Te revoir à Penn Avel

J’avais déjà eu de bons échos au sujet des romans de Marjorie Levasseur, une auteure issue de l’autoédition, et j’étais assez curieuse de la découvrir. C’est finalement avec « Te revoir à Penn Avel » que je me suis lancée, cette histoire me semblant feel good à souhait. Et je n’ai pas été déçue. Critique.

Merci à l’auteure Marjorie Levasseur et à Simplement Pro pour cette lecture. 

En résumé

Quatre années se sont écoulées depuis que Pauline, trente ans, est venue se terrer au Croisic dans la maison de sa grand-mère. Lors de son escapade annuelle à Nantes, elle fait la connaissance de Louis, un sans-abri septuagénaire qui la sauve in extremis d’un mauvais pas. Se sentant redevable, Pauline l’accueille dans cette grande maison. Louis est un homme mystérieux et méfiant, mais il accepte cette main tendue et se livre peu à peu à la jeune femme jusqu’à lui confier sa plus grande peine.
Pauline ne se doute pas un seul instant à quel point cet élan de générosité va changer sa vie…

Mon avis

J’ai été charmée par ce roman, qui comporte tous les ingrédients du parfait feel good book : une amitié intergénérationnelle, des personnages attachants, un soupçon de secrets de famille, beaucoup d’émotions et même une touche bienvenue de romance, le tout avec une belle sensibilité! Cependant, je ne peux pas m’enlever de la tête l’impression de relire un roman que j’aurais déjà lu. Il faut dire que je commence à très bien m’y connaître en feel good books, et que celui-ci ne brille pas pour son originalité en la matière : on découvre assez vite les secrets des personnages et on perce à jour les grandes révélations bien avant qu’elles ne surviennent… Ce côté prévisible, en tout cas pour ma part, est sans doute le seul défaut de cette histoire très plaisante, agréable et entraînante qui m’a fait passer un excellent moment.

Nous suivons cette fois Pauline, une jeune femme généreuse, pétillante et un brin excentrique hantée par un lourd passé familial, mais bien décidée à profiter de la vie malgré tout : elle n’hésite pas à (littéralement!) danser sous la pluie. J’ai vraiment aimé passer partir à la rencontre de cette parfaite héroïne, super attachante, très humaine, qui le sera encore plus une fois que l’on aura percé son secret. Sa vie changera radicalement suite à son amitié avec Louis, un vieux monsieur devenu sans abri suite aux orages de la vie, et j’ai eu un coup de coeur pour ce personnage ! Louis est un vieil homme parfois bougon, plein de regrets, et je l’ai trouvé  terriblement touchant. J’ai un faible pour les feel good books ayant un côté intergénérationnel et en conséquence, j’ai été conquise par le lien qui se tisse entre ces deux personnages, même si j’ai regretté qu’il ne soit pas au coeur même de l’intrigue.

En effet, la romance qui va naître (pas entre Pauline et Louis, je vous rassure aha) est très importante.  J’ai été surprise que la romance soit si centrale dans cette histoire, car n’était pas mentionné dans le résumé. Heureusement pour moi, ce genre est l’un de mes favoris et on sent que l’auteure s’y connaît, tant ses descriptions des sentiments naissantes sont joliment menées. Cette histoire d’amour est aussi très belle, douce et progressive, et sera la planche de salut parfaite de deux âmes blessées bien décidées à se réconcilier avec la vie. On peut dire qu’en matière de romance sortant des clichés, l’autoédition française compte quelques belles plumes. J’étais déjà fan d’Erika Boyer, Blandine P. Martin et Audrey Martinez (entre autres), il me faudra maintenant suivre également de très près la carrière de Marjorie Levasseur, qui n’en est pas à son coup d’essai et dont le succès naissant me semble amplement mérité…

« Te revoir à Penn Avel » est une histoire authentique, pleine d’humanité, qui doit énormément à ses personnages très attachants. Mention spéciale pour Hélia, la chienne, qui nous prouve une bonne fois pour toutes que l’amour des animaux n’a rien à envier à celui des humains tant il est inconditionnel !  Marjorie Levasseur aborde aussi en toile de fond des thèmes d’actualité plutôt durs comme entre autres les dégâts de la guerre, la reconstruction après une blessure, la précarité, mais le fait avec une infinie délicatesse. Bref, que du bon, et une lecture réconfortante parfaite que je vous recommande pour un petit moment de détente.

Te revoir à Penn Avel, par Marjorie Levasseur, autoédité (2018), 13 euros et 3 euros en e-book. 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :