Un jour plus que parfait

Les éditions PKJ, maison d’édition que l’on ne présente plus, organisent de temps en temps des appels à chroniqueurs sur leurs réseaux sociaux et en tant que grande fan de leurs parutions, qui sont bien souvent de qualité, je postule dès que cela est possible. La dernière fois, j’ai eu la chance d’être sélectionnée pour recevoir en service presse l’une de leurs dernières parutions Young Adult, « Un jour plus que parfait ».  C’est donc ainsi que j’ai eu la chance de découvrir ce roman au résumé pour le moins original, qui s’est avéré être une très belle surprise. Critique.

Merci à PKJ pour cette lecture.

L’histoire

La famille d’Esther Solar est maudite. Tous souffrent d’une phobie atroce qui les mènera tout droit dans la tombe.

• Le père d’Esther, agoraphobe, vit reclus dans la cave
depuis six ans.
• Son frère a peur du noir.
• Sa mère est terriblement superstitieuse.
Esther, elle, ne souffre (pour le moment) d’aucune terreur particulière. Mais tient à jour la liste non-exhaustive de ses pires cauchemars, au cas où. Lorsqu’elle croise à l’arrêt de bus le mystérieux Jonah Smallwood, sa vie bien rangée bascule… Esther va être confrontée à la plus imprévisible et la plus redoutable de toutes les peurs… l’amour.

Mon avis

J’ai été très surprise par ce roman, au sujet et au style uniques ! On peut dire que cette histoire, des plus excentriques, ne ressemble à aucune autre, et c’est ce côté OVNI qui m’a charmée. En effet, cette histoire est celle d’une famille pas comme les autres, aux faux airs de la famille Addams. Ils vivent dans un manoir qui tombe en ruines, où chacun est prisonnier de sa propre phobie : le père, agoraphobe, n’a plus quitté le sous-sol depuis 6 ans, le frère est envahi par une peur du noir dévorante, et la mère s’entoure de gris-gris en tous genres supposés lui porter chance et la sauver de la faillite. Au milieu de tout ce petit monde, il y a Esther, qui n’a aucune phobie particulière mais est terriblement anxieuse et se tient prête à tout moment à être frappée par la malédiction familiale…Son existence peu réjouissante va être totalement transformée lorsqu’elle rencontre Jonah, exubérant jeune homme qui se met en tête de l’aider à affronter ses peurs. C’est le début d’une grande aventure, qui ne sera pas de tout repos…

J’ai beaucoup aimé ce roman pas comme les autres, qui m’a fait passer par toutes les émotions. À la lecture du résumé, je m’attendais à une histoire légère, surnaturelle, totalement fantaisiste. J’ai découvert un livre bien plus profond qu’il n’y paraît, qui aborde des sujets très actuels sous couvert de réalisme magique. L’auteure, Krystal Sutherland, construit son roman comme une métaphore géante, qui nous parle, à mots voilés, de maladie mentale, d’anxiété, de dépression. Les problèmes de la vraie vie ne sont jamais bien loin, puisque les personnages, excentriques en apparence, sont en fait en proie à des terreurs tout à fait sérieuses, et nous les accompagnons dans leur cheminement pour affronter ces peurs paralysantes. J’ai particulièrement aimé la courageuse démarche d’Esther, que nous voyons progressivement évoluer et sortir de sa coquille. Elle se lance un défi qui consiste à affronter l’une de ses peurs chaque semaine, et j’ai trouvé cette entreprise rafraîchissante à suivre. Il y a beaucoup d’humour dans ce roman, que l’on peut qualifier de jubilatoire, il y a aussi de la tendresse, à travers l’histoire d’amour naissante d’Esther et Jonah, mais il y a aussi des passages beaucoup plus sérieux et tristes, qui m’ont serré la gorge.

« Un jour plus que parfait » (un titre VF que je trouve par ailleurs très mal choisi car beaucoup moins parlant que le VO) est un OVNI littéraire, un livre intelligent et malin, qui nous livre des leçons de vie sans en avoir l’air. Je crois que le message que nous transmet l’auteure aurait eu moins d’impact dans un roman YA ordinaire, à la trame « réaliste ». Mais Krystal Sutherland choisit de recourir à la magie pour nous délivrer de véritables leçons de vie, et c’est diablement efficace. J’ai beaucoup aimé la morale de cette histoire, au propos universel, qui nous invite à affronter nos peurs. Il y a de nombreux niveaux de lectures possibles face à ce roman, construit selon le procédé du réalisme magique, si bien qu’il est parfois impossible de trancher et de démêler le vrai du faux. Je pense par exemple à l’histoire de la rencontre du grand-père d’Esther avec la mort, si belle et si mystérieuse à la fois. Le style d’écriture de l’auteure, totalement unique et indescriptible, colle parfaitement à l’univers hors du temps et un peu intrigant qu’elle tente de créer. Cette narration pas comme les autres a été pour moi la cerise sur le gâteau, la touche finale qui vient rehausser l’ensemble déjà excellent, faisant ainsi d' »Un jour plus que parfait »… un livre plus que parfait ! À découvrir donc.

Un jour plus que parfait, par Krystal Sutherland, aux éditions PKJ (2019), 18 euros 90.

2 commentaires sur “Un jour plus que parfait

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :