Trouver sa place (Salomé et les femmes de parole #1)

J’aime profondément la littérature jeunesse, et je continue à en lire bien que j’aie depuis longtemps dépassé l’âge du public cible. Je trouve que les livres pour enfants ont une mission capitale, car ce sont eux qui sont chargés d’éveiller les plus jeunes au monde des livres, de provoquer chez eux l’étincelle qui en fera peut-être, qui sait, de futurs lecteurs passionnés.  Pour cette raison, je suis toujours très attentive à ce qui sort aujourd’hui en la matière. Je constate avec plaisir que les romans « middle grade » (destinés au 8-12 ans) sont bien souvent de grande qualité et abordent désormais des thèmes plus variés que jamais. « Salomé et les femmes de parole » a attiré mon oeil, car comme l’indique son titre, il fait découvrir en douceur aux jeunes lecteurs de grandes figures féminines. Étant très sensible à la thématique du féminisme, j’étais curieuse de découvrir ce petit roman, et c’est avec plaisir que je m’y suis plongée pour un charmant moment régressif.

Merci aux éditions Rageot et à Netgalley pour cette lecture.

L’histoire

Salomé entre en 6e, dans un tout nouveau collège. Rêveuse, amoureuse des mots grâce à sa mère traductrice, inventrice d’interviews imaginaires, elle est qualifiée d’« intello » par certains. Timide, elle sait réagir face à l’injustice. Sa grande rivale en classe  est Capucine, déléguée et initiatrice de rumeurs. Bientôt, Salomé relève un défi : proposer un nom pour le collège. À cette fin, elle doit être parrainée par un professeur et faire un exposé devant ses pairs pour les convaincre de voter en sa faveur. Capucine se lance aussi dans ce défi. Quelle personne célèbre va choisir  Salomé ? Dans ce collège, parmi tous ses camarades, saura-t-elle trouver sa place ?

Mon avis

Ce roman pour enfants très sympathique m’a fait passer un bon moment, plein d’humour et de tendresse. L’auteure nous raconte l’histoire universelle de Salomé, jeune héroïne qui redoute la rentrée au collège, où elle a peur de ne pas « trouver sa place ». Qui ne s’est jamais trouvé dans la même situation? Quel que soit l’âge que l’on a, l’arrivée dans une nouvelle école ou même dans un nouveau travail où l’on ne connaît personne est des plus stressantes.  Je me suis beaucoup attachée à cette petite fille, qui ne manque pas d’humour et porte un regard malicieux et plutôt clairvoyant sur le monde qui l’entoure. J’ai trouvé que Salomé était un chouette personnage, qui ne manquait pas d’authenticité. N’importe qui pourra s’y identifier, elle m’a d’ailleurs rappelé la petite fille que j’étais. Son histoire n’a peut-être rien d’extraordinaire, mais elle devrait trouver un écho chez les jeunes lecteurs, qui partagent les mêmes craintes. Je vous conseille d’ailleurs de faire lire roman à vos enfants pour les préparer à ce gros changement !

Mais ce roman middle grade n’est pas une « simple » histoire de rentrée au collège. L’auteure nous introduit au petit monde de Salomé, bien sûr, et nous présente une galerie de personnages attachants, mais elle en profite aussi pour délivrer de beaux messages et pour parler de thèmes qui importent, à commencer par le féminisme. Elle milite notamment pour une plus grande représentation des femmes dans l’espace public, où elles sont trop souvent invisibilisées. En effet, dans cette histoire, Salomé participe à un concours pour trouver un nom pour son collège, récemment construit. Chaque enfant peut proposer un personnage célèbre, et c’est le moment où notre héroïne découvre avec stupeur qu’elle ne connaît presque rien sur les femmes inspirantes ! À partir de là, Salomé va tout faire pour se renseigner sur les femmes, connues ou moins connues, qui ont marqué l’Histoire ou qui ont, à leur manière, tenté de faire bouger les choses, nous entraînant avec plaisir dans ses découvertes. Moi-même, j’ai réussi à apprendre des choses ! Petit bémol cependant, j’ai trouvé la couverture du livre un rien mensongère. Y figurent 4 personnalités bien connues, ce qui amène à penser que ces femmes en particulier joueront un rôle important dans l’intrigue. En réalité, il n’en est rien, leur nom est à peine mentionné. C’est peut-être un petit détail, mais j’ai eu l’impression d’être induite en erreur.

Ce roman jeunesse diffuse de belles valeurs. Les relations entre les enfants du collège ne sont pas conflictuelles, comme c’est le cas dans la plupart des romans, mais plutôt solidaires. Nous les voyons s’unir, devenir amis et cela fait du bien. C’est en tout cas un bel exemple à donner aux jeunes lecteurs ! Bref, j’ai été charmée par ce roman jeunesse, qui parle du quotidien des enfants avec justesse, sans laisser de côté l’actualité. Il n’est jamais trop tôt pour découvrir les grandes figures du passé. Ce roman jeunesse, qui regorge de portraits de femmes inspirantes, l’a bien compris. Bref, ce livre est selon moi un outil parfait pour, sans en avoir l’air, fournir à vos enfants de beaux modèles qui les guideront et les aideront à grandir !

Voici une photo de ma rencontre avec l’auteure Nathalie Charles lors de la dernière édition du salon Saint-Maur en Poche. Nous avions eu un échange très intéressant au sujet de son roman et de la littérature jeunesse en général ! 

67469429_1265567956953526_3281270162770100224_n

Salomé et les femmes de parole, tome 1 : Trouver sa place, par Nathalie Charles, aux éditions Rageot (2019), 12 euros 90. 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :