Souvenirs effacés

Lorsque Aurélie du blog Mon jardin littéraire et moi avons décidé d’organiser notre prochaine lecture commune, notre choix s’est porté sur ce thriller psychologique que nous avions toutes deux reçu de la part des éditions L’Archipel! J’aime toujours beaucoup me laisser mener en bateau par les romans de ce type, et c’était l’occasion de découvrir Arno Strobel, qui est apparemment un maître allemand du genre. Finalement, ce roman très efficace fut dévoré en peu de temps et a été pour chacune de nous une belle découverte. Critique.

Merci aux éditions L’Archipel pour cette lecture.

L’histoire 

Et si vous aviez été rayée de la mémoire de vos proches? 

L’enlèvement de son fils… Sa fuite nocturne à travers le parc… Le coup sur la tête… À son réveil d’un coma de deux mois, Sibylle a l’impression de se souvenir de tout. Elle a 34 ans, vit avec son mari dans une ville voisine.

Étrangement, le médecin à son chevet lui assure qu’elle n’a jamais eu d’enfant. Sibylle décide alors de fuir l’hôpital en pleine nuit pour rentrer chez elle.

Une automobiliste stoppe et la raccompagne jusqu’à son domicile. Mais, lorsque son mari ouvre la porte, il ne la reconnaît pas, malgré les détails intimes qu’elle lui livre.
À qui Sibylle peut-elle faire encore confiance ? Et qui est-elle vraiment ?

Mon avis

Avec ce roman, l’auteur nous place avec son héroïne dans une situation inexplicable et angoissante: Sybille se réveille dans un mystérieux hôpital et à sa sortie, personne de son entourage ne la reconnaît. Pire encore: tous lui affirment qu’elle n’a pas de fils, alors que ce souvenir est inscrit dans sa chair. Dès le début du roman, j’ai été très intriguée et j’ai tenté de mettre le doigt sur la solution de ce problème incroyable. Malgré sa confusion, l’héroïne, Sybille, m’a semblé immédiatement attachante et digne de confiance. J’ai voulu l’aider à démêler le sac de noeuds dans lequel elle était plongée, mais avec Arno Strobel, qui est très fort, rien n’est facile…

Dans ce roman au style simple et efficace, l’auteur nous plonge dans une succession de fausses pistes et d’indices à décrypter. Pour notre plus grand plaisir, nous voguons avec Sibylle dans un océan d’incompréhension jusqu’à ce que les choses s’éclairent peu à peu… Mais la vérité sera encore plus inimaginable qu’attendu.. Vous l’aurez compris, j’ai été complètement immergée dans ce thriller, qui n’est pas parfait mais a le mérite d’être addictif, malgré une petite baisse de rythme au bout d’un moment : les chapitres courts nous donnent très envie d’en savoir plus, les pages défilent toutes seules et malgré une certaine froideur dans la plume (typique des auteurs nordiques selon moi), j’ai su vibrer pour l’héroïne et je me suis posée mille questions. Ce thriller a fait travailler mon cerveau, et ce n’est pas un hasard car cet organe est justement au centre de l’histoire, qui nous questionne de façon anxiogène sur les limites et possibilités de notre mémoire.

Ma co-lectrice Aurélie et moi avons rapidement pressenti quel serait le twist principal, c’est pourquoi je considère que ce thriller n’est pas le plus surprenant que j’ai pu lire. Cependant, nous n’avions pas vu venir d’autres rebondissements liés aux personnages qui gravitent autour de Sibylle : ils sont nombreux à la traquer ou au contraire à vouloir l’aider, mais difficile de deviner de qui les intentions sont bienveillantes. Arno Strobel maîtrise parfaitement l’art du faux-semblant, et nous découvrons vite que dans cette aventure, notre héroïne ne peut compter sur personne..pas même sur elle-même, puisque sa mémoire lui joue des tours. Le climat de doute et de suspicion ainsi installé est selon moi le grand point fort de ce roman, puisque l’on ne sait plus à qui se fier. Et les alliés ne seront pas ceux que l’on croit…

En résumé

Ce roman angoissant n’est pas un thriller psychologique pour rien: il fera travailler vos méninges, mais vous prendra aussi aux tripes lorsque la vérité sera révélée. Si vous voulez frissonner, laissez Arno Strobel vous guider. Malgré quelques baisses de rythme, l’auteur sait ce qui’l fait et est très fort pour vous mener en bateau aux côtés de son héroïne. A découvrir!

Souvenirs effacés, par Arno Strobel, aux éditions L’Archipel (2018), 21 euros. 

4 commentaires sur “Souvenirs effacés

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :