Sous une douce apparence

J’ai eu l’occasion de lire plusieurs chroniques positives au sujet de « Sous une douce apparence », le premier roman-témoignage de Laetitia Dupont paru en autoédition. Il n’en fallait pas plus pour me rendre curieuse au sujet de ce livre, en lequel j’ai vu un certain potentiel, puisqu’il traite du thème du burn out, très peu abordé en littérature. J’étais curieuse d’en apprendre plus à ce sujet et c’est pourquoi je me suis lancée à mon tour dans cette lecture.

Merci à l’auteure Laetitia Dupont et à Simplement Pro pour cette lecture.

L’histoire

“Sous une douce apparence”, c’est avant tout l’histoire de nombreuses femmes absorbées par les différents rôles qu’elles mènent de front. Dans ce récit, vous découvrez Mélissa, une jeune femme qui pend tout à cœur : son rôle de mère, de fille, de sœur, d’épouse, d’enseignante… Elle met tout en œuvre pour afficher son épanouissement, sa volonté d’apparaître comme une femme modèle. Mais, au fil du temps, son attention s’est concentrée sur l’un de ses visages : celui de l’enseignante. Au point de tout accaparer et de délaisser ses autres rôles. Écrasée sous le poids de cette responsabilité, sa vie s’est lentement fissurée jusqu’au point de non-retour. Qui se dissimule véritablement derrière cette image de perfection ? Qui est Mélissa au fond d’elle-même ? Trouvera-t-elle la voie de son bien-être ?

« Sous une douce apparence » est un récit de vie autobiographique poignant, empli de vérité et de ressentis sans filtre. Il retrace le parcours d’une femme, se dédiant aux autres, qui a oublié de s’écouter.

Mon avis

« Sous une douce apparence » se présente comme un roman, mais il s’agit en vérité du témoignage de l’auteure, qui se crée un alter ego fictif grâce au personnage de Mélissa, avec qui elle partage la même souffrance. Comme son héroïne, l’auteure a traversé un burn out, et a décidé de se confier au sujet de sa douloureuse expérience dans cet ouvrage en forme de thérapie. Son témoignage sonne donc forcément juste, il semble authentique et criant de vérité : on sent qu’il a été écrit avec les tripes. J’ai été sensible à la souffrance de Mélissa, et j’ai été très contente d’en apprendre plus sur cette maladie, dont on parle souvent dans les médias, mais que je connaissais assez mal. À travers le destin de Mélissa, l’auteure nous parle aussi du difficile quotidien des professeurs, qui ont une mission capitale (et souvent pesante!) auprès de la jeunesse de demain, mais dont la profession est vue comme un métier de paresseux, le regard des gens s’arrêtant aux 2 mois de congés estivaux.

Ce roman se présente donc comme le journal intime de Mélissa, perfectionniste que nous suivons pas à pas dans sa vie de professeure surmenée… jusqu’au moment où tout explose. Nous assistons ensuite à sa prise de conscience progressive de sa situation, et enfin nous la voyons se relever tout doucement grâce à différents types de thérapie. Cet ouvrage m’a intéressée dans la mesure où il m’a permis de prendre conscience que le burn out était une maladie à part entière, et que les malades doivent donc être traités et soignés comme ils le méritent. Ce témoignage nous parle du burn out à travers le regard de l’une de ses victimes, dont nous partageons la souffrance et les sombres pensés. Il est dès lors bien plus percutant et instructif que n’importe quel essai théorique qui nous exposerait froidement la liste des symptômes, puisqu’en nous mettant à la place de Mélissa, à qui il est facile de s’identifier grâce à l’écriture à la première personne, nous vivons en quelque sorte cette maladie de l’intérieur. Impossible donc de ne pas ressentir de l’empathie pour elle comme pour les autres malades qui se dédient à leur travail jusqu’à l’épuisement. Je pense que « Sous une douce apparence » est un ouvrage idéal pour sensibiliser le public à cette maladie invisible. Je vous le conseille vraiment si vous avez un proche qui traverse une telle épreuve et que vous désirez comprendre. Les mots justes de Laetitia Dupont pourront aussi aider d’autres workhaolics à prendre conscience qu’ils risquent d’être les prochains sur la liste, et leur démontrer l’importance vitale du lâcher prise. Bref, cet ouvrage me semble particulièrement utile et pourrait bien en aider plus d’un.

Cependant…Je m’efforce toujours d’être honnête dans mes avis lecture, et je ne vais pas déroger à cette règle. Je dois donc l’avouer : je me suis ennuyée durant ma lecture. Même si je mesurais l’importance du sujet, même si j’étais touchée par le destin de Mélissa, au bout d’un moment, j’aurais désiré plus de rebondissements, d’interactions entre les différents personnages. Cet ouvrage est très introspectif, il ne s’y passe pas grand chose si ce n’est une plongée intime dans la psyché de l’héroïne. Et je dois dire qu’un livre de 400 pages se résumant à cela semble vite monotone… Je suis bien consciente qu’il ne s’agit pas d’une histoire fictive et donc romanesque, mais d’un témoignage écrit avec le coeur et les tripes. Je respecte profondément la démarche de l’auteure, qui s’emploie courageusement à nous faire partager sa souffrance personnelle, mais en tant que lectrice, j’ai été parfois un peu frustrée par le côté répétitif de l’histoire. « Sous une douce apparence  » est à mes yeux un livre essentiel sur le plan humain, que je conseillerais les yeux fermés à toute personne touchée de près ou de loin par la question du burn out, mais, si ce n’est pas votre cas, je ne vous conseillerais pas forcément sur le plan littéraire ce journal intime pauvre en rebondissements.

Sous une douce apparence, par Laetitia Dupont, autoédité (2019), 15 euros et 3 euros en e-book.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :