D’ici là, porte-toi bien

Parmi mes auteures françaises préférées, on peut citer Carène Ponte qui, en quelques livres, a gagné une place spéciale dans mon coeur de lectrice, avec ses histoires tantôt feel good et pétillantes tantôt plus graves, mais avec pour dénominateur commun une grande bienveillance qui transparaît de livre en livre. L’auteure a le don de susciter des émotions chez moi. J’ai ri aux éclats avec ses livres de chick-lit comme « Avec des si et des peut-être » (qui vient de sortir en poche et que je vous recommande!), j’ai été très touchée par son roman jeunesse « Gros sur le coeur » qui traite du harcèlement scolaire. Quoi qu’il en soit, je trépignais d’impatience à l’idée de découvrir son petit dernier, peut-être un peu moins feel good que ce à quoi elle nous avait habitués, mais dont la couverture paradisiaque fleurait bon l’été. Je l’ai commencé lors d’une période difficile pour moi, en plein milieu de ma session d’examens à l’université, car je savais que ce livre allait m’offrir le réconfort nécessaire quand je trouverais le temps de l’ouvrir (c’est-à-dire 15 minutes par jour). Bref, trêve de bavardage, il est temps de vous livrer mon avis au sujet de ce petit bijou.

Merci aux éditions Michel Lafon pour cette lecture.

L’histoire

Le meilleur moyen d’alléger ses peines, c’est encore de les partager.

Avec son sable fin et son ciel azur, l’Avenue du Parc Resort and Spa est l’endroit idéal pour se remettre d’un coup dur. À condition de donner sa chance à la chance.
Alors que Samya tente de pardonner l’adultère de son mari, Alison aimerait oublier qu’elle s’est fait plaquer au pied de l’autel. Jessie s’est excusée mille fois pour le chat et le lave-linge, mais Jérémy est à bout : une pause s’impose. Apolline rêve d’un enfant qui ne vient pas. Quant à Mia, dix-neuf ans et déjà maman, elle se voit rejetée par sa famille. Geneviève, elle, perd peu à peu la mémoire.
Ensemble, elles vont libérer leurs émotions et s’apporter un soutien inattendu.
Avec au bout du chemin, un gain inestimable : l’espoir.

Mon avis

Voici le livre parfait à lire en vacances, pour passer du rire aux larmes sur votre transat ! Carène Ponte vous emmène dans un camping de luxe, l’Avenue du Parc Resort and Spa, à la rencontre de 6 femmes, qui se situent toutes à un tournant de leur existence et ont en commun un grand besoin d’échapper à leurs problèmes. Cette semaine de vacances tombe donc à pic…Mais elle ne sera pas de tout repos.

Avec ce nouveau roman, un peu différent de ce qu’elle proposait jusqu’à présent, Carène Ponte célèbre la solidarité féminine. Les liens d’amitié qui se tissent entre ces femmes sont beaux et sincères malgré les différences et l’écart de générations. L’auteure nous livre un roman choral à la tonalité plus grave que les chick-lit délicieuses qui ont fait son succès. Avec bienveillance et sans trop en avoir l’air, elle aborde des sujets très durs, comme le harcèlement sexuel, la maladie, l’infertilité…Cela ne veut pas dire que les moments d’humour ne sont pas présents (on retrouve encore les tordantes notes de bas de page qui sont la marque de fabrique de l’auteure!), juste que dans cette histoire douce-amère, comme dans la vie, joie et peines se succèdent à un rythme rapide, au sein du tourbillon de la vie. D’ailleurs, j’ai beaucoup aimé le dénouement réaliste, pas si « happy end » que ça, car dans l’existence, contrairement à ce qui se passe dans les romans, ce ne sont malheureusement pas toujours les gentils qui triomphent.

Carène Ponte réussit le tour de force de créer un roman avec 6 héroïnes, sans qu’aucune d’entre elles ne soit négligée ou laissée de côté. Il y a 6 romans en un dans ce beau livre, 6 histoires qui se croisent et s’entremêlent. Chacune d’entre elles a su me toucher, grâce à la plume experte de l’auteure, qui arrive à rendre ses 6 héroïnes pareillement attachantes grâce au procédé de la narration multiple. En effet, nous entrons dans la peau de chacune à tour de rôle, nous partageons leurs pensées, leurs doutes et leurs remises en question respectives. J’ai eu l’impression que la plume de l’auteure se transformait un peu pour chaque narratrice, ce qui témoigne de la virtuosité et de la capacité d’adaptation de Carène Ponte. Elle réussit en effet à trouver le ton juste pour chacune de ses héroïnes, à leur donner une voix qui leur est propre, à les rendre uniques.

J’ai particulièrement été touchée par le destin de Mia, qui a mon âge, mais une vie bien plus difficile que la mienne, puisqu’elle est déjà maman et livrée à elle-même. Son amitié avec Geneviève, une dame âgée, sera une planche de salut pour ces deux femmes à la croisée des chemins. Ce segment en particulier m’a particulièrement plu, pour des raisons qui me sont propres, mais libre à chacun de se sentir plus touché par une autre de ces histoires. Puisque l’auteure nous en raconte plusieurs, en tant que lecteurs, cela multiplie nos chances de trouver une histoire qui résonne en nous, qui nous rappelle de près ou de loin notre vécu. C’est bien là tout le talent de l’auteure qui arrive à rendre son histoire universelle et profondément crédible ! Les héroïnes sont si attachantes, si criantes de vérité, qu’il est presque impossible que vous ne puissiez pas vous y identifier. Comme elles, vous rirez et pleurez tour à tour durant votre séjour à l’Avenue du Parc, mais une chose est sûre, vous ne pourrez oublier ces femmes fortes et courageuses, qui découvriront en elles des ressources insoupçonnées. Ce roman est l’indispensable de vos vacances, un livre pas si léger à lire pour se détendre et s’émouvoir en même temps !

Voici quelques photos souvenirs de ma dernière rencontre en date avec Carène Ponte, tout récemment lors du salon Saint-Maur en Poche. J’ai déjà rencontré l’auteure à plusieurs reprises, et c’est toujours un grand plaisir ! Carène Ponte est une femme chaleureuse et d’une grande sincérité, pétillante et qui semble toujours ravie d’échanger et de blaguer avec ses lecteurs. Dès lors, je ne pouvais pas manquer d’aller la saluer à nouveau pour lui dire de vive voix tout le bien que je pensais de son petit dernier. Je partage aussi avec vous ma dédicace, qui est un peu particulière, puisqu’il s’agit d’une double dédicace : j’ai reçu ce livre dédicacé (en mauve) dans ma boîte aux lettres un peu avant sa sortie, mais j’ai quand même demandé à l’auteure d’ajouter un nouveau petit mot à Saint-Maur (en jaune).  Le résultat est pour le moins unique, j’ai un exemplaire qui ne ressemble à aucun autre! 

 

De la même auteure : 

D’ici là, porte-toi bien, par Carène Ponte, aux éditions Michel Lafon (2019), 17 euros 95.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :