Le dernier voyage de Monsieur Baxter

Matthew Crow est un écrivain britannique dont le nom ne m’était pas inconnu. J’avais en effet lu il y a quelques années son roman Young Adult « Sans prévenir », dont je garde un souvenir positif quoiqu’assez flou. Lorsque j’ai aperçu le nom de l’auteur dans le catalogue Milady annonçant leurs prochaines parutions, il s’est rappelé à mon bon souvenir et j’ai eu envie de le voir ce dont il était capable dans un autre registre. C’est pourquoi j’ai décidé de lire « Le dernier voyage de M. Baxter ». Critique.

Merci aux éditions Milady pour cette lecture.

L’histoire

M. Baxter a quatre-vingt-quatorze ans lorsqu’une chute dans son escalier le condamne à la maison de retraite. Cet homme qui a vécu mille vies s’accommode mal de la routine de Melrose Gardens. Ses vieux jours, il veut en profiter à tout prix, et troquer la télévision, le thé, et les antidouleurs contre du bon vin, de la bonne musique et des divertissements dignes de ce nom.

Accompagné d’un jeune infirmier qui traverse une période sombre, Baxter se lance dans une folle équipée pour rendre hommage à son amour perdu. À mesure que le vieillard lui raconte ses souvenirs, son compagnon de route comprend que la vie n’est pas destinée à être subie ; que le monde est vaste et magnifique ; que la gentillesse est une force. Et que la meilleure façon d’honorer les morts est de vivre pleinement.

Mon avis

Si vous aimez l’humour typique des Britanniques, vous allez être servis ! « Le Dernier voyage de Monsieur Baxter » est un roman qui regorge de ce flegme British si particulier. Les personnages sont gentiment déjantés, tous plus ou moins excentriques, en particulier Monsieur Baxter, le protagoniste principal, dont on n’apprendra jamais le prénom. Il s’agit d’un vieil homme en maison de retraite, véritable dandy du siècle passé, qui décide d’embarquer dans une folle équipée aux côtés de Greg, jeune aide-soignant mal dégrossi, afin d’honorer la mémoire de l’amour de sa vie aujourd’hui disparu.

Autour de nos deux héros gravite une galerie de personnages rocambolesques, qui composent le personnel et la patientèle d’une maison de retraite où les journées sont loin d’être de tout repos! J’avoue avoir souri des facéties de ces personnes âgées pleines de ressources, en particulier de Baxter et de son amie Winnie. L’humour est bel et bien présent dans ce roman très léger, qui vous régalera à coup sûr lors d’un moment de détente. Le personnage de Baxter, pas comme les autres, est aussi savoureux qu’attachant. Il a beau être nonagénaire, il est encore pétillant d’imagination et toujours le premier pour désobéir aux règles. Ce roman témoigne d’ailleurs d’une vision très positive de la vieillesse!

Cependant, d’autres thèmes plus sérieux sont aussi abordés dans ce roman intergénérationnel. C’est le cas du deuil, épreuve que doit traverser chacun de nos deux héros, bien qu’ils appartiennent à des générations différentes : Greg ne se remet pas de la mort de son frère, tandis que Baxter n’a jamais vraiment oublié l’amour de sa vie. La relation d’amitié qui se tisse entre ces deux hommes que tout oppose est touchante, et de beaux messages sont diffusés dans ce roman, notamment « la vieillesse est un état d’esprit ». Ce roman feel good et positif est aussi une invitation à profiter de la vie à chaque instant avant qu’il ne soit trop tard.

J’ai aimé cette lecture, car les thèmes abordés ainsi que l’humour omniprésent m’ont plu. Malheureusement, je suis un peu déçue, car je pensais ressentir plus d’émotions avec cette lecture, que je pensais touchante comme c’est souvent le cas des autres romans Milady. Pourtant, le sujet s’y prêtait : chacun de nos héros a un lourd passif, et l’auteur, Matthew Crow, n’hésite pas à se montrer engagé en traitant notamment de harcèlement et du jugement porté sans cesse sur les homosexuels, mais malgré ce fort potentiel lacrymal, ce roman m’a laissée de marbre. Je n’ai pas réellement réussi à entrer en empathie avec les personnages, la faute à une narration assez pauvre, essentiellement dialoguée, et à un petit côté caricatural dans la description de nos héros, dont la psychologie n’est jamais fouillée. Si vous vous attendez à une lecture marquante qui restera longtemps gravée en vous, « Le dernier voyage de Monsieur Baxter » n’est probablement celle qu’il vous faut. En revanche, c’est une lecture parfaite pour passer un petit moment de rigolade sans prétention!

Le dernier voyage de Monsieur Baxter, par Matthew Crow, aux éditions Milady, collection Feel good books (2019), 18 euros 20. 

2 commentaires sur “Le dernier voyage de Monsieur Baxter

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :