Audrey et Anne

J’aime beaucoup lire des romans historiques, en particulier sur la Seconde guerre mondiale, un contexte qui n’en finit pas de me passionner, et j’ai été très tentée par l’angle d’approche original de celui-ci : en effet, comme son nom l’indique, « Audrey et Anne » est une biographie croisée d’Audrey Hepburn et d’Anne Frank, deux figures bien connues qui semblent a priori n’avoir rien en commun, si ce n’est la façon dont cette guerre a bouleversé leur vie. J’étais très curieuse d’en apprendre plus sur chacune d’elles, bien que la destinée tragique d’Anne Frank soit l’un de m’être inconnue (j’ai lu son journal et visité son musée). Et j’ai trouvé cet ouvrage très bien fait ! Critique.

Merci aux éditions L’Archipel pour cette lecture. 

L’histoire

Automne 1957. Douze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Otto, le père d’Anne Frank, rend visite en Suisse à une étoile montante du cinéma, Audrey Hepburn. Il veut la persuader d’interpréter le rôle de sa fille dans un lm qui va lui être consacré.
Printemps 1929. Deux filles voient le jour, Audrey à Bruxelles, Anne à Francfort. Toutes les deux marqueront l’histoire.
Les deux adolescentes partagent bien des points communs. Toutes deux ont été contraintes de quitter très jeunes leur pays natal. Audrey, issue de la haute société européenne, est envoyée dans un pensionnat anglais. Juifs, Anne et sa famille fuient aux Pays-Bas.
Toutes deux sont délaissées par leur mère et trouvent refuge dans la danse pour l’une, dans l’écriture pour l’autre.
La demande d’Otto réveille en Audrey de douloureux souvenirs. Ses parents, sa mère en particulier, ne frayaient-ils pas avec de hauts dignitaires nazis ?

Mon avis

Quel est le point commun entre Audrey Hepburn, actrice mondialement reconnue, et Anne Frank, jeune Juive décimée par la Shoah que son journal intime a rendu immortelle? Aucun, a priori. L’une est une star de cinéma qui a vécu dans le luxe et le privilège, issue d’une famille bourgeoise, tandis que l’autre, issue d’un milieu plus modeste, a connu un destin tragique et a vécu dans des conditions déplorables au sein de l’Annexe. Pourtant, il existe bel et bien un lien entre elles : Audrey Hepburn avait été choisie par Otto Frank, le père d’Anne, pour incarner celle-ci à l’écran. Demande qu’elle a refusée..Ce roman tente de nous expliquer pourquoi et en profite pour nous replonger dans l’enfance de chacune des deux jeunes filles, tissant entre elles des liens insoupçonnés.

J’ai beaucoup aimé cet ouvrage, qui, comme tout bon roman historique, arrive très bien à reconstituer un contexte, une époque en particulier. Celui-ci se déroule du printemps 1929 à 1945, durant ces années de montée du fascisme et de guerre, qui furent aussi les années d’enfance de ces deux petites filles, dont l’une n’a jamais atteint l’âge adulte. La fresque historique proposée par Jolien Janzing m’a semblé très complète. L’histoire se déroule principalement aux Pays-Bas, pays où ont vécues Audrey et Anne, et j’ai été très intéressée d’en apprendre plus sur la vie en pleine occupation dans ce pays qui était censé rester neutre. La peur et l’angoisse éprouvées en temps de guerre par les deux adolescentes sont très bien retranscrites par l’auteure, qui, tout en restant fidèle aux faits, se permet une écriture à fleur de peau, retranscrivant au plus près les sentiments de ses personnages, qui m’a semblé du plus bel effet.

En plus d’être un énième roman sur la guerre, « Audrey et Anne » est un roman d’enfance. En l’occurence, l’enfance de ces deux petites filles si différentes est étonnamment semblable. Toutes deux avaient des points communs : leur âge, leur apparence physique, leur pays, mais aussi d’autres beaucoup plus profonds, comme ce sentiment de solitude et cette difficulté à grandir dans un contexte plus que bouleversé. J’ai aimé découvrir leur vie, bien que celle d’Anne Frank soit déjà connue du grand public – raison pour laquelle Jolien Janzing s’attarde surtout sur Audrey? Cette jeune fille est en tout cas un personnage  qui se révèle très attachant. Loin du glamour et des paillettes qui constitueront plus tard le quotidien de l’actrice que tout le monde connaît, Jolien Janzing nous présente une petite fille complexée, souffrant de manque d’amour et touchée par l’égoïsme de ses parents. Une jeune fille courageuse, aussi, qui n’hésite pas à rejoindre la Résistance, alors même que sa propre mère collaborait avec les nazis pour ne pas perdre son train de vie. Une jeune actrice encore traumatisée, qui refuse le rôle d’Anne Frank pour ne pas se replonger dans ses souvenirs douloureux.

Plus qu’une biographie, ce roman nous raconte  différents évènements de sa vie d’Audrey et Anne, mais évite l’approche factuelle souvent utilisée dans ce type d’ouvrage. Cette fois, nous sommes réellement plongés dans leurs sentiments, nous avons l’impression de vivre à leurs côtés, et l’histoire n’en devient que plus touchante. Jolien Janzing a réussi à concilier l’exactitude historique et le talent romanesque et en cela, je suis très admirative du travail de l’auteure. Par la magie de la littérature, Audrey et Anne, qui ne se sont jamais rencontrées, semblent refléter les deux facettes d’une même pièce. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteure arrive à articuler organiser le récit, pour que leurs vies et leurs histoires semblent se répondre, d’une façon parfois troublante. Un livre très émouvant, à découvrir !

Audrey et Anne, par Jolien Janzing, aux éditions L’Archipel (2018), 22 euros. 

 

Un commentaire sur “Audrey et Anne

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :