Des jours et des vies

Parmi les parutions Charleston les plus récentes, j’avais repéré « Des jours et des vies », un roman historique sur le destin tragique de la famille Romanov.  Je connaissais comme tout le monde cette dynastie maudite, surtout grâce au dessin-animé « Anastasia » que j’adorais étant petite, mais en grande curieuse,  j’ai eu envie d’approfondir le sujet et de découvrir la vérité historique sur ces évènements. Pour cela, je n’aurais pas pu tomber mieux qu’avec ce roman à la fois magnifique et fascinant ! Critique.

Merci aux éditions Charleston pour cette lecture.

L’histoire

Confrontée à l’infidélité de son mari, Kitty Fisher quitte Londres pour se réfugier dans le chalet de son arrière-grand-père, aux États-Unis. Là, sur les rives du lac Akanabee, elle découvre un magnifique bijou qui va lui permettre de révéler un secret de famille longtemps caché…

1914
La Russie est au bord de la rébellion, et la famille impériale, les Romanov, fait face à un futur tout aussi terrifiant qu’incertain. La grande-duchesse Tatiana est tombée amoureuse d’un officier de cavalerie, Dimitri, mais les événements vont mettre à mal leur relation naissante ainsi que leurs vies…

Mon avis 

Pour être honnête avec vous, ma lecture était très mal partie : je n’ai pas compris tout de suite l’engouement pour ce roman et j’ai eu peur d’être face à ma première déception Charleston. Il faut dire que j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire : je crois que  cela s’explique par le fait que dans les premières pages, l’intrigue se centrait sur la Première Guerre Mondiale du côté du front russe, et que les termes techniques liés à l’armée étaient légion (sans mauvais jeu de mot). L’histoire d’amour, quant à elle, me semblait mièvre et les caractères des personnages peu approfondis. Bref, j’ai mis plusieurs jours à dépasser les 100 premières pages

Mais je dois avouer que ce roman m’a agréablement surprise et que mon avis s’est totalement modifié au cours de ma lecture, mon enthousiasme grandissant au fur et à mesure des pages avalées de plus en plus vite. Une telle prouesse est rare et cela la rend d’autant plus louable! Maintenant, je peux dire que ce roman mérite qu’on s’y attarde. Et pas qu’un peu… Si comme moi, vous êtes passionnés par les remous de l’Histoire, si vous aimez les histoires de prince et princesse et êtes intéressés par le destin tragique d’une famille royale déchue… Si vous êtes romantique dans l’âme et désirez vibrer pour deux âmes soeurs ballotés par la vie.. Dans tous ces cas de figure, foncez sur la magnifique histoire créée par Gill Paul, vous ne le regretterez pas et n’en ressortirez que plus enrichis!

Cette auteure et historienne de formation s’est intéressée aux Romanov, la famille royale russe qui a fini sauvagement assassinée par les bolchéviques lors de la révolution russe. Et s’ils n’étaient en fait pas tous décédés? Si la controverse autour de la princesse Anastasia est de notoriété publique (et est abordée très justement dans ce roman superbement documenté), je ne connaissais pas les autres princesses et j’ai été enchantée de l’hypothèse romanesque proposée par l’auteure au sujet de Tatiana. Bien sûr, cette histoire n’est qu’une fiction et c’est clair depuis le départ, mais cela m’aura permis d’en apprendre plus sur cette famille et de m’attacher à Tatiana via sa passion contrariée avec le soldat Dimitri.

« Des jours et des vies » est une fresque historique de grande qualité qui démarre en Russie durant la Première Guerre Mondiale et se poursuit tout au long du 20ème siècle. Passé le début, difficile pour moi, l’auteure arrive à nous captiver en nous faisant comprendre de façon très claire les enjeux de la révolution russe de 1917, qui marque la fin d’une époque marquée par les inégalités et le début d’une anarchie très douloureuse pour le peuple russe, qui ne cessera de souffrir durant près d’un siècle mais changera d’oppresseur. J’avais déjà lu Révoltées, un Young Adult à ce sujet, et j’avais trouvé les explications très complexes, contrairement à celles de Gill Paul, très limpides et faciles à suivre. « Des jours et des vies » s’intéresse plus particulièrement au destin des Romanov, et j’ai ressenti beaucoup de compassion pour cette famille royale, obligée de sortir d’un coup de sa bulle dorée pour plonger dans l’effroi. Chacun de ses membres nous est rendu attachant, en particulier les enfants dont nous cernons le caractère, et la question surgit, inévitable : aurait-on pu empêcher une telle boucherie? J’ai été captivée par le récit de toutes les tentatives d’évasion qui ont malheureusement échoué. Je conseille vraiment ce roman très complet si le sujet vous intéresse, car il devrait répondre à toutes vos questions et plus encore.

Mais au delà de nous plonger dans une page tourmentée de l’Histoire, « Des jours et des vies » est avant tout l’histoire d’individus tourmentés, malmenés par la vie et d’autant plus attachants. Je parle bien sur de Dimitri et Tatiana, les amants maudits, qui devront affronter de multiples épreuves pour pouvoir se retrouver. Leur histoire d’amour, plus forte que tout et que les coups du sort, m’a semblé poignante et a su serrer mon coeur de romantique par son aspect à la fois tragique et beau. Je ne peux pas tout vous révéler, mais il vous sera impossible de rester insensible face à cette histoire d’âme soeurs qui défie le temps!

J’ai énormément apprécié l’humanité des personnages de ce roman. Il est rare de voir des héros mûrir et évoluer à ce point-là, pour notre plus grand plaisir : Tatiana, qui m’agaçait au début de l’histoire par son côté naïf, se confronte à la réalité de la vie et n’en est que plus attachante. Son amant, Dimitri, fera parfois un bien mauvais mari et père de famille mais assumera ses erreurs une fois devenu vieil homme. Et enfin, parlons de Kitty, une jeune femme touchante de notre époque qui sera influencée par cette histoire d’amour sublime, et en profitera pour se remettre en question! Je ne vais pas vous cacher que j’ai été moins intéressée par toute la partie se déroulant dans le présent, qui m’a semblé plus anecdotique, mais je ne peux nier que j’ai adoré suivre les recherches de Kitty au sujet des Romanov. Cela apporte une tension supplémentaire dans le roman, et le suspense s’accélère pour nous au fur et à mesure de ses découvertes, jusqu’au dénouement, beau, réaliste et plein d’espoir, liant passé et présent de la plus jolie des manières. Bref, si mon intérêt pour ce roman n’a pas été piqué immédiatement, l’auteure, Gill Paul, qui possède un beau talent de conteuse s’est bien rattrapée par la suite! J’ai bien fait de poursuivre ma lecture et je ne peux que vous conseiller à tous de foncer tête baissée dans ce roman historique à la fois émouvant et captivant comme savent si bien nous en propose les éditions Charleston.

Des jours et des vies, par Gill Paul, aux éditions Charleston (2018), 22 euros 50.

 

Un commentaire sur “Des jours et des vies

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :