Hurler sans bruit

C’est grâce à la page Facebook tenue par l’auteure et chroniqueuse Ninon Amey « Les lectures de Ninon », petite mine d’or de recommandations en matière d’autoédition, que j’ai entendu parler pour la première fois du roman « Hurler sans bruit ». Le résumé m’a aussi donné envie de découvrir cette histoire de femmes, qui me paraissait prometteuse. Ce fut finalement chose faite, plusieurs mois plus tard, et je ne m’y suis pas trompée, car j’ai passé un joli moment avec ces tranches de vie.

Merci à l’auteure Valérie Van Oost et à Simplement Pro pour cette lecture.

L’histoire

Alex, Isabelle, Marine.
Trois femmes, trois amies.
Ensemble, elles ont connu des drames, affronté des obstacles.
Mais tout ne se partage pas, même avec ses meilleures amies. Certains secrets sont gardés, enfouis. Jusqu’au jour où l’on vient les déterrer.
Ainsi, quand Jeanne, la fille d’Alex, se trouve confrontée à un choix difficile, les trois amies tombent le masque. Leur amitié sera-t-elle assez forte pour surmonter les révélations ?
Au travers de ses trois héroïnes, l’auteur nous dresse le portrait des femmes d’aujourd’hui, des enjeux que sont pour elles la carrière, la maternité et la vie de couple.
Une histoire poignante sur la résilience au féminin.

 Mon avis

 « Hurler sans bruit » est un roman court, à peine plus d’une centaine de pages, mais c’est amplement suffisant pour se laisser toucher par cette histoire efficace et pleine de sensibilité. L’auteure Valérie Van Oost, qui est par ailleurs journaliste pour le magazine Elle, possède une plume ciselée et délicate, qui lui sert à décrire avec finesse les petits et grands drames du quotidien. Ce roman, construit en forme de tranche de vie, se centre sur 3 femmes, Marine, Alex et Isabelle. Ces amies de toujours ont connu de nombreux drames, mais sont restées présentes pour les autres contre vents et marées. Ce roman les suit à un instant particulier de leurs vies, lorsqu’un évènement inattendu en lien avec Jeanne, la fille d’Alex, poussera chacune d’elles à faire la paix avec les fantômes de son passé.

Ce roman est assez introspectif, il ne s’y passe finalement pas grand-chose, mais j’ai aimé la fine analyse psychologique que l’auteure nous propose. Nous entrons directement dans la psyché de chacune des 3 héroïnes, ce qui nous permet de n’être que plus touchés encore par leurs préoccupations. Je pense que nombre de lectrices pourront se reconnaître dans au moins l’un des personnages, car les problèmes traversés par nos héroïnes sont malheureusement universels, et sont abordés ici avec brio dans des scènes parfois très émouvantes. À travers ce roman, c’est la définition de féminité que l’auteure se propose de questionner. Quels sont les petits et grands défis qu’ont à relever les femmes d’aujourd’hui? Sans aucun tabou, Valérie Van Oost passe en revue, à travers ses héroïnes réalistes, plusieurs problèmes d’actualité, comme l’avortement, l’infertilité, la difficulté de concilier vie de famille et vie professionnelle.. Elle évoque également, avec une certaine poésie, la vie de couple, la maternité, la sexualité, le temps qui passe. Nos héroïnes sont humaines, font des erreurs, échouent parfois ou ont des réactions maladroites, mais l’auteure ne les juge jamais. J’ai ressenti beaucoup de bienveillance dans ces portraits de femme, et c’est quelque chose qui m’a énormément plu à la lecture.

À travers ce court roman, Valérie Van Oost rend finalement hommage aux femmes, à leur courage, à leur résilience. « Hurler sans bruit » est également une belle histoire d’amitié et de solidarité féminine. Entre nos héroïnes, il n’y a aucune rivalité, bien au contraire ! Malgré leurs différences de caractère et les incompréhensions qui existent parfois entre elles, nos héroïnes sont présentes les unes pour les autres de manière inconditionnelles, ce que j’ai trouvé rafraichissant. Les liens puissants qui unissent Alex, Isabelle et Marine depuis des années sont comme un moteur qui les aide à affronter plus sereinement les drames de la vie. Bref, j’ai aimé ce roman du quotidien, pour les belles valeurs qu’il véhicule et pour le joli style littéraire de l’auteure, qui arrive à croquer assez finement notre société et ses travers. « Hurler sans bruit » est un roman d’amitié qui n’est sans doute pas inoubliable, mais qui fera passer un beau moment aux amateurs de films du style « Les Petits mouchoirs ».

Hurler sans bruit, par Valérie Van Oost,, autoédité chez Librinova (2018), 12 euros 90 et 2 euros en e-book.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :