La fille du marchand de saphirs

Je ne l’ai pas encore annoncé par ici, mais il y a peu, j’ai eu le grand plaisir d’être sélectionnée par les éditions Milady pour faire partie de leurs partenaires 2019. Cette nouvelle m’a absolument enchantée, puisque cette maison d’édition fait partie de mes préférées et je suis toujours attentive à leurs parutions variées, qui correspondent parfaitement à mes goûts. Ma toute première lecture dans le cadre de ce partenariat a été « La fille du marchand de saphirs », un roman historique de l’auteure reconnue Dinah Jefferies. Pour ma part, je n’avais encore jamais découvert sa plume, même si je possède ses 2 romans précédents dans ma PAL. C’est finalement chose faite avec cette nouveauté, qui m’a embarquée dans l’ambiance dépaysante de Ceylan. Et j’ai adoré !

Merci à Milady pour cette lecture.

L’histoire

Peut-on encore aimer après un mariage fondé sur le mensonge ?

Ceylan, 1935. Louisa Reeve, fille d’un riche négociant britannique en pierres précieuses, est l’heureuse épouse d’Elliot, un séduisant et intrépide homme d’affaires. Tout bascule lorsque Louisa fait face à de nombreuses fausses couches et qu’Elliot passe le plus clair de son temps à Cinnamon Hills, une plantation de cannelle. Après sa mort brutale, la jeune femme se retrouve seule pour percer le mystère de ses nombreuses absences. Retournant à la plantation, elle rencontre Leo, le propriétaire des lieux, pour qui elle éprouve une étrange attirance. Lorsque la trahison d’Elliot éclate au grand jour, Louisa n’a que Leo vers qui se tourner même si celui-ci n’est pas celui qu’il semble être.

Mon avis

Avec ce roman, l’auteure Dinah Jefferies nous embarque très loin de notre réalité, puisque cette histoire se déroule à Ceylan (ancien nom du Sri Lanka) en 1935, au sein d’une plantation de cannelle. « La fille du marchand de saphirs » est une saga romanesque passionnante, au souffle puissant, qui nous dépayse et nous donne des envies d’évasion. Dinah Jefferies possède un vrai talent d’écriture, puisqu’elle arrive à créer de parfaites descriptions, très visuelles, qui convoquent tous nos sens. En lisant ce roman, j’ai eu l’impression de sentir l’odeur des épices embaumer la pièce, de fouler les rues animées de Galle ou de Colombo, d’admirer la végétation luxuriante ou encore d’entendre le chant des oiseaux exotiques. Ce roman ravira les amateurs de voyage ! La description que l’auteure réalise de Ceylan est d’ailleurs aussi très intéressante d’un point de vue historique, puisque Dinah Jefferies nous présente une société multicurelle où colons et Cinghalais se mélangent dans le respect le plus total… ou presque ! J’ai découvert un pays en avance sur son temps, qui semble être un petit havre de paix malgré quelques tensions, et j’ai adoré cette plongée en Asie du sud-est, comme si l’on y était.

Mais au-delà du voyage dans le temps et dans l’histoire que nous offre ce roman, celui-ci vaut aussi pour son histoire, qui est le portrait d’une femme pleine de courage et en avance sur son temps. Louisa Reeve est un très beau personnage, que l’on apprend à aimer tout au long du livre et qui s’avère infiniment attachante. Il s’agit de la fille d’un riche marchand de saphirs, qui croit être au comble du bonheur avec son mari Elliot, mais un jour tout va basculer… Elliot décède en effet dans un accident de voiture, et à sa mort, le monde de Louisa s’effondre : elle prend conscience des terribles secrets qu’Elliot lui avait cachés. J’ai ressenti beaucoup de compassion pour cette femme, confrontée au deuil et à la trahison, qui vit des épreuves plus terribles les unes que les autres, mais arrive toujours à s’en relever, plus forte que jamais.

Dans ce roman, nous suivrons pas à pas la reconstruction de Louisa, et cela sera l’occasion pour Dinah Jefferies de nous livrer quelques beaux messages sur le deuil, tout en sensibilité. Il y a également une romance avec le beau Leo, toujours là pour épauler Louisa, mais j’ai aimé que celle-ci ne prenne pas trop le pas sur l’intrigue principale et se construise de façon très progressive, laissant ainsi le temps à notre héroïne de se remettre. Mais ce n’est pas tout ! Louisa va entreprendre une enquête pour découvrir la vérité sur son mari, et ira de découverte en découverte, dans des milieux parfois peu recommandables. J’ai aimé cet aspect plein de suspense, qui apporte évidemment beaucoup d’intérêt au roman, même si j’ai vu venir certains rebondissements et révélations à des kilomètres.

Si j’ai énormément aimé ma lecture, ce n’est pourtant pas un coup de cœur en raison d’un petit bémol : j’ai trouvé que ce roman comportait énormément de longueurs. Il fait presque 500 pages, un tel chiffre n’était à mon sens vraiment pas nécessaire. Certains évènements sont répétitifs, au point que j’avais parfois du mal à me remettre à ma lecture, tant j’avais l’impression que celle-ci n’avançait pas. Il faut dire aussi que j’ai lu ce roman durant une période très chargée pour moi, et que ma lecture a donc été lente et entrecoupée. Peut-être est-ce pour ça que j’ai eu ce sentiment de lenteur dans le roman : je n’étais tout simplement plus à fond dedans… Concernant ce point un peu problématique, je vous invite à faire votre propre expérience de cette lecture, qui ne sera sans doute pas la même que la mienne. Ces longueurs ne sont d’ailleurs pas une raison suffisante pour bouder cette jolie saga, un roman historique comme je les aime qui m’aura fait voyager dans le temps et dans l’espace et devrait plaire à tous les amateurs du genre.

La fille du marchand de saphirs, par Dinah Jefferies, aux éditions Milady, collection Historique (2019), 19 euros 50.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :