Il suffit parfois d’un rien… et d’une fraise tagada !

Tiphaine Hadet est une nouvelle auteure française que j’ai envie de découvrir depuis un bout de temps. Ses romans feel good, parus aux éditions City, me font de l’oeil depuis les rayons des librairies et semblent correspondre en tous points à mes goûts de lecture. Quand je me suis aperçue que l’une de ses nouvelles était désormais disponible en service presse numérique sur la plateforme Netgalley, je me suis dit que c’était l’occasion parfaite d’enfin découvrir sa plume ! Je me suis donc empressée de découvrir ce petit texte au titre à rallonge, et j’ai passé un excellent moment. Critique.

Merci aux éditions Librinova et à Netgalley pour cette lecture.

L’histoire

Du haut de ses 24 ans, Caroline a grandi avec sa mère, gouvernante des Freunberger, richissime famille parisienne qui vit dans un immeuble cossu en plein cœur de Paris. Lorsqu’elles sont invitées au mariage de Victoire, petite-fille du clan, dans un immense château en banlieue, Caroline y va à reculons pour faire plaisir à sa mère. Sur les conseils d’Hervé, son meilleur ami, la jeune femme va tenter d’enfouir ses rancœurs afin de ne pas mettre de désordre au milieu des festivités. Mais c’est sans compter sur une rafale de quiproquos qui va mettre à mal la sérénité de Caroline… et sa solitude d’éternelle célibataire, a priori bien dans ses baskets…

Mon avis

J’ai adoré ce texte plein d’humour ! Je ne sais par contre pas trop comment le qualifier.. Court roman ou longue nouvelle? Au final, peu importe, car j’ai adoré être embarquée dans l’univers haut en couleurs de Caroline, parfaite héroïne de chick-lit. Cette jeune femme au caractère bien trempé se retrouve bien malgré elle victime d’une série de quiproquos, qui la poussent à se retrouver à la place d’une des demoiselles d’honneur lors du mariage d’une jeune héritière plutôt détestable ! Cela donne lieu à quelques situations cocasses et gratinées, d’autant plus que notre héroïne, en tant que fille de la gouvernante, n’appartient pas à ce monde bourgeois, dont elle déplore l’hypocrisie. J’ai d’ailleurs bien aimé l’aspect de critique sociale présent dans ce roman, qui derrière l’humour, dénonce ceux pour qui les apparences priment sur les vraies valeurs.

« Il suffit parfois d’un rien… et d’une fraise tagada! » réunit tout ce que j’aime dans la chick-lit : une héroïne attachante et pleine d’autodérision, une succession de malentendus des plus amusants, de l’humour et bien sûr, une histoire d’amour. Car Caroline n’est pas au bout de ses surprises ; lors de ce mariage, elle pourrait bien tomber sous le charme d’un invité plus séduisant que les autres.. J’ai bien ri face à leurs échanges de piques et j’ai été attendrie par ce personnage masculin des plus plaisants. Bref, mon âme romantique a fondu pour l’histoire d’amour toute mignonne qui semble se dessiner! J’ai été charmée de bout en bout par cette nouvelle, qui nous offre une parenthèse enchantée, aussi acidulée qu’une fraise tagada. Le texte est court (une petite cinquantaine de pages à peine) et je me suis tant régalée que j’aurais bien aimé faire durer le plaisir, mais pour autant, je n’ai jamais ressenti de goût de trop peu ou de frustration. L’auteure Tiphaine Hadet nous offre une nouvelle parfaitement maîtrisée, qui se tient de bout en bout et se suffit à elle-même. Dans ce texte charmant et pétillant, elle rend un bel hommage aux reines anglo-saxonnes de la chick-lit (qui sont d’ailleurs mentionnées) et à qui elle n’a rien à envier. Bref, je vous recommande cette lecture, qui m’aura fait découvrir une nouvelle auteure pleine de talent !

Il suffit parfois d’un rien… et d’une fraise tagada!, par Tiphaine Hadet, autoédité chez Librinova (2019), 0,99 euros (en e-book uniquement).

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :