ce n’est pas grand-chose à côté de ce que je m’apprête à vous raconter. Oubliez tout, je vous emmène faire des rencontres.

Mon avis

Lorsque j’ai entamé ma lecture, je ne me souvenais plus du résumé et durant la plus grande partie de l’histoire, je me suis sincèrement demandée  où l’auteur voulait en venir. Le moment n’était pas déplaisant, grâce au style accessible de Jules Mudhiac et à son personnage principal, qui m’était sympathique et qui représente le « bon gars » par excellence. Mais il n’y avait pas d’histoire à proprement parler ou de péripéties. Nous suivions juste un jeune homme ordinaire dans sa vie quotidienne, ses moments avec ses amis et sa quête pour trouver l’amour, qui passe notamment par les sites de rencontre.. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les quelques réflexions proposées traitant de l’amour moderne et d’autres sujets de société. Plus qu’un roman, j’avais l’impression de lire un monologue intérieur, et j’avoue avoir été un peu déroutée, d’autant plus que je n’y retrouvais pas vraiment l’aspect feel good promis par le résumé.

Ensuite, notre héros réalise un voyage en Bretagne et à partir de là, l’action s’accélère. Un vrai mystère énigmatique surgit, ainsi qu’un triangle amoureux dont je voulais connaître l’issue. J’avoue donc avoir lu cette deuxième partie avec un intérêt bien plus grand, et je souligne que les pages se tournaient toutes seules ! Ce mystère, qui apporte du suspense à l’histoire, est celui de la disparition d’un grand chercheur en maths après avoir réalisé  une bien étrange découverte. Car oui, dans cette histoire, plusieurs personnages gravitent dans le milieu des maths… Je suis profondément allergique à cette matière, mais l’auteur arrive à rendre ses explications claires et intéressantes pour que l’on comprenne les enjeux de cette énigme qui donne au roman un (tout petit) côté « thriller mathématique ». J’avoue avoir été surprise de cette originalité, qui m’a assez bien plu contre toutes attentes. Parallèlement, les prémices d’une histoire d’amour plutôt attachante se mettent en place et j’avoue avoir été assez accrochée à l’histoire. C’était donc enfin bien parti. Sauf que…

Sauf que le dénouement, incompréhensible, a tout gâché. Le fameux mystère, qui me tenait tant en haleine, n’est JAMAIS résolu et je suis vraiment restée sur ma faim!  L’auteur nous livre un dénouement trop précipité, accompagné d’un épilogue que je n’ai pas compris et qui semble remettre tout ce que nous venons de lire en question. Le titre lui-même, très énigmatique, n’est jamais expliqué. Bref, il y avait du potentiel, mais celui-ci n’est pas suffisamment exploité et finalement l’histoire retombe comme un soufflé ! Dommage… J’en retiendrai un roman qui m’a dérouté, une sorte de fourre-tout, qui aurait pu être intéressant, mais se perd en chemin. Le moment n’est pas désagréable, mais certainement pas marquant.

La symétrie de l’effet, par Jules Mudhiac, autoédité (2018), 13 euros et 3 euros en numérique. 

Un commentaire sur “La symétrie de l’effet

Ajouter un commentaire

  1. Quel dommage, le résumé donne pourtant envie, mais le roman a l’air assez frustrant… Et qui aime être frustré? Je le lirai peut-être si j’en ai l’occasion mais ce n’est donc pas un livre vers lequel je me dirigerai de moi-même…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :