Alexa (Tout en nuances #2)

Si vous me lisez régulièrement, vous n’êtes pas sans ignorer mon amour pour les écrits d’Erika Boyer, auteure autoéditée pleine de talent qui gagnerait à être plus connue. Depuis quelque mois, j’ai la grande chance de faire partie de son comité de lecture, ce qui me permet entre autres de recevoir ses nouvelles parutions en avant-première, avant leur date de sortie. Je remercie Erika pour sa confiance sans cesse renouvelée! Aujourd’hui, il est temps pour moi de vous parler de son dernier roman en date, « Alexa », une pépite à paraître ce 9 mai. Après Hyacinthe (Tout en nuances #1), il s’agit du tome 2 de la très chouette série « Tout en nuances ». Pour en savoir plus, lisez ce qui suit!

L’histoire

Ancienne militaire, Alexa a rencontré Eden en Syrie lors d’une mission. Elles se sont retrouvées à Paris, l’une infirmière, l’autre patiente, et ne se sont alors plus jamais quittées. L’amour qui unit ces deux femmes est sans limite, mais les secrets et les mystères qui entourent la vie de famille d’Alexa l’empêchent d’être pleinement heureuse, et il arrive un moment où elle ne peut plus se cacher ni prétendre. Toutes les vérités sont-elles bonnes à dire et à entendre ? Ressortira-t-elle indemne de cette chasse au passé ?

Inspirés des plus grandes divinités gréco-romaines, les personnages de la saga Tout en nuances vous emmèneront dans un univers où la diversité est le maître-mot.

Mon avis

 La saga « Tout en nuances » d’Erika Boyer met à l’honneur des personnages qui sortent un peu des cadres habituels. Ses héros sont hors-normes, dans tous les sens du terme : ils se caractérisent par une très grande diversité de sexualité, de religion, de couleur de peau… L’objectif de l’auteure, particulièrement louable, était que tout le monde puisse se sentir représenté et avoir un personnage à qui s’identifier, y compris les personnes souvent stigmatisées par ailleurs. Pour ma part, je suis blanche, hétérosexuelle, cisgenre, athée, bref totalement dans la norme, mais j’apprécie énormément cette démarche, sincère et généreuse à l’image de l’auteure. Les héros de cette saga, dont chaque tome peut se lire indépendamment, ne sont pas pour autant définis par leurs différences, qu’on oublie assez vite à la lecture. Dans ce roman, comme dans tous les autres, l’accent est au contraire mis sur ce qui rapproche les hommes, sur ces joies et ces peines qui sont universelles.

Et le sentiment le plus universel d’entre tous n’est autre que l’amour, qui est au centre de cette histoire, comme de toutes les précédentes de l’auteure. Cette fois, pourtant, il ne s’agit pas d’une romance, bien que l’histoire d’amour entre Alexa et Eden ait toute son importance, mais d’un roman contemporain abordant le thème des secrets de famille et donc de l’amour familial. Lorsque Alexa présente sa petite amie Eden à sa mère, celle-ci réagit très mal. Non pas à cause de l’homosexualité de sa fille, mais bien à cause de la religion d’Eden, qui est juive. Loin d’être intolérante, la mère d’Alexa est pourtant profondément contre la religion. Pour aider sa mère à accepter sa petite amie, Alexa devra plonger dans le lourd passé de celle qui lui a donné la vie, et peut-être, du même coup, comprendre le secret de sa naissance…

Cette histoire très émouvante est avant tout une histoire d’amour mère-fille, qui m’a beaucoup touchée. Avec la délicatesse à laquelle elle nous a habitués, Erika Boyer nous raconte une relation complexe, mais non dénuée d’amour, entre une mère et sa fille autrefois si proches et désormais séparées par les non-dits. Le regard de l’auteure sur ses personnages est une fois encore profondément bienveillant : chacun d’entre eux, à commencer par Alexa, nous est présenté comme particulièrement fort et capable d’affronter toutes les épreuves, leurs faiblesses ne les rendant que plus humains encore. J’ai aimé le personnage d’Alexa, une ancienne militaire qui cherche à protéger ses proches en se négligeant un peu trop elle-même.

L’histoire de cette héroïne permet à l’auteure d’aborder des thèmes très peu traités, encore moins dans les romances, comme le stress post-traumatique ou la religion qui divise les hommes au lieu de les rapprocher. L’ensemble fait de ce roman une histoire   à la portée philosophique, et donc moins légère qu’il n’y paraît, qui fait réfléchir et appelle les hommes à bouleverser leurs certitudes, pour plus de tolérance. Pourtant, malgré la gravité de certains passages, c’est aussi un roman dans lequel il fait bon vivre et que l’on n’a surtout pas envie de quitter.

Les personnages créés par Erika Boyer sont si attachants que l’on en oublie leur caractère frictionnel : j’ai ressenti une forte envie de les prendre dans mes bras. Comme je l’ai dit, ce sont des personnages atypiques et pourtant universels, auxquels vous vous identifierez sans doute et pour qui vous ne pourrez vous empêcher de ressentir de l’empathie. Erika Boyer nous parle de la famille, celle biologique, mais aussi celle que l’on se choisit. J’ai aimé retrouver les amis d’Alexa, déjà entr’aperçus pour certains dans « Hyacinthe », bien que les histoires n’aient aucun lien entre elles. J’ai été particulièrement heureuse d’avoir des nouvelles de Hyacinthe et d’Elea, couple si attachant qui avait su faire battre mon coeur voici un an. Celui proposée dans ce nouveau roman n’est pas en reste : j’ai adoré Alexa et Eden ! Bien que leur histoire d’amour ne soit pas le sujet principal du livre, je n’ai pu qu’être admirative durant l’amour absolu et tendre qui existe entre elles. Leur relation de couple, si belle, a fait battre mon coeur de romantique et devrait vous plaire également.

Pour terminer, notons que le personnage principal de ce roman, comme la plupart de ceux de la saga « Tout en nuances », est inspiré d’une divinité grecque. Je vous laisse devenir laquelle…Si je suis une grande fan de mythologie, je dois, pour être honnête, avouer que j’ai un peu oublié cette particularité au cours de ma lecture, j’étais déjà tellement plongée dans l’histoire que j’en ai perdu de vue le reste. Autant vous prévenir, l’histoire n’évoque pas la mythologie du tout, c’est plus de l’ordre du clin d’oeil qu’autre chose, mais je trouve que cette caractéristique ne manque pas de charme : elle donne encore plus d’originalité aux romans d’Erika Boyer, déjà totalement uniques…Si vous avez envie de lire une histoire sortant des sentiers de battus, dans laquelle diversité est le maître mot, n’hésitez donc pas à vous tourner vers « Alexa », sublime roman qui saura, je l’espère, vous combler.

Pour continuer à découvrir l’auteure :

Tout en nuances, tome 2: Alexa, par Erika Boyer, autoédité, à paraître ce 9 mai 2019, 15 euros et 4 euros en e-book. 

Un commentaire sur “Alexa (Tout en nuances #2)

Ajouter un commentaire

  1. J’aime toutes les chroniques que tu as faites de mes livres (ce n’est pas pour rien que je voulais que tu sois dans le comité de lecture) mais je crois que j’aime celle-ci encore plus que les autres ! Je la trouve vraiment très détaillée (sans spoiler pour autant) et très vraie, juste. Je te remercie sincèrement pour ça, merci pour ta lecture et merci pour ce retour ♡

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :