Comment mon été est parti en fumée

En matière de Young Adult, je considère la collection Hugo New Way comme une véritable valeur sûre, dont la qualité des parutions n’est plus à prouver. Tantôt graves ou plus légers, leurs romans ont toujours su me séduire. C’est donc dans un état d’esprit confiant que j’ai commencé « Comment mon été est parti en fumée, » l’une de leurs dernières parutions qui me semblait être la lecture de vacances idéale. Pourtant, je dois dire que j’ai moins aimé ce roman que ce à quoi je m’attendais. S’il m’a tout de même fait passer un agréable moment de détente, il n’est à mes yeux pas exempt de défauts. Critique.

Merci aux éditions Hugo New Way pour cette lecture.

L’histoire

Rosie a toujours été impulsive. Mais sûrement pas au point de mettre le feu à la voiture de Joey, son ex qu’elle a surpris en train de la tromper. Ça non, jamais ! Ni d’appeler ce traître toutes les dix minutes pour lui expliquer ce qu’elle pense de lui…

En tout cas, la voilà qui écope d’une ordonnance restrictive qui l’empêche d’approcher Joey à moins de cinquante mètres. Alors, quand son ami Matty annonce à ses parents qu’il part pour l’été en road-trip avec deux copains, ils ont la bonne idée de l’incruster dans l’aventure, histoire de l’éloigner un peu.

L’enfer ! Au début, Rosie n’a qu’une idée en tête : s’enfuir illico, faire du stop et rentrer scruter le moindre des mouvements de Joey. Mais l’air de la route, les expériences inédites et les nouveaux amis lui font vite voir la vie sous d’autres horizons…

Mon avis

Ce roman est le livre idéal pour les vacances puisqu’il s’agit d’un livre frais, léger et très facile à lire ! Bref, la lecture parfaite à savourer sur son transat lorsque l’on ne veut pas se prendre la tête, mais simplement se laisser porter par une petite histoire sans prétention… Mais cette légèreté est justement le point qui m’a un peu fait tiquer. Sans forcément m’attendre à un livre très complexe qui explorerait l’adolescence avec une grande finesse psychologique, j’espérais davantage de ce roman, dont les personnages, à la psychologie très peu creusée, m’ont au final semblé très caricaturaux. J’ai surtout été agacée par Rosie, l’héroïne, qui ne manque pas de répartie, mais à laquelle je n’ai pas un seul instant pu m’attacher, en raison de son caractère capricieux et de son côté superficiel. On la voit pourtant gagner en maturité au fur et à mesure de l’histoire, mais malgré l’évolution de son personnage, je n’ai jamais pu me départir de ma première impression négative à son sujet. À mes yeux, cette héroïne était tout simplement une pourrie gâtée qui aurait bien mérité une bonne claque !

L’histoire, pourtant, ne manque pas de charme ni de rebondissements savoureux. Pour oublier une rupture douloureuse, Rosie se retrouve embarquée bien malgré elle dans un road trip à travers les Etats-Unis aux côtés de son voisin Matty et de deux autres garçons. J’aime beaucoup les romans qui se déroulent sur la route, tout simplement car ils nous font voir du pays, et ici, j’ai été servie ! Rosie et ses amis traversent de nombreux lieux emblématiques des USA, et le dépaysement est garanti. J’ai beaucoup aimé cette ambiance très américaine et l’atmosphère de ce voyage, où tout semble possible. Cependant, j’aurais aimé davantage d’amitié et des liens plus sincères entre nos 4 héros, qui sont plutôt dans la séduction que dans la camaraderie. Je n’ai rien contre les romances, au contraire j’adore en lire, mais j’ai eu l’impression que dans la vie de Rosie, tout tournait autour des garçons, ce que j’ai trouvé un peu dommage. Ses interactions avec les personnages masculins virent souvent au flirt, et j’ai été un peu lassée du carré amoureux qui naît dans ce roman. L’amitié fille-garçon, ça existe aussi !

En conclusion, ce roman Young Adult n’est certainement pas inoubliable, et je lui ai trouvé pas mal de défauts. Il n’empêche que j’ai passé tout de même passé un beau moment de détente et d’évasion avec cette lecture qui nous fait traverser les Etats-Unis ! N’en attendez pas trop, mais ce roman est une parfaite lecture d’été, qui se savoure comme un plaisir coupable. À conseiller aux fans de « teen movies », qui y retrouveront la même ambiance.

Comment mon été est parti en fumée, par Jennifer Salvato Doktorski, aux éditions Hugo, collection New Way (2019), 17 euros.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :