La passeuse d’histoires

Cette année, l’Inde est à l’honneur aux éditions Charleston ! Après le formidable polar historique Les veuves de Malabar Hill, avec lequel j’ai commencé en beauté mon année de Lectrice Charleston, la maison d’édition nous emmène une fois encore dans ce beau pays avec sa nouvelle parution. « La passeuse d’histoires », en librairie dès aujourd’hui, est un formidable roman féminin, une histoire comme je les aime qui met en scène deux personnages de femmes fortes, vivant à des époques différentes mais aux destins tout aussi émouvants.

L’histoire

Jaya, une journaliste new-yorkaise, bouleversée par une troisième fausse couche et le délitement de son mariage, embarque dans un inoubliable voyage en Inde à la recherche de son histoire familiale troublée.

Émerveillée par ce qu’elle y découvre, Jaya apprend tout ce qu’elle peut sur la culture du pays. C’est en rencontrant Ravi, ancien servant et confident de sa grand-mère Amisha, qu’elle va en apprendre plus sur son histoire familiale. Le vieil homme lui racontera la vie d’Amisha sous l’occupation britannique, de son mariage arrangé à son histoire d’amour impossible avec un lieutenant britannique. Il lui parlera également de l’école anglaise où, malgré les interdits de l’époque, elle enseignait l’écriture, elle qui adorait raconter et écrire des histoires pour ses enfants…

À travers l’histoire déchirante de sa grand-mère, modèle de résilience, Jaya se découvre une force que, jusque-là, elle n’avait jamais soupçonnée.

Mon avis

« La passeuse d’histoires » est une très belle histoire, qui a tout à fait sa place aux éditions Charleston ! Comme c’est le cas de beaucoup d’autres parutions de cette maison d’édition, l’intrigue de ce roman repose sur une alternance passé/présent. Il y a donc deux histoires bien différentes, qui se rejoignent et se croisent petit à petit, et toutes deux sont si belles qu’il m’est impossible de choisir à laquelle va ma préférence. Au fil des chapitres, nous découvrons deux héroïnes attachantes et fortes : l’une, Jaya, journaliste, vit dans le New York actuel et est déprimée par plusieurs fausses couches successives ; l’autre, Amisha, sa grand-mère, vit, des décennies plus tôt, dans une Inde occupée par les Britanniques, et se rêve écrivaine, alors qu’un tout autre destin lui a été imposé. Chacune constitue, à sa manière, un magnifique exemple de résilience. En effet, nos héroïnes ont un point commun : elles ont de nombreux drames à affronter, mais refusent de baisser les bras. Amisha est confrontée à un choix impossible, Jaya à une crise personnelle, mais chacune, au cours de ce roman en forme de parcours initiatique, trouvera en elle la force et le courage nécessaires pour faire face à ces épreuves. J’ai apprécié ces héroïnes courageuses, unies par les liens du sang, mais aussi par un même amour des mots et une même aspiration à la liberté.

Dans le passé, Amisha est une femme en avance sur son temps, une héroïne inspirante que j’ai admirée, une femme généreuse au coeur débordant de bonté. Amisha, qui n’a jamais pu contrôler son destin et est contrainte d’accepter le rôle social qui lui a été imposé, goûtera à la liberté pour la première fois en devant enseignante dans une école britannique. Là-bas, cette « passeuse d’histoires » transmettra son amour de l’écriture à ses élèves… et connaîtra une passion aussi interdite qu’intense avec Stephen, un lieutenant britannique. J’ai beaucoup aimé cette histoire d’amour, belle et déchirante. L’alchimie entre ces personnages est indéniable, et les épreuves qu’ils doivent affronter tragiques. J’ai eu le coeur serré pour eux plusieurs fois…Des décennies plus tard, Jaya, petite-fille d’Amisha, en deuil de tous les bébés qu’elle n’a jamais pu mettre au monde, découvrira leur histoire, qui agira sur elle comme un déclic et lui donnera la force d’accepter son sort et de voir la vie sous un autre angle. Cette héroïne, qui semble fragile lorsque nous la rencontrons, va beaucoup évoluer au cours de l’histoire, et j’ai trouvé son cheminement très touchant à suivre. Jaya se rendra en Inde pour enquêter sur son histoire familiale, et grâce à ce voyage, elle comprendra enfin le caractère insaisissable de sa mère Lena, avec qui elle entretient une  relation conflictuelle. Dans ce roman, nous rencontrons donc 3 générations d’héroïnes : Amisha, Lena et Jaya sont des femmes avec des fêlures, mais aussi de formidables qualités humaines, et pour cette raison, vous ne pourrez que les apprécier. À travers leur histoire, l’auteure, Sejal Badani, nous pousse aussi à réfléchir à l’évolution de la condition féminine à travers les époques..un thème d’actualité s’il en est !

Dans ce roman, c’est l’Inde que nous découvrons, avec sa richesse, sa beauté, ses fêtes traditionnelles, ses divinités et rites empreints de magie… mais aussi sa face plus sombre. L’auteure, Sejal Badani, nous fait découvrir l’horreur du système des castes, du mariage forcé ou encore les profondes inégalités qui régnaient au sein de ce pays au temps du colonialisme… et n’ont malheureusement pas tout à fait disparu. C’est un véritable voyage que nous effectuons grâce à ce roman profondément dépaysant, qui nous pousse à relativiser en nous initiant à une autre culture. Nous partons à la rencontre d’un peuple qui n’a rien ou presque, si ce n’est un espoir à toutes épreuves et une foi en la vie capable de soulever des montagnes. Au cours de notre lecture, nous rencontrons ainsi des personnages secondaires tout aussi marquants que nos deux héroïnes. Je pense notamment à Ravi, l’ami fidèle d’Amisha, qui a eu la malchance de naître intouchable, et est donc considéré comme un moins que rien par sa communauté. Leurs destins m’ont profondément touchée, et je suis ressortie de cette lecture enrichie sur le plan humain. Bref, je ne peux que vous recommander de ce formidable roman féminin, qui vous fera passer par une myriade d’émotions à travers le destin de deux héroïnes courageuses. Vous devriez aimer d’autant plus si vous aimez vous plonger dans d’autres cultures que la nôtre !

 

La passeuse d’histoires, par Sejal Badani, aux éditions Charleston (2020), 22 euros 50.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :